Robinson Sucroë

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Robinson Crusoé.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Crusoé.

Robinson Sucroë

Titre original Robinson Sucroë
Genre Série d'animation
Création Claude Robinson[1]
Pays d'origine Drapeau de la France France
Drapeau du Canada Canada
Nb. de saisons 1
Nb. d'épisodes 26
Durée 25 minutes
Diff. originale 17 janvier 1994

Robinson Sucroë est une série télévisée d'animation franco-québécoise en 26 épisodes de 25 minutes, créée par Christophe Izard d'un concept illégalement plagié sur l'idée originale de Claude Robinson, originalement titrée Robinson Curiosité[1], diffusée à partir du 17 janvier 1994 sur Canal+ dans l'émission Canaille Peluche et rediffusée sur France 2 dans La Planète de Donkey Kong, en France sur France 5 dans l'émission Midi les Zouzous, et Gulli. Cette série est une parodie du célèbre roman Robinson Crusoé de Daniel Defoe.

Saga juridique[modifier | modifier le code]

Les entreprises Cinar, France animation et Ravensburg ont à l'époque copié le concept de Claude Robinson et affirmé qu'il avait été créé par Christophe Izard[2]. Le 26 août 2009, le juge québécois Claude Auclair a reconnu que la maison de production Cinar et ses ex-dirigeants Ronald Weinberg et sa femme, feue Micheline Charest, l'ont volé, physiquement et intellectuellement, en plagiant l'histoire, les personnages et les dessins de Robinson Curiosité, la série pour enfants qu'il a imaginée au début des années 1980 et qu'il leur avait présentée pour qu'ils l'aident à la vendre à des producteurs américains[2],[3],[4].

Les copies originales ont été détruites en 2009 par Claude Robinson suite à la réussite de son procès[5]. Le jugement a été porté en appel par les sociétés jugées coupable[6]. Malheureusement pour elles, dans un jugement rendu le 20 juillet 2011, les trois juges de la Cour d'appel ont confirmé le verdict, leur donnant comme seule consolation une diminution majeure des dommages à payer à M. Robinson[7]. La décision fut portée en Cour Suprême du Canada, où les juges ont encore une fois tranché en faveur de Claude Robinson[8].

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1787, le jeune Robinson Sucroë, journaliste au New York Herald, décide de devenir naufragé volontaire sur une île déserte et de faire partager ses aventures aux lecteurs du journal. Arrivé sur l'île, il découvre que cette dernière est occupée par la tribu des Touléjour originaires d'Europe et par des pirates.

Robinson fait alors la connaissance de Mercredi à qui il confie rapidement la rédaction de ses chroniques. Mais Julius Uglyston, un journaliste jaloux, découvre la supercherie et cherche par tous les moyens à démasquer Robinson...

Épisodes[modifier | modifier le code]

  1. L'Île du Tourteau
  2. L'Île flottante
  3. Courtecuisse 1er
  4. Mission impossible
  5. Le concours de sieste
  6. La belle captive
  7. Diva des îles
  8. Le manuscrit volé
  9. Embrouille et ratatouille
  10. Coup de foudre
  11. Le perroquet d'Uglyston
  12. Bienvenue monsieur Floydd
  13. L'épave du « Touslesjours »
  14. Robinson Beach
  15. Adieu Robinson
  16. La guerre des Robinson
  17. Un monstre dans l'île
  18. L'île en folie
  19. L'apprenti journaliste
  20. La vie de pirate
  21. Drôles de bêtes
  22. L'élixir d'amour
  23. Maman a raison
  24. Toute la vérité
  25. Voyage organisé
  26. Coup double
  27. Robinson est amoureux

Distribution[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Francis Vailles, « Claude Robinson: «c'était une partie de moi-même» », La Presse,‎ 26 août 2009 (lire en ligne).
  2. a et b Alec Castonguay, « Cinar et ses complices sont condamnés à verser 5,2 millions au créateur plagié », Le Devoir,‎ 27 août 2009 (lire en ligne).
  3. Marie-Claude Lortie, « Bravo à un homme courageux », Cyberpresse,‎ 27 août 2009 (lire en ligne).
  4. « Le papa de Casimir condamné pour plagiat », sur La Chaîne Info, TF1,‎ 27 août 2009 (consulté en 1er novembre 2009).
  5. http://teleobs.nouvelobs.com/rubriques/a-noter/articles/robinson-sucroe-c-est-un-plagiat
  6. http://clauderobinson.org/
  7. Caroline Touzin, « Claude Robinson contre Cinar: les dommages réduits », Cyberpresse,‎ 20 juillet 2011 (lire en ligne).
  8. Joël-Denis Bellavance, "La Cour Suprême donne raison à Claude Robinson, La Presse, 23 décembre 2013 http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/actualites-judiciaires/201312/23/01-4723507-la-cour-supreme-donne-raison-a-claude-robinson.php

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]