Roger Seydoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Seydoux.
Roger Seydoux
Date de naissance 1908
Date de décès 3 juillet 1985
Profession diplomate français
Président de l’École libre des sciences politiques puis institut d’études politiques (IEP) de l’université de Paris
Précédent Anatole Leroy-Beaulieu[réf. nécessaire] 1936[réf. nécessaire]-1947 Jacques Chapsal Suivant

Roger Seydoux (Fornier) de Clausonne, né en 1908 et mort le 3 juillet 1985 à Paris[1],[2], est un diplomate français.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il est issu d'une famille de tradition protestante. Directeur de l’École libre des sciences politiques pendant la Seconde Guerre mondiale[3], Roger Seydoux négocie, avec André Siegfried et Jacques Chapsal, sa dissolution et sa transformation en institut d’études politiques (IEP) de l’université de Paris en 1945. Il devient cette même année directeur de l’IEP et administrateur de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP). Désireux de réintégrer le corps diplomatique, il cède à Chapsal la direction de l’IEP, en 1947, et l’administration de la FNSP en 1950.

Il est consul de France à New York (19501952), haut-commissaire de France en Tunisie [4] (19551956) et au Maroc [5],[6] (19601962) puis ambassadeur de France en Union des républiques socialistes soviétiques (19681973).

De 1963 à 1967, il représente la France à l’Organisation des Nations unies[2] (ONU), ce qui lui permet d’assurer à plusieurs reprises la présidence mensuelle du Conseil de sécurité. Il est ensuite représentant permanent de la France[2] au conseil de l’Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) de 1967 à 1968. Il est président de la Fondation de France de 1975 à 1983.

Il repose au cimetière du petit village de Saint-Ouen-le-Pin, comme nombre de membres de sa belle-famille, descendants de François Guizot.

Famille[modifier | modifier le code]

Son frère François était également diplomate et occupa les fonctions de directeur des affaires européennes au ministère des Affaires étrangères et d’ambassadeur de France à Vienne et à Bonn.

Il était l'époux de Jacqueline Doll, descendante de François Guizot et l'oncle des entrepreneurs Jérôme Seydoux, Nicolas Seydoux et Michel Seydoux.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Wolfgang Saxon, « Roger Seydoux, french diplomat, dies at 77 », The New York Times,‎ 18 juil. 1985 (lire en ligne)
  2. a, b et c (en) Associated Press, « Roger Seydoux, former French ambassador », The Evening Independent,‎ 10 juil. 1985 (lire en ligne)
  3. Marc Olivier Baruch, Servir l'Etat français : L'administration en France de 1940 à 1944, Fayard (lire en ligne)
  4. (en) Associated Press, « Bey of Tunis Said Ready to Name Prime Minister », Sarasota Herald Tribune,‎ 14 sept. 1955 (lire en ligne)
  5. « Décret du 29 septembre 1960 - M. Seydoux Fornier de Clausonne (en remplacement de M. Parodi) est nommé au Maroc », Journal officiel de la République française,‎ septembre 1960
  6. « Décret du 29 juin 1962 - Ambassadeurs extraordinaires et plénipotentiaires », Journal officiel de la République française,‎ juin 1962


Précédé par Roger Seydoux Suivi par
Pierre Boyer de Latour
Haut-commissaire de France en Tunisie
1955-1956
Proclamation de l'indépendance