Rodrigue Tremblay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rodrigue Tremblay
Image illustrative de l'article Rodrigue Tremblay
Fonctions
Ministre de l'Industrie et du Commerce
19761979
Député de Gouin à l'Assemblée nationale du Québec
1976 – 1981
Biographie
Date de naissance 13 octobre 1939 (75 ans)
Lieu de naissance Matane, Québec
Nationalité Québécoise
Parti politique Parti québécois
Profession Économiste
Professeur à l'Université de Montréal (1967- )
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tremblay.

Rodrigue Tremblay (Matane, 13 octobre 1939 -) est un économiste, un homme politique et un professeur québécois. Il est un spécialiste en macroéconomique, en finances publiques et en finances internationales. Il est un auteur prolifique d’ouvrages en économie et en politique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Natif de Matane, Rodrigue Tremblay obtient un baccalauréat en arts à l'Université Laval en 1961, un B.Sc. en économie à l'Université de Montréal en 1963, une maîtrise (1965) et un doctorat en économie à l'Université Stanford en 1968.

Il enseigne l'économie à l'Université de Montréal depuis 1967. Il est professeur émérite depuis 2002.

Tremblay a notamment dirigé L'Association canadienne de science économique (SCSE) (1974-75), la North American Economics and Finance Association (1986-87), le département des sciences économiques de l'Université de Montréal (1973-76). Il a agi comme membre du Comité de règlement des différends commerciaux créé en vertu de l'Accord de libre-échange canado-américain (ALENA) (1989-1993) et a été vice-président de l'Association internationale des économistes de langue française (AIELF), de 1999 à 2005.

Il a aussi été chercheur invité et consultant pour la Banque du Canada, le Conseil économique du Canada, la Commission d'enquête sur le commerce des alcools au Québec, l'Union monétaire ouest-africaine, la Commission royale sur l'Union économique et les perspectives de développement du Canada (Commission MacDonald) et les Nations unies. Tremblay a fondé la North American Review of Economics and Finance et a été éditeur pour L'Action nationale et Les Affaires. Il est membre du Comité des politiques publiques de l’Association des économistes québécois (ASDEQ).

Rodrigue Tremblay a été élu député dans la circonscription de Gouin le 15 novembre 1976, sous la bannière du Parti québécois. Il fut nommé ministre de l'Industrie et du Commerce dans le gouvernement de Lévesque. Il est responsable de l'introduction de la vente des vins dans les épiceries. Il démissionna cabinet le 19 septembre 1979. Il retourna à l'enseignement universitaire le 15 avril 1981.

Ouvrages publiés[modifier | modifier le code]

  • The Role of International Financial Flows in the International Payments Mechanism, University Microfilms, 1967
  • La science économique, 1967
  • L'Économique, une introduction à l'analyse des problèmes économiques de toute société, 1969
  • Indépendance et marché commun Québec-USA, 1970
  • Afrique et intégration monétaire, 1970
  • L'Économique, problèmes et exercices, 1970
  • La théorie du commerce international, 1971
  • La théorie monétaire internationale, 1972
  • Analyse microéconomique, 1975
  • L'Économie québécoise, 1976
  • L'Indépendance économique du Canada français, 1977
  • La 3e Option, 1979
  • Le Québec en crise, 1981
  • Économie et finances publiques, 1982
  • Issues in North American Economics and Finance, 1987
  • Le rôle des exportations dans la croissance et le développement économique, Institut de recherches politiques, 1990
  • Macroéconomique moderne, théories et réalités, 1992
  • Économie et finances publiques, 1997
  • Politique et Économie, 1998
  • Les Grand enjeux politiques et économiques du Québec, 1999
  • L'heure juste, 2001
  • Pourquoi Bush veut la guerre, 2003
  • Le Nouvel Empire Américain, 2004
  • The New American Empire, 2004
  • Le Code pour une éthique globale, 2009
  • The Code for Global Ethics, 2010

Contributions en économie[modifier | modifier le code]

  • Rodrigue Tremblay est un de ces économistes rares et polyvalents dont les réalisations couvrent plusieurs domaines, tant en économie fondamentale que dans le champ des politiques économiques. Il a particulièrement laissé sa marque de trois manières.
  • Premièrement, il y a le Tremblay généraliste et communicateur traduisant la pensée économique pour un large auditoire. Ses nombreux manuels d'économie et de macroéconomie ont innové dans les années '70, et ont favorisé l'étude des sciences économiques dans plusieurs pays francophones. Ils étaient rédigés dans un langage clair, rigoureux et avec précision.
  • En deuxième lieu, on retrouve ses contributions dans les domaines de l'économie internationale, du développement économique et de celui des grands cycles économiques. En 1968, il fit ressortir le rôle central que les mouvements de capitaux courts jouent dans l'ajustement des balances des paiements (Rev. Can. D'Écon.-1968). Il a aussi innové avec ses travaux sur les grands cycles économiques en liant les chocs politiques et les chocs économiques comme causes d'instabilité économique cyclique. (Rev. of North American Economics and Finance-1988). Tremblay s'est ensuite attaqué à la question du libre-échange et au rôle des rendements croissants ou à l'échelle, c’est-à-dire l’idée que les coûts unitaires d’une entreprise diminuent à mesure que l'étendue des marchés et l’échelle de production s’accroît, avec ses travaux portant sur "la croissance par l'exportation" (Rev. of North American Economics and Finance-1991).
  • Troisièmement, les travaux du professeur Tremblay sur les échanges internationaux et l'intégration économique ont eu des échos dans les débats de politique économique, particulièrement en matières de politique commerciale et de politique monétaire. Dans la première moitié des années 1970, en effet, Tremblay conseilla l'Union monétaire ouest-africaine (UMOA) dans son orientation monétaire, à la suite de la révision des statuts de cette zone monétaire (voir son ouvrage Afrique et Intégration Monétaire, 1970). En 1988, Tremblay assuma la présidence du Comité des économistes canadiens favorables au libre-échange, d'abord entre le Canada et les États-Unis, et ensuite entre le Canada, les États-Unis et le Mexique dans le cadre de l'Accord de libre-échange Nord-Américain (ALENA).

Contributions à la politique[modifier | modifier le code]

  • En octobre 1970, Rodrigue Tremblay publia un manifeste politico-économique, Indépendance et marché commun Québec – États-Unis (Les Éditions du Jour), lequel annonçait des développements futurs. Il entrevoyait alors la création d'un marché commun nord-américain, en conjonction avec une poussée du Québec vers un statut de souveraineté politique. Dix ans plus tard, le 20 mai 1980, le gouvernement du Québec organisa un premier référendum sur l'accession du Québec à la souveraineté politique. Et, dix-neuf ans plus tard, le 1er janvier 1989, entrait en vigueur l'Accord de libre-échange canado-américain (ALE), lequel fut remplacé par l'ALÉNA entre les États-Unis, le Canada et le Mexique en 1994. En 1979, après avoir démissionné en tant que ministre de l'Industrie et du Commerce dans le gouvernement du Québec, il publia La 3e option (Éditions France-Amérique) dans lequel Rodrigue Tremblay proposait un réaménagement du fédéralisme canadien, assorti d'une plus grande autonomie pour la seule province majoritairement francophone au Canada, le Québec. Rodrigue Tremblay reprit cette idée dans un premier ouvrage de mémoires politiques en publiant, en 1981, Le Québec en crise (Les Éditions Select).
  • Le gouvernement fédéral canadien, sous la direction du premier ministre Brian Mulroney, introduisit, en 1987, un programme de réforme du fédéralisme canadien, désigné sous le vocable de Accord du lac Meech. Ce projet de réforme constitutionnelle visait à accorder davantage d'autonomie au Québec en échange de celui-ci qu'il entérine la Constitution de 1982 dont l'adoption s'était faite à l'encontre des vœux exprimés unanimement par l'Assemblée nationale du Québec.
  • L'échec de l'Accord du Lac Meech, le 23 juin 1990, donna lieu par la suite à deux référendums constitutionnels, soit le référendum canadien sur l'Accord de Charlottetown, le 26 octobre 1992, et le référendum de 1995 au Québec, tenu le 30 octobre 1995. Les deux consultations se soldèrent par un vote négatif majoritaire, soit 54,3 % dans le premier cas et 50,6 % dans le deuxième cas. —Le 30 juin 1993, Rodrigue Tremblay publie dans le journal Le Devoir un article-choc intitulé « Les Québécois forment-ils un peuple? » qui l'amène à conclure: « Il serait peut-être temps que les Québécois francophones décident une fois pour toutes s'ils forment un peuple normal et décident d'agir en tant que tel, ou s'ils ne sont qu'une minorité culturelle et linguistique dans un Canada de plus en plus anglophone. »
  • De 1999 à 2004, Rodrigue Tremblay publia quatre ouvrages de politique québécoise, canadienne et internationale. En 1999, ce fut Les grands enjeux politiques et économiques du Québec (Les Éditions Transcontinentales), lequel reprenait les idées exprimées par l'auteur dans le Journal Les Affaires. En 2002, Rodrigue Tremblay publia un livre de réflexion politique générale, L’Heure Juste, Le choc entre la politique, l’économique et la morale (Les Éditions internationales Alain Stanké).
  • En 2003, Rodrigue Tremblay touche à la politique internationale. Début 2003, il se prononce publiquement contre l'intervention militaire en Irak du gouvernement américain de George W. Bush. Il résume sa position dans un livre qu'il publie chez Les Éditions Les Intouchables, Pourquoi Bush veut la guerre, Religion, politique et pétrole dans les conflits internationaux, plus d'un mois avant l'invasion militaire américaine de l'Irak
  • En 2004, une version américaine du livre sortit aux États-Unis (The New American Empire), tandis qu'une version européenne fut aussi publiée chez l'Harmattan, aussi en 2004 (Le Nouvel Empire Américain). Une traduction en langue turque, sous le titre de Yeni Amerikan †mparatorlu›u, fut publiée en Turquie, en 2007.

Contributions en éthique[modifier | modifier le code]

Le professeur Tremblay publia Le Code pour une éthique globale, accompagnée d'une préface du Dr. Paul Kurtz en 2009 (édition en français), aussi en 2009 (édition canadienne anglaise) et en 2010 (édition américaine en anglais), L'ouvrage codifie d'une manière pédagogique les principes humanistes les plus fondamentaux du comportement humain. Le Code pour une éthique globale, en effet, propose un code d'éthique globale qui est moderne et progressiste et qui est résumé en dix règles ou principes humanistes. Les thèmes vont de la dignité humaine, la vie humaine, la tolérance, la nécessité de partager, et la nécessité d'éviter la domination et les superstitions, à la préservation de l'environnement naturel de la Terre, la question de la violence et des guerres, la question de la démocratie politique et économique, la séparation de l'Église et l'État, et le rôle central de l'éducation et des connaissances en tant que moyens d'atteindre le bonheur personnel, de même que l'indépendance et la liberté individuelles. Le livre est aussi une critique de plusieurs règles éthiques d'origine religieuse et propose des solutions à certains dilemmes moraux.

Honneurs[modifier | modifier le code]

  • Boursier Université de Montréal, 1961
  • Woodrow Wilson Fellow, 1963
  • Ford International Fellow, Stanford University, 1964
  • Prix de l'excellence en enseignement, Université de Montréal, 1998
  • Professeur émérite, 2002
  • Prix Condorcet, 2004

Bibliographie partielle[modifier | modifier le code]

  • The Code for Global Ethics, Ten humanist Principles, Rodrigue Tremblay, Prometheus, 2010, (ISBN 978-1616-141721)
  • The Code for Global Ethics, Toward a Humanist Civilization, Rodrigue Tremblay, Trafford, 2009, (ISBN 978-1426-913587)
  • Le code pour une éthique globale, vers une civilisation humaniste, Rodrigue Tremblay, Liber, 2009, (ISBN 978-2895-781738)
  • The New American Empire, (en langue turque), Rodrigue Tremblay, Nova publishing, Ankara, Turquie, 2006, (ISBN 9944119399[à vérifier : ISBN invalide])
  • Le Nouvel Empire Américain, Causes et conséquences pour les Etats-Unis et pour le monde, Rodrigue Tremblay, L'Harmattan, 2004, (ISBN 2747562875)
  • The New American Empire, Rodrigue Tremblay, Infinity, 2004, (ISBN 0741418878)
  • Pourquoi Bush Veut la Guerre, Rodrigue Tremblay, Les Intouchables, 2003, (ISBN 2895490996)
  • L'Heure Juste, Rodrigue Tremblay, 2002, Stanke International, (ISBN 2760408507)
  • Les Grands Enjeux Politiques et Économiques du Québec, Transcontinental Inc., Rodrigue Tremblay, 1999, (ISBN 2894721153).

Quelques citations de Rodrigue Tremblay[modifier | modifier le code]

  • « S'il est bon d’introduire la rationalité économique dans les débats publics, il faut se garder de jeter le bébé avec l’eau du bain et faire des marchés ce qu’ils ne sont pas, ce qu’ils n’ont jamais été et ce qu’ils ne seront jamais, c’est-à- dire des mécanismes parfaits d’allocation des ressources. »
  • « Le monde devrait prêter attention quand quelqu'un avec un esprit fanatique et de grands moyens reçoit ses ordres du ciel. »
  • « Les guerres sont de cruels stratagèmes inventés pour enrichir les riches et pour appauvrir les pauvres. »
  • « Ce n'est point la foi qui procure la liberté; c'est plutôt le savoir qui libère. »
  • « Un politicien incompétent qui s'entoure de gens compétents peut se tirer d'affaire. Cependant, s'il est assez stupide pour s'entourer de gens semblables à lui, l'échec est certain. »
  • « Les deux principaux fléaux de l'humanité ont été les religions et les guerres, et souvent ils sont interreliés. »
  • « Une minorité organisée est habituellement plus forte qu'une majorité désorganisée. »
  • « Les gens se sont inventé des dieux pour se consoler du peu de contrôle qu'ils ont sur la vie et sur la mort. »
  • « Sur l'échiquier politique, ceux qui occupent le centre peuvent avoir de l'influence, mais rarement le pouvoir. »
  • « Les cimetières sont remplis de gens avec de gros fonds de retraite. »
  • « Le fait de ne pas avoir un bon gouvernement ne signifie nullement que l'on ne soit pas gouverné. »
  • « Dans notre monde super-médiatisé, on a les gouvernements que les commentateurs et les journalistes méritent. »
  • « Un gouvernement désireux de contrôler une population n'a jamais assez de renseignements sur les citoyens. »
  • « L'enfer sur terre, c'est lorsqu'on n'a trop peu ou trop de choses. »
  • « Ce serait vraiment scandaleux si les États-Unis, lesquels furent fondés sur des principes humanistes et démocratiques, allaient s'employer à remplacer les anciens empires et nier aux autres peuples et nations le droit à l'auto-détermination. »

Archives[modifier | modifier le code]

Le fonds d'archives de Rodrigue Tremblay est conservé au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fonds Rodrigue Tremblay (P785) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]