Rodney Alcala

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rodney Alcala
Alcala, emprisonné et photographié en 1997.
Alcala, emprisonné et photographié en 1997.
Information
Nom de naissance Rodrigo Jacques Alcala Buquor
Surnom The Dating Game Killer
John Berger
John Burger
Rod Alcala
Naissance 23 août 1943 (71 ans)
San Antonio (Texas), États-Unis
Nationalité Américain
Condamnation 2010
Sentence Peine de mort
Meurtres
Nombre de victimes 8—130[1],[2]
Période 1968 - 1979
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Arrestation 1979

Rodney James Alcala (né Rodrigo Jacques Alcala Buquor le 23 août 1943) est un violeur et tueur en série américain. Il est condamné à mort en Californie en 2010 pour cinq meurtres commis dans cet État entre 1977 et 1979[3], il est aussi mis en accusation pour deux homicides supplémentaires à New York[4]. Le nombre total de victimes demeure inconnu mais pourrait être beaucoup plus élevé[5]. Alcala a fait preuve d'une exceptionnelle cruauté. Les procureurs disent qu'il "jouait" avec ses victimes avant de les étrangler jusqu'à ce qu'elles perdent conscience, puis il répétait cette opération plusieurs fois avant de finalement les tuer[6].

Il est parfois appelé le « Dating Game Killer » en raison de son apparition en 1978 à la télévision américaine dans un jeu de rencontre amoureux (« dating game »), au milieu de sa série de meurtres[7]. La police a découvert une collection de plus d'un millier de photographies prises par Alcala, la plupart du temps des femmes et des garçons adolescents, la plupart d'entre eux dans des poses sexuellement explicites. Ils spéculent même que certains de ses sujets photographiés pourraient être des victimes supplémentaires[8]. Un détective de la police a dit de lui que c'est « une machine à tuer »[9], les criminalistes l'ont comparé à Ted Bundy. Un enquêteur spécialiste des homicides et familier avec les éléments de preuve a spéculé que Alcala aurait assassiné jusqu'à 50 femmes, tandis que d'autres estimations avancent 130.

Enfance[modifier | modifier le code]

Alcala est né Rodrigo Jacques Alcala Buquor à San Antonio (Texas) et il est le fils de Raoul Alcala Buquor et d'Anna Maria Gutierrez. Son père abandonne sa famille ; sa mère, lui et ses sœurs emménagent à Los Angeles alors qu'il n'avait que 12 ans[10].

Il s'engage dans l'Armée des États-Unis en 1960, à l'âge de 17 ans. En 1964, après avoir souffert d'une « crise nerveuse », il est diagnostiqué de trouble de la personnalité antisociale[11] par un psychiatre du milieu militaire ; d'autres diagnostics dans son cas impliquaient les troubles de la personnalité narcissique et borderline[12].

Criminalité[modifier | modifier le code]

Alcala commet son premier crime en 1968 : un motard est le témoin d'Alcala en train de violer une enfant de huit ans nommée Tali Shapiro[13] dans son appartement et appelle la police. La petite fille a été retrouvée violée et battue à coup de barre de fer, mais Alcala a réussi à s'échapper[14].

En juin 1971, Cornelia Michel Crilley, une jeune hôtesse de l'air âgée de 23 ans, a été retrouvée morte violée et étranglée dans son appartement à Manhattan. L'identité de son meurtrier est restée secrète pendant 40 ans[15]. Plus tard ce même été, deux enfants dans un camp du New Hampshire remarquent les avis de recherche d'Alcala affichés par le FBI. Il est arrêté et extradé en Californie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « '100 victims' of serial killer Rodney Alcala », sur mirror.co.uk,‎ 11 août 2008 (consulté le 5 avril 2011)
  2. (en) Gardner, David (1er avril 2010). The 'most prolific' serial killer in U.S. history is sentenced to death as police fear he could be behind 130 murders. London Daily Mail archive Consulté le 23 mars 2011.
  3. (en) David Gardner, « Rodney Alcala sentenced to death for murders of four women and girl, 12 | Mail Online », sur Dailymail.co.uk,‎ 1er avril 2010 (consulté le 1er avril 2010)
  4. (en) Secret, Mosi (26 janvier 2011). After Decades, Charges in 2 Manhattan Murders. NY Times archive Consulté le 1er mars 2011.
  5. (en) « Hunt for girls in serial killer Rodney Alcala’s photos | The Sun |Features », sur The Sun,‎ 13 mars 2010 (consulté le 19 mars 2010)
  6. (en) Pelisek, C (20 mars 2010): Orange County Judge Sentences Serial Killer and Dating Game Winner Rodney Alcala to Death (UPDATED). 'LA Weekly archive Consulté le 1er septembre 2011.
  7. (en) « Convicted serial killer won on 'Dating Game' », sur CNN.com,‎ 10 mars 2010 (consulté le 10 mars 2010)
  8. (en) Tresniowski A and Breuer H: "The Eye of a Killer: Police Discover a Chilling Cache of Photos". People Magazine, April 19, 2010, pp. 86-90. Consulté le 26 juillet 2010.
  9. (en) Baum, G and Esquivel, P. Serial killer Rodney Alcala faces charges in New York slayings. LATimes.com Consulté le 14 mars 2011.
  10. (en) Montaldo, Charles: Profile of Serial Killer Rodney Alcala. About.com Crime/Punishment archive Consulté le 25 octobre 2011.
  11. (en) Yahoo
  12. (en) Psychiatrist testifies Alcala may have untreatable mental disorder (4 mars 2010). Orange County Local News Network archive Consulté le 14 mars 2011.
  13. 48 Hours Mystery (25 septembre 2010): "The Killing Game." CBSNews.com Consulté le 26 septembre 2010.
  14. (en) Finlay Melissa, « Rodney Alcala Case: Child rape, Tali S. and Corrine ‘Michael’ Crilley (photos, slideshow) », sur primewriter.com,‎ 23 mars 2010 (consulté le 13 mars 2010)
  15. (en) Secret, Mosi (4 février 2011). 40 Years On, Detective Sees Light Shed on a Killing. NY Times archive Consulté le 1er mars 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]