Robyn Orlin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Orlin (homonymie).

Robyn Orlin

Naissance 1955
Johannesburg
Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud
Activité principale Chorégraphe et danseuse
Style Danse contemporaine
Années d'activité Depuis 1980
Formation Art visuel à Chicago

Robin Orlyn, née en 1955 à Johannesburg en Afrique du Sud, est une danseuse et chorégraphe sud-africaine de danse contemporaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Robyn Orlin est née d'un père lituanien et d'une mère danseuse polonaise émigrés en Afrique du sud avant la Seconde Guerre mondiale[1]. Après une formation de danse classique, elle part, à la fin des années 1970, étudier la danse contemporaine à Londres, et fait des études d'art visuel à Chicago entre 1990 et 1995. Elle débute sa carrière de chorégraphe en 1980. Ses thèmes de prédilection ont directement à voir avec les drames qui ont parcouru et continuent de traverser son pays (apartheid, sida) en utilisant une forme de danse très théâtrale et en se servant de la vidéo. Les spectateurs sont parfois amenés à participer de manière interactive au spectacle. Elle revisite également de manière humoristique les grands classiques de l'art occidental. Longtemps perçue comme l'enfant terrible de la danse sud-africaine avant sa reconnaissance en Europe au début des années 2000, elle reste convaincue que « l'art ne sert à rien, s'il n'est pas en prise avec le réel »[2].

Chorégraphies[modifier | modifier le code]

  • 1990 : If You Can’t Change the World Change Your Curtains
  • 1996 : Naked on a goat (prix FNB Vita)
  • 1999 : Daddy, I’ve Seen This Piece Six Times Before and I Still Don’t Know Why They’re Hurting Each Other
  • 2000 : F.(Untitled) (On Trying to Understand a Classic)
  • 2001 : We Must Eat Our Suckers With the Wrapper On
  • 2001 : The Future May Be Bright, But It’s Not Necessarily Orange... avec Ann Crosset
  • 2002 : Ski-Fi-Jenni
  • 2004 : Although I Live Inside... My Hair Will Always Reach Towards the Sun avec Sophiatou Kossoko
  • 2005 : When I Take Off My Skin and Touch the Sky With My Nose, Only Then Can I See Little Voices Amuse Themselves
  • 2006 : Hey Dude I Have Talent I'm Just Waiting for God... en collaboration avec Vera Mantero
  • 2007 : L'Allegro, il Penseroso ed il Moderato de Georg Friedrich Haendel, création pour le Ballet de l'Opéra national de Paris
  • 2007 : Still Live...., pour Via Katlehong Dance
  • 2008 : Dressed To Kill... Killed To Dress...
  • 2008 : Je suis venu... j'ai vu... j'ai mâché des malabars... une pièce en « hommage » à César pour et avec Seydou Boro
  • 2008 : Porgy and Bess de George Gershwin, DuBose Heyward, Dorothy Heyward et Ira Gershwin Opéra en trois actes. Mise en scène pour le Théâtre national de l'Opéra-Comique
  • 2009 : With Astonishment I Note the Dog... (revisited) création pour et avec la Compagnia dell’Accademia nazionale di danza di Roma, pour la Biennale de Venise
  • 2009 : Walking Next to Our Shoes... Intoxicated By Strawberries and Cream, We Enter Continents Without Knocking...
  • 2009 : Babysitting Petit Louis création avec les gardiens et dans les salles du Musée du Louvre
  • 2010 : Call It... Kissed By the Sun... Better Still the Revenge of Geography...! création pour et avec Ibrahim Sissoko
  • 2011 : ...Have You Hugged, Kissed and Respected Your Brown Venus Today?
  • 2012 : Beauty Remained for Just a Moment then Returned Gently to Her Starting Position en collaboration avec le collectif Moving into Dance de Sylvia Glasser
  • 2012 : Babysitting tête de cire avec cinq gardiens et dans les salles du Palais des beaux-arts de Lille
  • 2013 : In a World Full of Butterflies, It Takes Balls to Be a Caterpillar... Some Thoughts on Falling...
  • 2014 : Coupé-décalé en collaboration avec James Carlès

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 2005 : Beautés cachées : sales histoires, court-métrage de 24 min
  • Robyn Orlin, de Johannesburg au Palais Garnier, documentaire 87 min de Philippe Lainé et Stéphanie Magnant, Zadig Productions/Arte

Références[modifier | modifier le code]

  1. Panorama de la danse contemporaine. 90 chorégraphes, par Rosita Boisseau, Éditions Textuel, Paris, 2006, p.445
  2. Robyn Orlin fantaisiste rebelle par Olivier Hespel aux éditions de l'attribut, Toulouse, 2006.

Liens externes[modifier | modifier le code]