Roberto Raviola

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Magnus.

Roberto Raviola, connu sous le pseudonyme Magnus (né le à Bologne et mort le (à 56 ans) à Imola) est un dessinateur italien de bande dessinée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Roberto Raviola étudie à l'Académie des beaux-arts de Bologne où il passe sa licence en 1961. Il signe ses premières BD en 1958 Il vendicatore (Le Vengeur) et Il dottor Kastner sous le pseudonyme de Bob la Volpe (Bob le Renard).

En 1964, il rencontre Max Bunker (pseudonyme de Luciano Secchi) chez l'éditeur italien Corno (it). Il signe sous le nom de Magnus qui vient de Magnus pictor fecit, un autre pseudonyme sous lequel il signait au début de sa carrière. Ensemble ils créent un grand nombre de héros pour les formats de poche destinés aux adultes appelés fumetti neri en Italie avec son scénariste attitré de l'époque : Max Bunker.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • 1964 : Kriminal
  • 1964 : Satanik
  • 1965 : Dennis Cobb Agente SS 018
  • 1966 : Gesebel (Jézabel en français)
  • 1969 : Alan Ford
  • 1968 à 1970 : il anime la série Maxmagnus pour le mensuel Eureka, toujours avec Bunker.
  • 1974 : il décide de consacrer à des séries plus artistiques où il pourrait aussi écrire les scénarios.
  • 1975 : il dessine le 1er épisode de Lo Sconosciuto pour les Éditions Il Vascello, série qui réapparaîtra dans "S et M" en 1981, puis à partir de 1982 dans Orient Express et enfin aux Éditions Isola Trovata. Sous le titre « Les partisans », on retrouve cette série en France publié en 4 volumes. L'ouvrage présente une grosse pointe d'érotisme qui sera la marque de fabrique de l'auteur.
  • 1980 : il dessine Milady 3000 et I Briganti dont il poursuit les épisodes dans Comic Art.
  • 1986 : Il revient ensuite aux formats de poche avec Nécron (publié en albums en France) et des bandes plus adultes comme Les 110 pilules en 1986 que l'on a pu lire en France dans L'Écho des savanes et qui est à ce jour son plus grand succès.
  • 1988 : I Femmine Incantate pour Dolce Vita, également publié dans l'Hexagone par L'echo des Savanes puis repris en album.
  • 1996 : Une de ces dernières œuvres reste un long épisode de 224 pages des aventures de Tex Willer (édition Bonelli) paru dans la collection Tex Gigante. Un ouvrage qui est paru fin 1996 en Italie, mais est encore inédit en France (on peut le commander sur le site Bonelli). Enfin, peu avant sa mort, il venait de reprendre sa série Lo Sconosiuto pour le mensuel Comix.

Publications en français[modifier | modifier le code]

Si Magnus est surtout connu en France pour sa production érotique en albums, il a surtout publié en Petit format dans de nombreuses revues. On retrouve même sa production éparpillée chez certains éditeurs comme Elisa sous des couvertures western n'ayant aucun rapport avec le contenu. Un inventaire a été dressé dans le no 10 du fanzine Pimpf Mag consacré à Magnus et Bunker.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]