Roger Bissière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Roger Bissière, né le 22 septembre 1886 à Villeréal (Lot-et-Garonne) et mort le 2 décembre 1964 à Boissièrettes (près de Cazals dans le Lot), est un peintre français de la nouvelle École de Paris.
Il est l'aîné de la génération des artistes qui font apparaître dans les années 1950 la peinture non figurative.

Biographie[modifier | modifier le code]

Roger Bissière est né à Villeréal (Lot-et-Garonne), où son père est notaire[1]. À partir de 1898 il est interne au lycée de Cahors. Son père s'installant à Bordeaux en 1902, il y poursuit ses études au lycée Michel-Montaigne. Ayant commencé à peindre en 1903, il préfère ne pas poursuivre des études de droit, et s'embarque en 1904 pour Alger où il travaille près d'un an auprès du peintre orientaliste Rochegrosse. Rentré en 1905 il fréquente l'École des Beaux-Arts de Bordeaux puis, de 1909 à 1911, l'École nationale supérieure des beaux-arts, voyageant à Rome en 1911, invité à la Villa Médicis par son ami Jean Dupas, et à Londres. À partir de 1912 et jusqu'en 1919 il écrit des articles sur la peinture dans plusieurs journaux, notamment l'hebdomadaire parisien L'Opinion.

Exempté dès 1907 puis en 1914, Roger Bissière s'engage mais est rapidement réformé. À partir de 1914 il participe à des manifestations collectives (Salon des indépendants, Salon d'automne et se lie dans les années suivantes avec André Lhote, Georges Braque, Juan Gris. Il publie en 1920 un livre sur Braque, des préfaces (Zadkine) et des articles sur Seurat, Ingres et Corot dans la revue L'Esprit Nouveau créée par Le Corbusier et Ozenfant. Bissière présente en 1921 sa première exposition personnelle à la galerie Paul Rosenberg. En 1923 France Ranson lui demande d'être professeur de peinture et de croquis à l'académie Ranson où il ouvrira en 1934 un atelier de fresque que fréquenteront notamment Alexandre Garbell, Jean Le Moal, Marinette Mathieu et Alfred Manessier. Ayant fondé une association avec ses amis Louis Latapie, Braque et Ozenfant, il fait construire au square de Montsouris, avec l'aide d'Auguste Perret, une maison dont il conçoit les plans. En 1926 naît son fils Marc-Antoine qu'il surnomme « Loutre » et qui peindra sous le nom de Louttre.B.

Lors de l'Exposition internationale des Arts et Techniques de Paris, Bissière participe en 1937 à la décoration de différents pavillons dont celui des Chemins de fer, assisté par Bertholle, Jean Le Moal et Manessier, après avoir exposé avec eux pour la première manifestation à Lyon, l'année précédente, du groupe « Témoignage ». Il quitte Paris en 1939 pour s'installer dans l'ancien presbytère qu'il a hérité de sa mère en 1902, à Boissiérettes dans le Lot.

Bissière y cesse, pendant la guerre, de peindre, pratiquant durant la décennie suivante d'aventureuses activités, « la culture avortée de la lavande » (12 000 pieds) ; « l'élevage romantique du mouton confié à la garde d'une ancienne élève, Charlotte Henschel, rescapée du nazisme et de l'académie Ranson ; l'entreprise forestière avec un compagnon nommé Manessier ; l'élevage de la vache (17 têtes et pas une goutte de lait) ; la transformation d'une Alfa Romeo de course en gazogène ; les fours à charbon de bois ; le déboisage à la jeep... », écrit Walter Lewino[2].

Sur l'initiative en 1943 de Manessier, Bissière expose en 1944 à la Galerie de France de nouveaux pastels réalisés pendant l'hiver, aux côtés d'œuvres de Bertholle, Jean Le Moal, Manessier, Gustave Singier, Louttre.B et Étienne Martin (préface de Gaston Diehl). Il compose l'année suivante des tentures avec des morceaux de tissus, chiffons ou rideaux, vieux vêtements ou chaussettes usagées, que coud et brode sa femme « Mousse », et en revient à la peinture. « Ma jeunesse a commencé à soixante ans », confiera-t-il plus tard[3]. Ses tapisseries et toiles sont exposées à la galerie René Drouin en 1947. Opéré à Nantes en 1950 d'un double glaucome, Bissière réalise une série de petits tableaux à la peinture à l'œuf, dont quelques-uns autour de l'île de Ré où il passe sa convalescence. Ses Images sans titre sont présentées en 1951 par Jean-Francois Jaeger à la galerie Jeanne Bucher qui par la suite exposera régulièrement son travail.

Église de Cornol (Suisse), vitrail de Bissière (1958)
Église de Develier (Suisse), vitrail de Bissière (1958)

En 1952, Roger Bissière reçoit le Grand Prix national des Arts. Il en revient à la peinture à l'huile en 1954 et illustre le Cantique à notre frère Soleil de saint François d'Assise, gravé par Marcel Fiorini. En 1955, Bissière est invité à la IIe Biennale de São Paulo et expose à la Dokumenta de Cassel. Il réalise en 1958 des vitraux pour les églises de Develier et Cornol en Suisse, tandis qu'une exposition rétrospective itinérante lui est consacrée dans les musées allemands et hollandais, et crée en 1960 les maquettes de deux verrières pour la cathédrale de Metz.

Bissière meurt en 1964, après l'exposition des petits panneaux du Journal en images 1962-1964 qu'il peint après la disparition de Mousse, sa femme, et la présentation de ses toiles au pavillon français de la Biennale de Venise, où il reçoit une mention spéciale d'honneur, qui ne sera plus attribuée par la suite, « en raison de l'importance historique et artistique de son œuvre. »

Rétrospectives

D'importantes rétrospectives de l'œuvre de Bissière ont été organisées dans les vingt dernières années, notamment en France, à Paris et en province, en Allemagne et aux Pays-Bas. Ses œuvres sont présentes dans un très grand nombre des plus grands musées français et européens.
Bissière fait partie des peintres réunis pour l'exposition « L'envolée lyrique, Paris 1945-1956 », présentée au Musée du Luxembourg (Sénat), d'avril à août 2006 (Grande composition, 1947 ; Sans titre, 1955 ; Paysage mexicain du Musée national d'Histoire et d'Art du Luxembourg ; Vert et blanc [Composition 232], 1955) [catalogue : (ISBN 8876246797)].

Philatélie

En hommage à Bissière, un timbre reproduisant l'une de ses œuvres, Jaune et gris, est émis par les Postes françaises en 1990 (valeur : 5 F).

Une rue Roger Bissiere lui est dédiée dans le 20e arrondissement de Paris.

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Nu au hamac, huile sur bois, Musée des beaux-arts de Bordeaux
  • Deux nus, huile sur toile 1927, Musée des beaux-arts de Bordeaux
  • Jeune femme au tricot, huile sur toile 1946, Musée des beaux arts de Bordeaux
  • Composition, 1952, huile sur toile de coton 1952, Musée des beaux-arts de Bordeaux
  • Carré lune, huile sur canevas 1954, Joseph Cantor collection carré lune 1954

Citations[modifier | modifier le code]

Signature de Bissière
« Dix ans de solitude et de silence c'est long.
Pendant dix ans je n'ai eu pour confidents que moi-même et quelques vaches paisibles que je menais paître le long des prés et des bois, sous le soleil et les nuages. (...)
J'ai oublié bien des choses inutiles. J'en ai appris d'essentielles.
Peut-être ai-je appris à regarder en moi-même.
Les bêtes, les arbres, le vent et le soleil, ce qu'aima tant le petit frère d'Assise, tout cela a pris pour moi un sens nouveau, son sens véritable.
Un sens profond, dense et lourd.
Je me suis senti saturé d'un monde d'images et de couleurs dont il fallait absolument s'alléger. (...)
Et si quelques-uns, ayant regardé s'attardent et sentent sourdre quelque sympathie pour l'homme que je suis, j'aurai gagné.
Si j'ai perdu et si nul ne me tend la main, je remettrai les miennes dans mes poches, plus profondément. »[4]


« J'ai dû bien mal m'exprimer puisque vous avez conclu que je tenais à être un peintre abstrait. Or je n'ai cessé de répéter que j'étais non figuratif, je me refusais absolument à être abstrait. Pour moi un tableau n'est valable que s'il a une valeur humaine, s'il suggère quelque chose, et s'il reflète le monde dans lequel je vis. Le paysage qui m'entoure, le ciel sous lequel j'évolue, la lumière du soir ou du matin. Tout cela je ne cherche pas à l'imiter, mais inconsciemment je le transpose et le rétablis dans tout ce que je fais. (...) Pour moi un tableau abstrait est un tableau raté, toute vie en est absente, c'est comme ceux qui empaillent le monde[5]. »

Éléments de bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : source utilisée pour la rédaction de cet article

Livres[modifier | modifier le code]

  • Max-Pol Fouchet, Bissière, Le Musée de Poche, Paris, Georges Fall éditeur, 1955 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Bissière, Journal en images, introduction de François Mathey, Paris, Éditions Hermann, 1964
  • Daniel Abadie, Bissière, Neuchâtel, Éditions Ides et Calendes, 1986 (ISBN 2825800171)
  • Bissière, Saisons (21 dessins), introduction de Robert Marteau, Paris, Porte du Sud, 1987
  • Bissière, T'en fais pas la Marie, Écrits sur la peinture 1945-1964, textes réunis et présentés par Baptiste-Marrey, Cognac, Le temps qu'il fait, 1994 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Bissière, textes de Serge Lemoine, Walter Lewino et Jean-François Jaeger, Neuchâtel, Éditions Ides et Calendes, 2000 (ISBN 2825801771) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Bissière, catalogue raisonné (2 912 œuvres recensées et authentifiées), par Isabelle Bissière, Virginie Duval et Serge Lemoine ; tome 1, travaux de 1910 à 1939 ; tome 2, travaux de 1943 à 1964 ; tome 3, textes et documents ; Neuchâtel, Editions Ides et Calendes, 2001 (ISBN 2825801550)
  • Max-Pol Fouchet, Bissière, éditions Marguerite Waknine, 2013

Catalogues[modifier | modifier le code]

Ouvrages généraux[modifier | modifier le code]

  • Lydia Harambourg, article Roger Bissière, dans L'École de Paris 1945-1965. Dictionnaire des peintres, Neuchâtel, Ides et Calendes, 1993 (ISBN 2825800481) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tous éléments biographiques extraits de Bissière, préfaces de Gaëtan Picon et François Mathey, Paris, musée des arts décoratifs, 1966
  2. Walter Lewino, dans Arts, Paris, 9-15 décembre 1984; Bissière, Musée d'art moderne de la Ville de Paris, 1986, p. 46
  3. Bissière, Musée d'art moderne de la Ville de Paris, 1986, p. 39
  4. Bissière, T'en fais pas la Marie,...(Bissière, Paris, Galerie Drouin, 1947 (fac-similé); Bissière, Paris, Musée des Arts Décoratifs, 1966 (np); Roger Bissière, Paris, Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris, 1986, p. 58 et 64; Bissière, T'en fais pas la Marie, Écrits sur la peinture 1945-1964, Cognac, Le temps qu'il fait, 1994, pp. 30-31 et 35
  5. Bissière, lettre à Georges Boudaille, dans Les Lettres françaises, 6-12 janvier 1966; Bissière, Paris, Musée d'Art Moderne, 1986 (p. 15)