Rognvald Kali Kolsson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Rognvald ou Ragnvald Kali Kolsson (vers 1100 - mort le 20 août 1158) fut un comte des Orcades en 1137 et un saint catholique.

Origine[modifier | modifier le code]

Kali est le fils de Kolr Kalasson et de Gunnhildr Erlendsdottir la sœur du Jarl Magnus Erlendsson « Helgi » (i.e le Saint). Il est élevé en Norvège mais rencontre à l'âge de 15 ans lors d'un voyage en Angleterre le prétendant Gillichrist avec qui il participe au combat de Fyrleiv le 10 août 1134. Ce dernier devenu seul roi de Norvège lui confirme en 1135 le titre de Jarl qui lui avait déjà été accordé en 1129 par son pseudo demi-frère le roi Sigurd Ier de Norvège.

C'est à cette occasion qu'à la demande de sa mère, il adopte le nom dynastique de « Ragnvald/Rögnvaldr » sous lequel il sera désormais connu. Selon la Saga des Orcadiens sa mère choisit ce nom en l'honneur du Jarl Rognvald Brusason qui selon elle « avait été le meilleur de tous les Jarls » [1].

Règne[modifier | modifier le code]

Après un premier échec Rognvald réussit à s’implanter aux Orcades en 1137 après avoir fait alliance avec la famille de la puissante Frakokk Moddandottir en exil au Sutherland et qui avec les siens contrôlait le Caithness. Le Jarl Paul Haakonsson doit s’exiler en Atholl chez sa sœur Magret où il disparaît.

Rognvald devenu Jarl commence alors en 1137 l’édification de la cathédrale de Kirkwall dans laquelle seront transférées les reliques de son oncle Magnus Erlendsson. Pour ce faire il propose aux paysans de racheter leurs droits allodiaux pour un mark d’argent par arpent de terre[2].

Après deux ans de pouvoir, Rognvald exerce également à partir de 1139 la fonction de régent pour le compte d’Harald Maddadsson, le jeune neveu et héritier âgé de 5 ans de Paul Haakonsson. Il contrôle ainsi le Caithness qui fait partie de l’héritage de ce dernier.

En 1153 Rognvald entreprend après une visite en Norvège une croisade-pèlerinage à la tête d’une flottille de quinze navires[3]. Il est accompagné par Vilhjalmr Ier l’évêque des Orcades suffragant de Nidaros[4] et par plusieurs nobles de la cour du roi Inge Ier de Norvège dont Erling Skakke qui était devenu son ami.

L’expédition de Rognvald fait voile vers l’Écosse puis l’Angleterre avant d’atteindre l’Espagne et la Méditerranée et de combattre les musulmans. La saga des Orcadiens rapporte la romance courtoise qui aurait lié le Jarl poète avec la comtesse Ermengarde de Narbonne pour qui il compose des chants en poésie scaldique. Après de nombreuses aventures qui les auraient conduits en Afrique et en Crète, le Jarl et ses compagnons accostent enfin à Acre en Palestine en 1154. Rognvald visite Jérusalem et les lieux Saints avant de repartir vers Constantinople où il est reçu par l’empereur Manuel Ier Comnène. Le Jarl revient ensuite par la Bulgarie jusqu’en Apulie. Il abandonne alors ses navires avec l’évêque pour visiter Rome et revenir en Norvège par « le chemin habituel des pèlerins » i.e l'Allemagne et le Danemark.

Pendant ce temps aux Orcades après la mort du comte Ottar Moddansson de Thurso, le frère de Frakokk, le roi Malcolm IV d'Écosse avait investi comme comte de Caithness en 1154 un cousin de Harald Maddadsson nommé Erlend Haraldsson. Dès son retour aux Orcades fin 1155 Rognvald et Harald Maddadsson s’allient contre Erlend qui est vaincu en octobre puis tué le 21 décembre 1156

Deux ans plus tard le 20 août 1158[5] Rognvald est assassiné avec huit de ses hommes par Torbjørn Klerk le « père nourricier » d’Harald Maddadsson, banni par Rognvald pour avoir tué un des membres de sa garde[6]

Son corps est transporté dans la cathédrale Saint Magnus de Kirkwall où il est inhumé aux côtés de celui de son oncle. Des miracles ne tardent pas à être constatés tant sur sa tombe qu’à l‘endroit de sa mort et Rognvald sera finalement canonisé selon les Annales Islandaises en 1192[7] par le Pape Célestin III[8]

Postérité[modifier | modifier le code]

Le Jarl Rognvald ne laisse comme héritier qu’une fille unique :

  • Ingrid qui avait épousé Erick stagbrellr (i.e: la cargue) [9] dont cinq enfants :
    • Harald Ungi
    • Magnus mangi tué en 1184 lors de la Bataille de Fimreite
    • Rognvald tué en 1198
    • Ingibjorg épouse de Gille Christ d’Angus
    • Elin
    • Raghnhildr épouse de Lifolfr skalli (i.e le chauve) (tué en 1198) puis mère de Snaekoll Gunnisson.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Renaud La saga des Orcadiens, chapitre LXI p. 144
  2. Jean Renauud Saga des Orcadiens p. 169
  3. Avec un effectif de 120 hommes chacun soit probablement environ 2 000 combattants
  4. évêque des Orcades de 1102/1112 à sa mort en 1168 : Annales Islandici: AD 1168 p. 69
  5. Annales Islandici: AD 1158 p. 67
  6. Ce meurtre fut sans doute perpétué avec la complicité passive d’Harald Maddadsson.
  7. Annales Islandici:AD 1192 p. 79
  8. Jean Renaud Saga des Orcadiens Op.cit chapitre CIV note n°2 & 3 p. 285
  9. Cet Erick était le fils d’un nommé Erick « la Lutte » et d’Audhildr la fille de Torleif Moddansdottir


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (no) Nils Petter Thuesen, « Ragnvald Kolsson », Norsk biografisk leksikon,consulté le 13 octobre 2013.
  • (en) Mike Ashley The Mammoth Book of Bristish Kings & Queens Robinson London(ISBN 1841190969) « Ragnald III » p. 453-454.
  • (en) Knut Gjerset History of the Norwegian People The Macmillan Company New york 1915, « Ragnvald Jarl's Crusade » p. 355-358.
  • Jean Renaud Les Vikings et les Celtes, Éditions Ouest-France Université, Rennes, 1992 (ISBN 2-7373-0901-8)
  • Jean Renaud La Saga des Orcadiens, Traduite et présentée par Jean Renaud Aubier, 1990 (ISBN 2-7007-1642-6)