Roger Madec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Madec.
Roger Madec
Image illustrative de l'article Roger Madec
Fonctions
Sénateur de Paris
En fonction depuis le 26 septembre 2004
Gouvernement Ve République
Groupe politique PS
Biographie
Date de naissance 27 octobre 1950 (63 ans)
Lieu de naissance Paris
Résidence Paris

Roger Madec, né le 27 octobre 1950 à Paris, est un homme politique français, sénateur de Paris.

Un militant parisien du CERES[modifier | modifier le code]

Roger Madec a commencé sa carrière politique comme secrétaire de section socialiste (19e section Eugène Pottier) à la fin des années 1970, dans le sillage de Manuel Escutia leader local de ce parti (courant CERES) à l’époque. En juin 1981, lorsque Manuel Escutia est élu député du XIXe arrondissement, celui-ci choisit Roger Madec comme assistant parlementaire.

En 1986, Manuel Escutia est écarté de son mandat parlementaire par la fédération de Paris, qui ne l'investit pas sur la liste pour des élections législatives qui se tiennent, cette fois, à la proportionnelle départementale. Manuel Escutia le reproche à Georges Sarre, leader parisien du courant Socialisme et République, et rompt avec ce courant. Roger Madec, devenu assistant parlementaire de Georges Sarre, s'oppose alors violemment à Manuel Escutia.

L'émergence d'un leader local[modifier | modifier le code]

Chef d'un courant très minoritaire, Roger Madec pratique un habile jeu d'alliances variées qui lui permet de devenir incontournable et de renforcer rapidement son influence[1].

En juin 1988, lors des investitures pour de nouvelles élections législatives, de nouveau convoquées en scrutin d'arrondissement, Roger Madec s'allie avec un nouveau venu chez les socialistes et dans le XIXe arrondissement : Jean-Christophe Cambadélis, trotskyste historique et, pour cette raison, proche depuis longtemps de Lionel Jospin. Le député sortant, Alain Billon, fabiusien, fait les frais de cette alliance et perd son siège. Roger Madec, après la victoire nationale du PS, est nommé chef de cabinet de Georges Sarre nouveau Secrétaire d'État aux transports dans le gouvernement Rocard[2].

En 1989, lors de la composition des listes socialistes aux élections municipales, Roger Madec rompt son alliance avec Jean-Christophe Cambadélis, s'allie avec A. Billon et les rocardiens, s'oppose au « parachutage » de Claude Estier[3] et arrache la tête d'une liste municipale socialiste homogène. Celle-ci est largement battue par la liste chiraquienne de Jacques Féron (CNI)[4]

Pour les observateurs, cet échec semble scellé d'une marque définitive[5]. En fait, il n'en est rien : dès le congrès de Rennes du PS, R. Madec renforce son courant au sein des sections du XIXe[6]. En fait, s'étant placé au centre de l'échiquier politique local, Roger Madec va pouvoir, bien que très discret et peu connu au sein de la fédération de Paris, s'affirmer désormais comme le leader du PS XIXe.

La rupture avec Georges Sarre et l’insertion dans la majorité du PS[modifier | modifier le code]

La guerre du Golfe, et la crise que celle-ci provoque au sein du PS, lui permet un astucieux retournement politique. Officiellement aligné sur les positions anti-guerre de Jean-Pierre Chevènement et Georges Sarre, Roger Madec laisse ses militants se mobiliser contre la guerre. Lorsque Jean-Pierre Chevènement démissionne du gouvernement, la crise éclate dans son courant parisien : certains leaders (Michel Charzat, Patrick Bloche) prennent clairement le parti de François Mitterrand ; Georges Sarre hésite, critique d'abord Jean-Pierre Chevènement à qui il reproche d'avoir « mal choisi son moment » pour démissionner, puis finalement choisit de lui rester fidèle. Roger Madec feint d'adopter la même posture ; il parvient ainsi à préserver sa désignation comme candidat éligible aux élections régionales. Une fois celle-ci acquise, il annonce par voie de presse sa rupture avec le courant chevènementiste et son ralliement à la majorité mitterrandiste du PS[7].

La construction d’un bastion local[modifier | modifier le code]

Ainsi introduit dans le courant majoritaire du PS, Roger Madec obtient facilement l'investiture aux municipales de 1995. Profitant du premier recul des listes RPR[8], et du maintien au second tour de la liste du Front National, la liste conduite par Roger Madec l'emporte de justesse au second tour[9] et son leader est élu maire du XIXe.

Il est réélu aux municipales de 2001[10], qui permettent à Bertrand Delanoë de devenir maire de Paris. Roger Madec est désigné quelques heures comme adjoint au maire de la mairie centrale. Mais il préfère son fief du XIXe et cède sa place parisienne à son bras droit, François Dagnaud[11].

Élu sénateur de Paris en 2004, Roger Madec tient d'une majorité forte, la section du PS XIXe, ne laissant à Jean-Christophe Cambadélis, son opposant local, que le bénéfice de son mandat de député. Dans la composition de la liste socialiste aux municipales - qui reste sa grande affaire - Roger Madec place ses proches et choisit ses alliés.

En 2008, la liste Roger Madec (PS - PC, mais sans les Verts qui font liste à part[12]) est reconduite aux municipales dès le 1er tour de scrutin[13]. Parti de 23 % aux municipales de 1989, Roger Madec remporte vingt ans plus tard 52 % des suffrages exprimés.

Roger Madec est réélu sénateur de Paris lors du renouvellement de septembre 2011, qui a vu le Sénat basculer à gauche.

Évolutions dans la préparation de l'après-Delanoë[modifier | modifier le code]

En septembre 2008, lorsque se prépare le congrès socialiste de Reims, Roger Madec se range sur la motion du maire de Paris, Bertrand Delanoë[14]. Il s'en distancie, à l'été 2011, en annonçant son soutien à François Hollande[15]. Son arrondissement ne le suit toutefois pas, Martine Aubry emportant au second tour 54,14 % des suffrages exprimés dans le XIXe[16].

Cette prise de distance à l'égard de Bertrand Delanoë est accompagnée d'autres signaux discrets, qui marquent certains rapprochements avec Jean-Marie Le Guen, député du XIIIe et rival socialiste du maire : soutien tardif[17] mais appuyé[18] à Dominique Strauss-Kahn, approbation du principe de primaires ouvertes à toute la gauche pour la désignation du futur candidat-maire de Paris[19].

Le 4 septembre 2012, Roger Madec annonce pourtant son soutien à Anne Hidalgo[20] pour succéder à Bertrand Delanoë à la Mairie de Paris. Son ami et premier adjoint à la mairie du XIXe, François Dagnaud, est l'un des deux noms (avec Jean-Louis Missika) cités par Anne Hidalgo pour diriger sa campagne[21]. Simultanément, Roger Madec prend position pour Jean-Christophe Cambadélis dans la course à la tête du PS, au nom d'une « relation… dense et fructueuse (depuis des années, même si), faite aussi – parfois – de divergences »[22].

Succession à la mairie du XIXe[modifier | modifier le code]

Le 17 janvier 2013, il annonce qu'il quitte son poste de maire du XIXe arrondissement de Paris[23]. Le 4 février 2013, le conseil d'arrondissement élit François Dagnaud pour lui succéder[24].

Autres prises de position[modifier | modifier le code]

Admission de la Palestine à l'ONU[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ? (Septembre 2012)

En août 2011, alors que la France doit prendre position sur la demande d'adhésion à l'ONU de la Palestine, Roger Madec signe[25] une "lettre à Nicolas Sarkozy" qui lui demande solennellement de "s'opposer à la résolution visant à imposer de façon unilatérale la reconnaissance d'un État palestinien". Cette position, qui s'inscrit dans une démarche associant des parlementaires des deux bords, s'oppose alors directement à la position officielle du PS[26],[27],[28].

En 2012, il salue toutefois le vote « consacrant la Palestine comme un État observateur » à l'ONU comme un « grand pas pour arriver vers une paix durable », tout en soulignant qu'il comprend « les inquiétudes et doutes que peut ressentir Israël à cette nouvelle »[29].

Mariage pour les couples de même sexe[modifier | modifier le code]

Roger Madec est favorable au mariage homosexuel, à la Procréation Médicale Assistée[30] et à la Gestation pour autrui[31]. Il a condamné avec violence les positions de l'Église catholique à ce sujet qui, selon lui, « assume sans fausse note cette discrimination qui interdit aux couples de même sexe le mariage. L'Eglise catholique aurait pu avoir le bon goût, sinon la décence, de s’interdire toute référence aux droits de l’enfant. »[32]. Il a de même dénoncé la position de la philosophe Sylviane Agacinsky comme "récidive rétrograde" pour avoir soutenu "une parentalité naturelle, c’est-à-dire fondée sur la différence de sexe"[33].

Polémique lors d'un tournage de l'émission Complément d'enquête[modifier | modifier le code]

Le 29 novembre 2012, lors du tournage dans la salle des mariages de la mairie d'arrondissement d'un numéro de l'émission de France 2 Complément d'enquête, consacré à l'homosexualité, Roger Madec a fait couper l'électricité pendant l'interview de la porte-parole de l'opposition au mariage pour tous[34], Frigide Barjot. Le maire explique cette réaction en estimant que « les équipes de l'émission avaient été malhonnêtes et qu'il est hors de question que Frigide Barjot puisse venir s'exprimer dans ma mairie » en ne communiquant pas une liste d'invités sincère, ce à quoi Benoît Duquesne, présentateur du programme, rétorque que cette liste est mouvante. Roger Madec écrit au président de France Télévisions pour se plaindre de la méthode employée par les journalistes[35].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. le récit donné dans Le Monde du 10 novembre 1988 - P. Jarreau - Municipales : la désignation des têtes de liste socialistes à Paris - M. Estier victime de la « guerre du dix-neuvième ».
  2. Le Monde du 28 juillet 1988
  3. Le Monde du 10 novembre 1988 - P. Jarreau - Municipales : la désignation des têtes de liste socialistes à Paris - M. Estier victime de la « guerre du dix-neuvième ».
  4. 1er tour : 23,1 % - second tour : - 41,78 % après fusion avec les listes PCF et Verts - source base élections du Monde.
  5. Le Monde du 18 février 1989 - P. Jarreau - La gauche dans le « trou noir » de La Villette.
  6. Le Monde du 10 mars 1990 Le jeu de go - Les partisans de Georges Sarre disputent le terrain à ceux de Lionel Jospin
  7. Le Monde du 30/06/1991, qui cite une lettre de M. Madec indiquant que c'est « à contre-cœur » qu'il avait approuvé le texte de Jean-Pierre Chevènement aux assises de son courant le 22 juin.
  8. L’essoufflement de la majorité RPR sortante est évoquée dans Le Monde du 21/03/1995 - L'urbanisme au cœur de la campagne municipale dans le 19 arrondissement - F. Chirot
  9. 1er tour: 35,06 % - 2e tour 45,35 % contre 44,41 % à la liste M. Bulté (RPR-UDF) et 10,22 % à la liste X. Voute (FN) - source Le Monde base élections
  10. 1er tour : 38,6 % (avec le PC mais sans les Verts) ; 2e tour : 60,08 % contre 24,13 % au RPR M. Bulté (RPR officiel) et 15,77 % à F. Asselineau (liste Tibéri - Pasqua)- source Le Monde base élections
  11. Le Monde du 1er avril 2001 - C. Garin - M. Madec préfère sa mairie du 19e arrondissement à un poste d'adjoint.
  12. et la dissidence au Modem d'une adjointe « verte » au maire du XIXe
  13. 52,13 % au 1er tour - Le Monde base élections
  14. Cf. liste des signataires de la motion A, publiée en tête de la motion, sur le site officiel du PS
  15. Blog de Roger Madec 30/06/2011 http://www.rogermadec.fr/page/3/
  16. Le Monde du 17 octobre 2011à Paris Aubry a battu Hollande sur www.lemonde.fr
  17. Le Blog de Roger Madec : article du 16 mai 2011 « J’attends, comme l’ensemble des français, de connaître l’évolution de cette arrestation[...] Je reste donc en retrait afin d’éviter de prononcer un jugement trop prématuré sur un dossier abondant d’hypothèses » http://www.rogermadec.fr/page/8/ - article du 20 mai: « Quant à nous socialistes, nous devons être lucides et surtout pas précipités. Nous allons tourner la page du DSK candidat et nous remettre au travail » et enfin le 8 juin : « je ne me permettrai pas des déclarations inopportunes sur l’affaire DSK »
  18. Trois articles de soutien à D. Strauss-Kahn entre le 1er et le 16 juillet 2011, allant jusqu'à demander au PS de « se prononcer sur la possibilité de le laisser concourir [DSK] et [...] sur la nécessité de déplacer les dates de dépôt des candidatures aux primaires » http://www.rogermadec.fr/page/4/
  19. Blog de Roger Madec - 18/10/2011Site officiel de Roger Madec
  20. Annonce publiée sur son blog - 04/09/2012 [1]
  21. Le Lab Europe 1 - 04/09/2012A. Hidalgo présente sa campagne devant des élus sur www.europe1.fr
  22. Blog de Roger Madec - 5 septembre 2012Site de Roger Madec
  23. Paris : le maire du XIXe démissionne, Le Figaro, 17 janvier 2013.
  24. François Dagnaud est élu Maire du 19e, site de la mairie du 19e arrondissement.
  25. in JDD du 25/11/2012Des parlementaires opposés à un état palestinien
    Liste des signataires sur le site www.lejdd.fr
  26. Le Parti socialiste s'était prononcé pour l'adhésion de la Palestine à l'ONU en juin dernier, mais ceci n'a pas empêché certains de ses députés de signer une tribune pour s'opposer à cette position [Michel Martins - L'Express du 23/09/2011|http://www.lexpress.fr/actualite/politique/des-elus-ps-rejoignent-l-ump-contre-un-etat-palestinien_1033568.html]
  27. Le PS "a clairement défendu son souhait d'une reconnaissance par l'ONU de l'État de Palestine" et appelé "la France et l'Europe à reconnaître l'État palestinien"|http://www.lexpress.fr/actualite/politique/des-elus-ps-rejoignent-l-ump-contre-un-etat-palestinien_1033568.html
  28. communiqué de Harlem Désir, premier secrétaire par intérim le 22/09/2011 [lemonde.fr - 21/09/2011 |http://lemonde.fr/proche-orient/article/2011/09/20/jour-apres-jour-les-negociations-sur-la-palestine-a-l-onu_1574563_3218.html?xtmc=goasguen_lettre_a_nicolas_sarkozy&xtcr=1]
  29. Blog de Roger Madec, 05/12/2012[www.rogermadec.fr]
  30. Blog de Roger Madec - 21 décembre 2012 et 14 janvier 2013
  31. Appel "Gestion pour autrui : un cadre contre les dérives" publié dans Le Monde du 13/12/2010, signé notamment par E. Badinter, N. Belkacem, F. Dagnaud, A. Filipetti, R. Madec et A. Vidalies.
  32. L’église contre l’amour, blog rogermadec.fr, 7 novembre 2012
  33. Blog de Roger Madec - 29 janvier 2013
  34. Censure à la mode socialiste, Emmanuelle Duverger, bvoltaire.fr, le 30 novembre 2012
  35. Huffington post - Mariage gay : incident avec le maire Roger Madec lors du tournage de « Complément d'enquête » à la mairie du 19e arrondissement, Adrien Oster, 29 novembre 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]