Rodolphe Salis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Salis.
Rodolphe Salis, seigneur de Chanoirville-en-Vexin

Louis Rodolphe Salis[1] (né à Châtellerault le et mort à Naintré le ) est le créateur, animateur, et propriétaire du célèbre cabaret parisien Le Chat noir.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un limonadier de Châtellerault, Rodolphe Salis, arrivé à Paris en 1872 à la sortie du régiment, s'installe au quartier latin, à l'hôtel de Rome, rue de Seine. Il fonde « l'école vibrante ou iriso-subversive de Chicago[2] », pour donner de l'importance à son groupe artistique et surtout pour inspirer confiance aux éditeurs d'imageries religieuses. Il fabriquait en effet, pour vivre, des chemins de croix et autres objets de piété qu'il peignait en série avec des amis.

« En fait, elle avait surtout pour but immédiat mais non avoué la confection en série de chemins de croix à huit et quatorze francs pièce pour un magasin d'objets religieux du quartier Saint Sulpice. La besogne, ô combien fastidieuse était répartie entre les quatre " écoliers " selon leurs dispositions particulières. René Gilbert peignait les têtes, Wagner les mains, Antonio de la Gandara les draperies, Salis, enfin, les fonds et les paysages[3]. »

Pour associer l'art et le débit de boisson, il a l'idée de créer un café « du plus pur style Louis XIII... avec un lustre en fer forgé de l'époque byzantine et où les gentilshommes, les bourgeois et manants seraient dorénavant invités à boire l'absinthe habituelle de Victor Hugo et celle que préférait Garibaldi[4] et de l'hypocras dans des coupes d'or ». En réalité, le premier cabaret Le Chat noir, ouvert en novembre 1881, commence par servir du mauvais vin dans un décor sommaire, mais déjà, à la porte, les clients sont accueillis par un Suisse splendidement chamarré, couvert d'or des pieds à la tête, chargé de faire entrer les peintres et les poètes tout en laissant dehors les « infâmes curés et les militaires ». Salis, pince-sans-rire, faisait admirer sur une haute cheminée de marbre « le crâne de Louis XIII enfant[5]. »

Plaque commémorative au 12, rue Victor-Massé

Le 10 juin 1885, en grande pompe, Salis emménage dans le nouveau local situé au 12, rue Victor-Massé.

Salis avait rencontré quelque temps auparavant Émile Goudeau, qu'il avait convaincu de transférer dans son établissement ses Hydropathes, lesquels se réunissaient jusqu'alors sur la rive gauche. Très rapidement, les poètes et les chansonniers qui se produisent au Chat noir attirent la meilleure clientèle de Paris. On y vient avant tout pour les reparties spirituelles, qui fusent souvent aux dépens des clients, interpellés d'un « Tiens, t'es finalement sorti de prison ? » ou d'un « Qu'est-ce que t'as fait de ta poule d'hier ? » à un nouveau client visiblement accompagné de sa femme. Un soir, le futur roi Édouard VII y est apostrophé en ces termes : « Eh bien, regardez-moi celui-là : on dirait le Prince de Galles tout pissé ! »

Tous les vendredis, un déjeuner est l'occasion de préparer les spectacles et la revue humoristique. D'une pingrerie légendaire[6], Rodolphe Salis trouve toutes les excuses du monde pour ne pas payer son personnel, ses fournisseurs et ses artistes. Le succès aidant, il demande même à être payé par ceux qu'il accueille au Chat noir. Mais son bagout, son sens de l'organisation, sa personnalité exceptionnelle attirent dans son établissements les artistes de toute sorte et un public toujours plus nombreux. Il a l'idée de jouer de la musique dans son cabaret en y installant un piano, innovation alors interdite, ce qui lui permet de prendre l'avantage sur la concurrence.

« Homme carré d'épaules, roux de poil et de teint vermillonné, écrit Laurent Tailhade. Sans âge encore que bedonnant, le visage griffé de nombreuses rides, il poitrinait dans un romantique pourpoint dont le satin à ramages contrastait avec la sobriété d'une redingote sombre. Intacte, sa chevelure fauve s'accordait avec sa barbe cuivrée et lui donnait l'air d'un reître flamand... Baryton de bronze, emphatique, mordant et goguenard dont les tonnerres bafouaient cyniquement les philistins... Prodigieuse nature de charlatan[7]. »

Dans les années 1890, il se lance dans des tournées dans toute la France, louant — chose qui ne se faisait pas à l'époque — les théâtres et établissements où il se produit, encaissant toutes les recettes et refusant souvent, sous divers prétextes, de payer le prix de la location de la salle.[réf. nécessaire]

Le Chat noir[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Les Contes du Chat Noir, Paris, La Librairie illustrée

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nommé Rodolphe Constant Maximin Salis sur son acte de naissance en date du .
  2. Théâtre populaire de Châtellerault : Autour du Chat noir
  3. Michel Herbert, La Chanson à Montmartre, La Table Ronde.
  4. Benoît Noël, L'Absinthe. Une fée franco-suisse : une fée franco-suisse, ed. Cabedita, 2001.
  5. Jacqueline Baldran, Paris, carrefour des arts et des lettres, 1880-1918, L’Harmattan, 2002.
  6. Journal Le Châtelleraudais, décembre 20O7.
  7. Laurent Tailhade n'aimait guère Salis pour cause des moqueries de Salis faites en public. Gilles Picq, Jean-Pierre Rioux, Laurent Tailhade ou de la provocation considérée comme un art de vivre, Maisonneuve & Larose, 2001.
  8. Alain Dautriat, Sur les murs de Paris : guide des plaques commémoratives, L'Inventaire, 1999.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Edmond Deschaumes, Le Cabaret du Chat noir, Revue encyclopédique 1897
  • Anne de Bercy, Armand Ziwès, À Montmartre…le soir, Grasset, 1951
  • Mariel Oberthür, Musée d'Orsay, Le Chat noir, 1881-1897 : exposition présentée au Musée d'Orsay du 25 février au 31 mai 1992, Réunion des musées nationaux, 1992
  • Laurent Tailhade, Petits Mémoires de la vie, éd. BiblioBazaar, 2008
  • Philippe Autrive: " Rodolphe Salis " site