Roland Hayes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hayes.

Roland Hayes

Description de cette image, également commentée ci-après

Roland Hayes en 1954, photo de Carl Van Vechten

Informations générales
Nom Roland Wiltse Hayes
Naissance
Curryville (Géorgie), Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès
Boston (Massachusetts), Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Chanteur, musicien
Années actives 1910-1977

Roland Wiltse Hayes, né le à Curryville (Géorgie) et décédé le à Boston (Massachusetts), est un musicien et ténor lyrique, considéré comme le premier artiste afro-américain de concert à avoir eu un rayonnement national et international.

Biographie et carrière[modifier | modifier le code]

Roland Hayes nait le à Curryville en Géorgie, près de Calhoun, de William et Fanny Hayes, anciens esclaves devenus cultivateurs. Son père William meurt en 1898, Roland a alors onze ans, et sa mère Fanny déménage avec sa famille à Chattanooga, dans le Tennessee.

William Hayes affirmait avoir des ancêtres cherokees, tandis que son grand-père maternel, Aba Ougi (également connu sous le nom Charles) était un chef de clan en Côte d'Ivoire. Aba Ougi a été capturé et emmené en bateau en Amérique en 1790[1].

Roland Hayes devient chanteur, formé avec Arthur Calhoun à Chattanooga et à la Fisk University de Nashville. En tant qu'étudiant, il commence à se produire en tournée en public avec les Fisk Jubilee Singers en 1911. Il poursuit ses études à Boston avec Arthur Hubbard. Au cours de sa période estudiantine avec Arthur Hubbard, il est coursier à la Hancock Life Insurance Company pour subvenir à ses besoins. Puis il part étudier avec George Henschel et Amanda Ira Aldridge à Londres.

Il commence ensuite à organiser ses propres récitals des deux côtés de l'Atlantique entre 1916 à 1919. Il chante aux Craig's Pre-Lenten Recitals et donne plusieurs concerts au Carnegie Hall. Il fait ses débuts officiels cette même année au Symphony Hall de Boston, où il reçoit des critiques élogieuses. Il joue avec le Concert Orchestra de Philadelphie, au Colored Music Festivals d'Atlanta, et au Conservatoire de Washington. En 1917, il part en tournée avec le Hayes Trio qu'il forme avec le baryton William Richardson et le pianiste William Lawrence, son accompagnateur habituel. Ses débuts à Londres ont lieu en avril 1920 à l'Aeolian Hall, avec le pianiste Lawrence Brown pour l'accompagner. Hayes chante bientôt dans toutes les capitales d'Europe. Il est déjà très célèbre lorsqu'il rentre aux États-Unis en 1923. Il reçoit la Spingarn Medal en 1924.

Hayes obtient la gérance du Boston Symphony Orchestra Concert Company. Il gagne 100 000 dollars par an à ce stade de sa carrière. Les critiques louent ses capacités et ses talents linguistiques puisqu'il chante en français, en allemand et en italien. Il publie un recueil de spirituals en 1948 : My Songs: Aframerican Religious Folk Songs Arranged and Interpreted.

Hayes est membre de la Fraternité Omega Psi Phi (ΩΨΦ).

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 1925, lors d'un concert donné en mémoire du défunt empereur François-Joseph Ier d'Autriche, au château de Schönbrunn à Vienne, Roland Hayes rencontre une comtesse, Bertha Kolowrat-Krakowská[2] (21/06/1890-29/01/1982), mariée à un comte autrichien, Hieronymus von Colloredo-Mannsfeld (03/11/1870-29/08/1942), comte de Colloredo-Mannsfeld, de qui elle a déjà quatre fils. De la liaison hors mariage de Roland Hayes et de cette comtesse, naît une fille adultérine et non reconnue par Roland Hayes. La comtesse fuit Vienne et le scandale pour s'installer en France, dans le Gers. Sa fille naturelle, « Maya » Maria Dolores Kolowrat, (28/02/1926-1982), deviendra la mère des jumeaux animateurs de télévision Igor et Grichka Bogdanoff[3],[4],[5].[non neutre]

Dans les années 1930, Roland Hayes se marie avec Helen Alzada Mann. Tous deux ont une fille, Afrika Hayes, née en 1933. Un jour, après que la femme de Hayes et sa fille ont été jetées hors d'un magasin de chaussures de Rome, en Géorgie, pour s'être assises dans la partie du magasin réservée aux blancs, Hayes veut attaquer en justice le propriétaire du magasin. La police arrête les époux Hayes, qui sont battus. Hayes et sa famille quittent alors la Géorgie[6].

Postérité[modifier | modifier le code]

  • En 1982, l'Université du Tennessee à Chattanooga a ouvert un nouveau centre musical : le Roland W. Hayes Concert Hall. La salle de concert est situé au Centre des Beaux Arts Dorothy Patten.
  • Le Roland Hayes Committee a été formé en 1990, pour défendre l’implication de Roland Hayes dans le Georgia Music Hall of Fame. En 1992, lorsque le Calhoun Gordon Arts Council a été formé, le Roland Hayes Committee est devenu le Roland Hayes Music Guild and Museum à Calhoun, Géorgie. Sa fille Afrika a assisté à l'ouverture.
  • Une plaque à sa mémoire est située sur les terrains de la Calhoun High School de Calhoun, Géorgie, à l'angle nord-ouest du campus devant l'entée du Calhoun Civic Auditorium[7].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • The Music of Black Americans: A History. Eileen Southern. W. W. Norton & Company; 3rd edition. ISBN 0-393-97141-4

Références[modifier | modifier le code]

  1. The University of North Carolina library extension publication, Volumes 10-11 (1944), p. 25
  2. Bertha Kolowrat-Krakowská était la sœur du cinéaste et producteur autrichien "Sascha" Alexander Kolowrat-Krakowský (29/01/1886-04/12/1927). Elle s'occupait alors des événements culturels pour l'empereur d'Autriche, François-Joseph.
  3. Christophe Labbé, « Le retour des Bogdanov » Le Point, 17 janvier 2007 [1]
  4. Émission de Michel Drucker Faites entrer l'invité du 2 février 2012, sur Europe 1.
  5. Geneall.net
  6. Biography at the New Georgia Encyclopedia
  7. http://www.georgiaencyclopedia.org/nge/Article.jsp?id=h-1671

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :