Roberto Suárez Goméz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Roberto Suárez Goméz (1932 - 20 juillet 2000), surnommé le « roi de la cocaïne », est un trafiquant de drogue qui a joué un rôle majeur dans l'extension du narcotrafic en Bolivie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Au milieu des années 1970, il commence à faire des affaires avec le parrain colombien Pablo Escobar et à recruter des producteurs de coca dans son négoce, « La Corporación »[1],[2].

En 1980, il participe au financement du coup d'État du général Luis García Meza, dit Cocaine Coup (en), ses fonds transitant par des pseudo-entreprises tenues par l'agent argentin Raúl Guglielminetti[3].

En 1983, il propose dans une lettre à Ronald Reagan de rembourser la dette extérieure de son pays qui s'élève alors à de plus de trois milliards de dollars en échange de son amnistie ainsi que de celle de son fils[2],[4].

En 1988, il est condamné à 15 ans de prison par la justice bolivienne pour narcotrafic. Peu de temps après, des vidéos le montrant en compagnie de deux membres du parti Acción Democrática Nacionalista (ADN), Alfredo Arce et Mario Vargas, provoquent un scandale politique[5] qui conduit à son incarcération à la prison de San Pedro. Relâché en 1996, il meurt d'une crise cardiaque quatre ans plus tard[2],[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Suárez Goméz, Roberto, Encyclopædia Britannica Online (lire en ligne)
  2. a, b et c (sv) Markus Lutteman, El Choco : svensken i Bolivias mest ökända fängelse, Stockholm, Norstedts,‎ 2007, 118–120 p. (ISBN 978-91-7263-878-5, OCLC 190797280)
  3. La trama oculta del tráfico de drogas en la Argentina, El Ojo Digital, 15 mars 2005
  4. a et b « Roberto Suarez Gomez; Bolivian Drug Trafficker », Los Angeles Times,‎ 24 juillet 2000 (lire en ligne)
  5. (es) Carlos D. Mesa Gisbert, Historia de Bolivia, La Paz, Editorial Gisbert,‎ 2008, 7e éd., 739 p. (ISBN 978-99905-833-3-5, LCCN 2009384771), p. 585