Rodolphe Adada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Rodolphe Adada, né le 28 avril 1946 à Gamboma[1], est un homme politique et diplomate congolais. Durant le monopartisme (Parti congolais du travail - PCT), il fait partie du gouvernement du Congo-Brazzaville de 1977 à 1991 ; après le retour au pouvoir du président Denis Sassou-Nguesso, il est ministre des Affaires étrangères de 1997 à 2007, puis représentant spécial conjoint de l'Organisation des Nations unies et de l'Union africaine pour le Darfour de 2007 à 2009. Il entre de nouveau au gouvernement du Congo-Brazzaville en tant que ministre d'État pour le développement industriel et la promotion du secteur privé depuis septembre 2009.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Rodolphe Adada, mathématicien de formation, enseigne quelques années en France (dans la région nantaise) à la fin de ses études. Il rejoint le comité central du PCT en 1972. Il a été nommé ministre des Mines et de l'énergie dans le gouvernement nommé le 5 avril 1977 par Joachim Yhombi-Opango. Il est resté dans le gouvernement après la prise du pouvoir par Denis Sassou-Nguesso en 1979. Il est ministre des Mines et de l'énergie jusqu'en 1984, date à laquelle il devient ministre des Mines et des hydrocarbures. Dans le gouvernement nommé le 13 août 1989, il est transféré au poste de ministre des Enseignements secondaire et supérieur, chargé de la Recherche Scientifique ; il est resté dans cette position jusqu'en 1991.

En mai 2002, lors des élections législatives, Rodolphe Adada est élu à l'Assemblée nationale en tant que candidat du PCT dans la première circonscription de Ouenze, le 5e arrondissement de Brazzaville. Il remporte le siège au premier tour avec 67,46 % des voix. Il conserve son poste au gouvernement après l'élection. Il est promu au rang de ministre d'État aux Affaires étrangères affaires dans le gouvernement nommé le 7 janvier 2005.

Le 8 mai 2007, il est nommé Représentant spécial conjoint de l'Organisation des Nations unies et l'Union africaine pour le Darfour. Basile Ikouébé le remplace comme Ministre des affaires étrangères. Prenant la parole au Conseil de sécurité des Nations unies. Rodolphe Adada quitte par la suite son poste au Darfour, et le président Denis Sassou-Nguesso, après sa réélection en juillet 2009, le fait rentrer au gouvernement en tant que ministre d'État pour le développement industriel et de la promotion du secteur privé, le 15 septembre 2009.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. John Frank Clark et Samuel Decalo, « Rodolphe Adada », in Historical Dictionary of Republic of the Congo, Scarecrow Press, 2012, p. 29-30 (ISBN 9780810849198)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) John Frank Clark et Samuel Decalo, « Rodolphe Adada », in Historical Dictionary of Republic of the Congo, Scarecrow Press, 2012, p. 29-30 (ISBN 9780810849198)