Robot d'indexation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Spider.

Un robot d'indexation (ou littéralement araignée du Web ; en anglais web crawler ou web spider) est un logiciel qui explore automatiquement le Web. Il est généralement conçu pour collecter les ressources (pages Web, images, vidéos, documents Word, PDF ou PostScript, etc.), afin de permettre à un moteur de recherche de les indexer.

Fonctionnant sur le même principe, certains robots malveillants (spambots) sont utilisés pour archiver les ressources ou collecter des adresses électroniques auxquelles envoyer des courriels.

En Français, depuis 2013, crawler est remplaçable par le mot collecteur[1].

Il existe aussi des collecteurs analysant finement les contenus afin de ne ramener qu'une partie de leur information. Dès les années 1990, il a ainsi existé des comparateurs de prix automatiques, puis des comparateurs performance/prix pour les microprocesseurs[2]. Des frameworks tout faits comme Scrapy existent pour écrire de tels robots[3].

Principes d'indexation[modifier | modifier le code]

Pour indexer de nouvelles ressources, un robot procède en suivant récursivement les hyperliens trouvés à partir d'une page pivot. Par la suite, il est avantageux de mémoriser l'URL de chaque ressource récupérée et d'adapter la fréquence des visites à la fréquence observée de mise à jour de la ressource. Toutefois, si le robot respecte les règles du fichier robots.txt, alors de nombreuses ressources échappent à cette exploration récursive. Cet ensemble de ressources inexploré est appelé Web profond ou Web invisible.

Un fichier d'exclusion (robots.txt) placé dans la racine d'un site Web permet de donner aux robots une liste de ressources à ignorer. Cette convention permet de réduire la charge du serveur Web et d'éviter des ressources sans intérêt. Toutefois, certains robots ne se préoccupent pas de ce fichier.

Deux caractéristiques du Web compliquent le travail du robot d'indexation : le volume de données et la bande passante. Les capacités de traitement et de stockage des ordinateurs ainsi que le nombre d'internautes ayant fortement progressé, cela lié au développement d'outils de maintenance de pages de type Web 2.0 permettant à n'importe qui de mettre facilement en ligne des contenus, le nombre et la complexité des pages et objets multimédia disponibles, et leur modification, s'est considérablement accru dans la première décennie du XXIe siècle. Le débit autorisé par la bande passante n'ayant pas connu une progression équivalente, le problème est de traiter un volume toujours croissant d'information avec un débit relativement limité. Les robots ont donc besoin de donner des priorités à leurs téléchargements.

Le comportement d'un robot d'indexation résulte de la combinaison des principes suivants :

  • Un principe de sélection qui définit quelles pages télécharger.
  • Un principe de re-visite qui définit quand vérifier s'il y a des changements dans les pages.
  • Un principe de politesse qui définit comment éviter les surcharges de pages Web (délais en général).
  • Un principe de parallélisation qui définit comment coordonner les robots d'indexations distribués.

Les robots du Web 3.0[modifier | modifier le code]

Le Web 3.0 définit des technologies avancées et de nouveaux principes de recherche sur Internet qui devront s'appuyer en partie sur les normes du Web sémantique. Les robots du Web 3.0 exploiteront des méthodes d'indexation impliquant des associations personne-machine plus intelligentes que celles qui sont pratiquées aujourd'hui.

Le Web sémantique se distingue de la sémantique appliquée aux langues : tandis que la sémantique linguistique comprend les significations des mots composés ainsi que les relations entre tous les mots d'une langue, le Web sémantique ne représente que l'architecture des relations et des contenus présents sur le Web.

Robots[modifier | modifier le code]

  • VoilaBot est le robot d'indexation d'Orange. Il possède sa propre base de données mise à jour par le robot.
  • HTTrack est un logiciel aspirateur de site internet qui crée des miroirs des sites Web pour une utilisation hors ligne. Il est distribué sous la licence GPL.
  • GM Crawl[4] est utilisé par le moteur de recherche vertical GM Recruitment et le moteur de recherche en langue arabe et arabish Asaasi[5]
  • Methabot, est un robot avec un système de configuration. Publié sous licence ISC.
  • Nutch est un robot de collecte écrit en Java et publié sous Licence Apache. Il peut être utilisé avec le projet Lucene de la fondation Apache.
  • ExaBot de Exalead
  • MooveOnBot de mooveon.net
  • gloObotBot de gloObot.com
  • VerticrawlBot de Verticrawl
  • YacyBot, est le robot du moteur de recherche YaCy[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]