Roger Ikor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Roger Ikor

Activités Romancier et Essayiste
Naissance
Paris
Décès 1986
Distinctions Prix Goncourt en 1955

Roger Ikor, né le 28 mai 1912 à Paris et mort en 1986, est un écrivain français, lauréat du prix Goncourt en 1955.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'origine juive[1], il a été élève et professeur de lettres au lycée Condorcet ainsi qu'au Lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine. En juin 1940, il est fait prisonnier de guerre et est envoyé en Poméranie. Il a été le condisciple de Georges Pompidou en khâgne et les deux hommes sont toujours restés liés.

Marqué par la mort de son fils qui s'est suicidé après avoir adhéré au Zen macrobiotique, il mène jusqu'à sa mort une lutte contre le phénomène sectaire, et fonde à cet effet le Centre contre les manipulations mentales (CCMM).

Œuvres[modifier | modifier le code]

À travers un style inspiré et puissant, ses récits, généralement épiques, racontent tantôt L'insurrection ouvrière de juin 1848 (1936), tantôt, l'histoire de Saint-Just (1937), ou encore, dans les Grands Moyens, une épopée israélite.

Les Eaux mêlées (1955), qui remporta le prix Goncourt la même année, et qui forme, avec la Greffe du printemps, un diptyque intitulé les Fils d'Avrom, raconte l'histoire d'une famille juive installée en France et liée par le sang à une famille française non-juive. S'étalant sur trois générations, le récit expose le lien que la famille va forger coûte que coûte avec sa nouvelle patrie.

Romans[modifier | modifier le code]

  • L'Insurrection ouvrière de juin 1848 ou la Première Commune - 1936
  • Saint-Just - 1937
  • À travers nos déserts - 1951
  • Les Grands Moyens - 1952
  • La Greffe de printemps - 1955
  • Les Eaux mêlées - Prix Goncourt 1955 : ce roman est imprégné des paysages de La Frette-sur-Seine et Herblay que l'écrivain réunit en une commune baptisée Virelay. En 1969, Les Eaux mêlées ont été adaptées à la télévision par Jean Kerchbron. Plusieurs scènes ont été tournées à La Frette-sur-Seine.
  • Mise au net (Pour une révolution de la discrétion) - 1957
  • Ciel ouvert - 1959
  • Le Semeur de vent - 1960
  • Les Murmures de la guerre. Roman. Editions Albin Michel. 1961
  • La Pluie sur la mer - 1962
  • La Ceinture de ciel - 1964
  • Gloucq ou la toison d'Or - 1965
  • Les Poulains - 1966
  • Le Tourniquet des innocents - 1972, Éditions Albin Michel Ce roman a pour cadre le lycée Condorcet, baptisé « lycée Montesquieu » mais bien reconnaissable.
  • Je porte plainte - [1981, Editions Albin Michel]
  • Les Sectes, un mal de civilisation - 1983, Éditions Albin Michel
  • O soldats de quarante !... - 1986, Éditions Albin Michel

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire de la littérature française contemporaine, André Bourin et Jean Rousselot, Librairie Larousse, Paris, 1966 p. 135.