Roger de Beauvoir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beauvoir.

Roger de Beauvoir

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Roger de Beauvoir caricaturé par Nadar.

Nom de naissance Eugène Augustin Nicolas Roger de Bully
Activités écrivain
romancier
dramaturge
Naissance 28 novembre 1807
Paris, Drapeau de la France France
Décès 27 août 1866 (à 58 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Langue d'écriture français

Œuvres principales

  • Le café Procope, 1835
  • Le chevalier de Saint-Georges, 1840
  • L'infante, 1841
  • Les Trois Rohan, 1842
  • L'abbé de Choisy, 1847
  • Aventurières et courtisanes, 1859

Roger de Beauvoir (28 novembre 1807, Paris - 27 août 1866, Paris) est le nom de plume du romancier, poète et dramaturge romantique français Eugène Augustin Nicolas Roger.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Nicolas Roger (1766-1820) receveur général des Finances, chevalier de l'Eperon d'Or de Rome, et de Marie Geneviève Françoise de Bully (1775-1845). D'abord connu sous le nom de Roger de Bully, il adopta le pseudonyme de Roger de Beauvoir (du nom d'une propriété de ses parents) à la demande de son oncle maternel Charles-Joseph-Augustin de Bully député royaliste du Nord .(Balzac (qui s'était d'ailleurs lui-même attribué une particule) a écrit méchamment dans un numéro de la Revue parisienne " M. Roger de Beauvoir, qui ne s'appelle ni Roger ni Beauvoir ").

Son esprit, sa beauté et son genre de vie aventureux le rendirent célèbre dans Paris. Delphine de Girardin le surnomma le "Musset brun". Il fut un grand ami d'Alexandre Dumas père dont il fut, avec Chateaubriand le témoin lors de son mariage avec Ida Ferrier. Disposant de ressources importantes, il mena grand train, donnant de belles fêtes dans son appartement de la rue de la Paix puis dans les salons du premier étage de l'Hôtel de Lauzun qu'il loua un peu plus d'un an. Il fut emprisonné pendant trois mois et condamné à une amende de 500 francs pour un poème satirique, Mon Procès, écrit en 1849 après son divorce durant lequel il se battit pour avoir le droit de voir ses enfants. Atteint de la goutte, il passa les dernières années de sa vie, à demi ruiné, confiné dans un fauteuil, dans un appartement des Batignolles. Quelques-uns de ses vieux amis, dont Barbey d'Aurevilly, lui rendirent visite jusqu'au bout.

En 1844, il rencontra l'actrice Léocadie Doze, pensionnaire de la Comédie Française, élève préférée de Mademoiselle Mars et connue pour sa grande beauté. Leur premier fils Eugène (1845-19?) fut homme de lettres et vaudevilliste, leur fille Eugénie née en 1846 mourut à l'âge de quinze ans en 1861. Il épousa sa compagne en 1847 et eurent un deuxième fils Henri (21 septembre 1847 Santeny - 18 août 1909) qui fut historien de l'armée française et éditeur de L'Armée Française, Album, Annuaire qui parut de 1895 à 1908. Ils se séparèrent judiciairement en 1850.

Il fut membre du Jockey Club de Paris

Œuvres[modifier | modifier le code]

Les œuvres les plus connues comprennent Le Chevalier de Saint-Georges (1840), Les Œufs de Pâques (1856) et Le Pauvre Diable (réimprimé en 1871). On lui prête cette Épitaphe du roi Louis XVIII :

Ci-gît ce roi polichinelle,
Imitateur du grand Henry,
Qui prit Decaze pour Sully
Et quelquefois pour Gabrielle[1].

Publications[modifier | modifier le code]

Le Chevalier de Saint-Georges, roman
Le chevalier de Saint-Georges, Comédie mêlée de chant, en trois actes, 1840.
  • L'Écolier de Cluny ou le Sophisme, 1832
  • Il Pulcinella. L'Homme des Madones : Paris, Naples, Rome, 1834 Texte en ligne
  • La Cape et l'épée, 1837
  • Le Chevalier de Saint-Georges, 4 vol., 1840 Texte en ligne
  • Le Cabaret des morts, 1840. Contient aussi : La Laitière de Trianon, Un Pamphlet, La Mal'aria, Le Peloton de fil.
  • Les Trois Rohan, 2 vol., 1842
  • Gobelius, 1843
  • Safia, 1843
  • Madame de Soubise, 1843
  • L'Île des Cygnes, 2 vol., 1844
  • La Porte du soleil, 4 vol., 1844
  • Le baigneur de Dieppe, ca 1847
  • Mon Procès, 1849
  • Les Œufs de Pâques, 2 vol., 1856 Texte en ligne 1 2
  • La Lescombat, 1859. Contient : Le Moulin d'Heilly, David Dick, Les Eaux des Pyrénées, Mademoiselle de Sens. Texte en ligne
  • Mademoiselle de Choisy, 1859
  • Les Soirées du Lido (1860 Texte en ligne
  • Les Meilleurs Fruits de mon panier, 1862
  • Duels et duellistes, 1864
  • Profils et charges à la plume. Les Soupeurs de mon temps (1868)
  • Le Pauvre Diable, 1871 Texte en ligne
  • Histoires cavalières, 1874 Texte en ligne
  • Les Mystères de l'île Saint-Louis, chroniques de l'hôtel Pimodan, 2 vol., 1877 Texte en ligne 1 2
  • Aventurières et courtisanes, 1880 Texte en ligne
  • Les Disparus, 1887 Texte en ligne
  • Voluptueux souvenirs ou le souper des douze, publié pour la première fois d'après le manuscrit original de R. de B. (s.d.)
Théâtre

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sylvie Chalaye, Le Chevalier de Saint-Georges. (Théâtre) de Mélesville et Roger de Beauvoir, L'Harmattan, Paris, 2001.
  • Eric Dussert, Une forêt cachée, 156 portraits d'écrivains oubliés, la Table ronde, Paris, 2013

Source[modifier | modifier le code]

  • Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des littératures, Paris, Hachette, 1876, p. 221

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'Œuvre libertine des poètes du XIXème siècle, pièces recueillies par Germain Amplegas, Paris, Bibliothèque des Curieux, 4, rue de Furstenberg, 1910.