Roger de Moulins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moulins.
Roger de Molen (collection particulière)

Roger de Moulins ou Roger de Molins ou Molen est le 8e supérieur[1] de l'Ordre des Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem de 1177 à sa mort en 1187, il succéda à Joubert de Syrie.

Ses premiers soins, après son installation, furent d'exhorter le régent et les principaux seigneurs du royaume à continuer avec vigueur la guerre contre Saladin. Mais la jalousie et la concurrence entre les grands pour le gouvernement de l'État, pendant l'infirmité du roi ; les intelligences criminelles de quelques seigneurs avec les infidèles, et la division qui survint de son temps entre les deux ordres militaires des Hospitaliers et des Templiers (bien que le pape Alexandre III persuada Roger de Moulins de faire une trêve en 1179) ; tout cela ne contribua pas moins aux conquêtes de Saladin, que sa propre valeur et le courage de ses soldats.

En 1184 il visita l'Europe avec Arnaud de Toroge, Grand maître des Templiers et Héraclius, Patriarche latin de Jérusalem afin de plaider, auprès des rois et du pape, l'envoi d'une nouvelle croisade pour renforcer les États latins d'Orient qui sont à la merci de la puissance grandissante de Saladin, le réunificateur du monde musulman. Au cours de ce voyage, il établit l'Ordre des Hospitaliers en Angleterre, en France et en Allemagne. Et durant son retour de voyage en 1185, il aida les Normands à attaquer la Thessalonique. En son temps, le Grand maître des Hospitaliers devint plus impliqué dans la politique du Royaume de Jérusalem.

Roger de Molen s'opposa à Renaud de Châtillon et Guy de Lusignan et refusa d'ailleurs de rendre sa clé à la trésorerie royale quand Guy de Lusignan fut couronné le Roi de Jérusalem en 1186. Il prit part à l'offensive contre Saladin à Cresson près de Nazareth le 1er mai 1187, où il fut tué par une blessure de lance.

Garnier de Naplouse, fidèle serviteur et ami de Roger de Molen fut fait son héritier en 1187 et, en raison de son état de santé, il sera aussitôt remplacé par Hermangard d'Asp en 1188 bien que Garnier de Naplouse ne mourut qu'en 1191.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. B. Galimard Flavigny (2006) p. 317-319

Sources bibliographiques[modifier | modifier le code]

  • (fr) Bertrand Galimard Flavigny (2006) Histoire de l'ordre de Malte, Perrin, Paris