Roger de La Fresnaye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Frédéric de Lafresnaye
Roger de la Fresnaye
Roger de la Fresnaye.jpg

Autoportrait

Naissance
Décès
Nom de naissance
Roger Noël François André de La Fresnaye
Nationalité
Activités
Maîtres
Élèves
Mouvement

Roger André de La Fresnaye, né le 11 juillet 1885 au Mans et mort le 27 novembre 1925 à Grasse, est un peintre cubiste. Il comptait parmi ses ancêtres Vauquelin de la Fresnaye, humaniste, poète et soldat du XVIe siècle associé avec les poètes de la Pléiade, et par sa branche maternelle de Guéneau de Montbéliard, ami de Diderot et collaborateur de Buffon.

À partir de 1908, il fut l’élève de Maurice Denis et Paul Sérusier à l’Académie Ranson. Il se fit construire un atelier de peinture et un atelier de sculpture au château de Beauvernay à Saint-Nizier-sous-Charlieu, propriété de ses ancêtres maternels où il passait la plupart des vacances depuis sa petite enfance. Il y a accueilli son grand ami Jean-Louis Gampert, Jean Hugo et son épouse Valentine Gross, tous deux peintres, Irène Lagut, Alfred Courmes son seul élève, ainsi que des musiciens comme Georges Auric, Erik Satie, Francis Poulenc, etc.

Quelques œuvres[modifier | modifier le code]

Exposition personnelle[modifier | modifier le code]

  • Lyon, musée des Beaux-arts, 1951, introduction de René Jullian, 70 œuvres d'art : tableaux du n° 1 au n° 30 ; gouaches, aquarelles, dessins, gravures du n° 31 au n° 67 ; sculptures du n° 68 au n°70 ; non catalogués, lettres, palettes, photographies, livres. Y sont reproduit en noir et blanc les numéros suivants : 10 Femme nue couchée, 17 L'Usine de La Ferté-sous-Jouarre collection Paul Vera, Saint-Germain-en-Laye, 21 Portrait d'Alice au grand chapeau, 24 L'homme assis, 25 Le Diabolo, 29 Le Bouvier collection Pierre Levy, Troyes, 30 La Table Louis-Philippe, 68 Jeune fille retirant sa chemise.

Annexes[modifier | modifier le code]

Crystal icons.png Un timbre postal français, d'une valeur d'un franc, représentant une esquisse préparatoire du "14 juillet", a été émis le , avec une oblitération Premier jour à Paris[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Germain Seligman, Roger de la Fresnaye : Catalogue raisonné, Neuchâtel, Suisse, Éditions Ides et Calendes, coll. « Catalogues raisonnés »,‎ 2000, 284 p. (ISBN 978-2825800904) il fit la guerre

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le timbre

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Familles subsistantes de la noblesse française