Roberto Succo (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Roberto Succo

Réalisation Cédric Kahn
Scénario Pascale Froment (livre), Cédric Kahn
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Sortie 2001
Durée 124 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Roberto Succo est un film français réalisé par Cédric Kahn, sorti en 2001. Il est librement inspiré de la vie de Roberto Succo (1962-1988).

Synopsis[modifier | modifier le code]

1981. Deux corps mutilés sont retrouvés dans un petit appartement de Mestre, près de Venise. Cinq ans plus tard, sur la Côte d'Azur, Léa, une jeune lycéenne, noue une idylle avec Kurt, un étrange garçon qui se dit Anglais malgré un fort accent italien. Kurt a des réactions étranges, une imagination débordante et change sans cesse de voiture. Les vacances finies, Léa rentre chez elle en Savoie. Bientôt, Kurt vient la retrouver. Ils se revoient régulièrement. Pendant ce temps, autour d'un axe reliant la Côte d'Azur à la Savoie, sont perpétrés des meurtres, cambriolages, viols et agressions en tous genres. La police ne parvient à trouver aucun lien ni aucune cohérence dans l'ensemble de ces méfaits. Il s'agit probablement de l'œuvre d'un fou. Bientôt Léa, fatiguée par l'impulsivité de Kurt, le quitte. Il réagit violemment. Un peu plus tard, dans une boîte, il drague un groupe de filles. Des concurrents se manifestent. Il tire sur l'un d'entre eux, puis, le lendemain, assassine un des policiers venus interroger les filles. Il traverse la Suisse avec une otage, et regagne l'Italie. Entretemps, grâce au témoignage spontané de Léa, Kurt est identifié comme étant Roberto Succo, qui avait tué ses parents en 81, à Mestre. C'est là-bas qu'il se fait arrêter. Après un coup d'éclat médiatique, Roberto se suicide en prison.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Initialement, le film devait s'intituler Kurt[1].

Après la pièce de théâtre de Bernard-Marie Koltès Roberto Zucco en 1988, les familles des victimes du tueur ont critiqué le film négativement[2].

Lors de sa sortie, le film a été un temps menacé d'interdiction à Annecy et Chambéry, lieux des meurtres de Succo - mais il a été finalement maintenu à l'affiche[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Cédric Kahn film un tueur », Studio,‎ juillet-août 2000, p. 128
  2. [1] www.radiofrance.fr
  3. [2] voir la ministre de la Culture, Mme Tasca, réagir à cette polémique lors du festival de Cannes

Liens externes[modifier | modifier le code]