Robert Stroud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Robert Stroud

Robert Franklin Stroud, né le 28 janvier 1890 à Seattle, dans l'État de Washington, décédé le 21 novembre 1963 à Springfield dans le Missouri, surnommé l' « homme aux canaris d'Alcatraz », était un prisonnier à la prison fédérale d'Alcatraz qui a prétendument trouvé un réconfort à son emprisonnement en élevant et vendant des oiseaux. Malgré son surnom, il n'a jamais fait commerce d'oiseaux pendant sa détention à Alcatraz, mais bien pendant qu'il était à la prison fédérale de Leavenworth. Cette confusion provient d'un film qui l'a rendu célèbre : Le Prisonnier d'Alcatraz, bien qu'il soit clair dans le film qu'il abandonne ses oiseaux en étant transféré dans le pénitencier de haute sécurité.

Biographie[modifier | modifier le code]

Robert Stroud est né de l'union de Benjamin Franklin Stroud et Elizabeth Ann Stroud, d'origine germano-américaine. Il était le premier enfant du couple, bien qu'Elisabeth fût déjà mère de deux autres enfants. Il quitte la maison familiale à l'âge de 13 ans en raison du comportement violent de son père alcoolique. En 1908, à l'âge de 18 ans, il vit dans la ville-frontière de Cordova en Alaska. Il entame alors une relation intime avec Kitty O'Brien, une danseuse et prostituée âgée de 36 ans. En novembre, ils quittent la ville pour Juneau.

Selon Stroud, alors qu'il travaillait le 18 janvier 1909, une connaissance du nom de F. K. « Charlie » Von Dahmer refuse de payer pour les services de Kitty et la bat durement. À son retour, Stroud retrouve Von Dahmer sur Gastineau Avenue et l'affronte. Une bagarre s'ensuit, qui mène à la mort de Von Dahmer à la suite d'une blessure par balle. Plus tard, Stroud se rend au commissariat pour se rendre aux autorités, leur fournissant également son arme. Selon un rapport de police de l'époque, Kitty continuait de se prostituer et Stroud était son souteneur. Von Dahmer a refusé de payer les services de Kitty et Stroud a agi pour récupérer le montant dû. Le rapport affirme que Stroud a assommé Von Dahmer, lui a tiré une balle à bout portant et pris son portefeuille pour payer Kitty.

La mère de Stroud, Elisabeth, engage alors un avocat. Stroud plaide coupable. Il est reconnu coupable d'assassinat (homicide au premier degré) le 23 août 1909 et condamné à 12 années de prison à la prison fédérale de Puget Sound sur l'île McNeil. Stroud fut jugé au niveau fédéral car à l'époque, l'Alaska n'est pas encore un État américain avec son propre système judiciaire.

Vie en prison[modifier | modifier le code]

Robert Stroud en 1909

Connu sous le matricule #1853-M, Stroud fut l'un des prisonniers les plus violents de la prison fédérale de Puget Sound, se querellant régulièrement avec d'autres prisonniers ou avec les gardiens. Pendant sa détention, il poignarde un autre détenu qui l'avait dénoncé pour un vol de nourriture dans les cuisines. Il agresse également un employé d'hôpital qui a dénoncé ses menaces et ses manœuvres d'intimidation pour obtenir de la morphine, et aurait également poignardé un autre prisonnier impliqué dans ce trafic de drogue.

Le 5 septembre 1912, Stroud est condamné à six mois supplémentaires de prison pour ces attaques et transféré à la prison fédérale de Leavenworth au Kansas. Au bout de six mois de détention, le 26 mars 1916, il est réprimandé par un des gardiens de la cafétéria pour une faute vénielle, qui aurait suffi pour annuler le droit de visite de son jeune frère, perdu de vue depuis huit ans. Furieux, Stroud poignarde à mort le gardien Alfred Turner[1] avec un couteau de fortune.

Le 2 mai 1916, il est condamné à mort par pendaison et mis à l'isolement en attendant l'exécution de la sentence. Le procès est cependant invalidé en décembre 1916 par la Cour suprême des États-Unis. Un second procès a lieu le 28 mai 1917, au cours duquel Stroud fut condamné à un emprisonnement à vie. Stroud fait alors appel de cette décision (de même que le procureur John Davis, qui souhaitait la condamnation à mort). Le troisième procès eut lieu en mai 1918, et il fut à nouveau condamné à mort le 28 juin 1918. La Cour suprême intervint une nouvelle fois en exigeant de suspendre la sentence, prévue pour le 23 avril 1920.

À ce moment, la mère de Stroud demande au président Woodrow Wilson et à sa femme d'intervenir en faveur de son fils. Madame Wilson serait parvenue à empêcher l'exécution de la sentence au nom du président, ce dernier ayant récemment été victime d'une crise cardiaque. Encore une fois, la peine de Stroud est commuée en emprisonnement à vie, à peine huit jours avant l'exécution. Cependant, le responsable de la prison de Leavenworth, T. W. Morgan, désapprouve cette décision, car Stroud agit violemment tant envers les prisonniers que les gardiens. En conséquence, il exige que Stroud soit isolé pour le reste de sa peine. L'Attorney General des États-Unis, Alexander Mitchell Palmer, s'assure personnellement que la peine de Stroud soit un emprisonnement à vie en solitaire.

«L'homme aux oiseaux de Leavenworth»[modifier | modifier le code]

Robert Stroud aux alentours de 1920

À Leavenworth, en 1920, Stroud trouve trois moineaux blessés dans la cour de la prison et décide de s'en occuper. Après les moineaux, il s'intéresse aux canaris, qu'il est autorisé à posséder et qu'il peut vendre tout en aidant sa mère. Selon Stroud, il utilisa une lame de rasoir et un clou comme outils pour construire des cages à partir de caisses en bois. Peu après, l'administration de Leavenworth change et un nouveau directeur est nommé. Désireux de renvoyer une image progressiste, surtout en termes de réhabilitation, Bennett, le nouveau responsable, fournit à Stroud des cages, des produits chimiques et de la papeterie pour que Stroud mène à bien ses activités ornithologiques. Les visiteurs peuvent visiter ses installations et plusieurs achètent des canaris. Au fil des années, il élève plus de 300 canaris et écrit deux livres. Le premier, publié en 1933 est un traité de 60 000 mots intitulé Diseases of Canaries (Les maladies des Canaris), qui dût être sorti en contrebande de la prison de Leavenworth. Le second, Stroud's Digest on the Diseases of Birds (Digest de Stroud sur les maladies des oiseaux), était une réédition du premier, avec des informations supplémentaires et mises à jour. Il contribue ainsi à mieux comprendre la pathologie des oiseaux, notamment en développant une cure pour une famille de septicémies hémorragiques. Il acquit un respect certain parmi les amateurs d'oiseaux, tout comme auprès du grand public.

Les activités de Stroud amènent différents problèmes à la prison même. Selon les règlements en vigueur, chaque lettre reçue et envoyée doit être lue, approuvée et recopiée par une personne mandatée. Stroud recevait tant de lettres qu'un poste de secrétaire à temps plein fut créé pour en gérer l'afflux. De plus, la plupart du temps, les oiseaux volent un peu partout dans la prison, ce qui crée des conditions d'hygiène malsaine. Sa cellule est sale et lui-même est vu comme malpropre. En 1931, une tentative est faite de mettre un terme à son commerce et de se débarrasser des oiseaux, mais échoue après que Stroud et une de ses correspondantes, Della Mae Jones, une ornithologue amatrice d'Indiana, aient averti les médias écrits. Ils lancent parallèlement une campagne de signatures en sa faveur, laquelle atteint son paroxysme avec une pétition de 50 000 signatures envoyée au président américain Herbert Hoover. Cette campagne permet à Stroud de continuer à s'occuper des oiseaux, recevant dans la foulée l'accès à une deuxième cellule réservé aux canaris, malgré la surpopulation de la prison. Cependant, son volume de courrier est fortement réduit. À la suite de cette affaire, Stroud et Della Mae Jones se rapprochent de plus en plus, ce qui incite cette dernière à déménager au Kansas en 1931 et à lancer une entreprise avec Stroud dans le but de vendre des produits de soins pour oiseaux.

Robert Stroud à la fin des années 30

L'administration de la prison, ne supportant pas les activités de Stroud et leur publicité, intensifièrent leurs efforts pour le transférer hors de Leavenworth. Stroud découvre alors que s'il est marié au Kansas, il peut y demeurer. Il se maria avec Della Jones dans ce but, recourant à un intermédiaire, à la fureur de l'administration, qui refusait de les laisser correspondre. Malgré sa proche relation avec son fils, la mère de Stroud désapprouve également cette relation, persuadée que les femmes n'étaient que des sources d'ennuis pour son fils. Alors qu'elle s'était publiquement engagée pour son fils, l'aidant dans ses batailles juridiques, elle s'opposa à sa libération conditionnelle et devint un des principaux opposants à ses demandes de quitter le monde carcéral. Elle décida en 1933 de s'éloigner de Leavenworth, refusant tout contact avec son fils jusqu'à sa mort en 1937.

En 1933, Stroud annonce publiquement qu'il ne reçoit aucune rémunération de ses droits d'auteur sur les ventes de Diseases of Canaries. Pour se venger, la maison d'édition se plaint au responsable de la prison, ce qui amène celui-ci à entamer une procédure pour déplacer Stroud à Alcatraz, où il ne pourra plus élever d'oiseaux. Mais Stroud parvient à rester au Kansas et à continuer son commerce. Il échappe aux ennuis quelques années, jusqu'à ce qu'il soit découvert que certaines de ses demandes d'équipement ne servaient pas à son laboratoire, mais à la fabrication d'un alambic pour distiller son propre alcool. Cette découverte permet à l'administration d'enfin pouvoir se débarrasser de Stroud.

Alcatraz[modifier | modifier le code]

Fiche de Stroud (photo prise en 1942) dans le carnet du directeur d'Alcatraz

Le 19 décembre 1942, Stroud est transféré à Alcatraz, sous le matricule #594. Il n'aurait été informé de son transfert vers Alcatraz que 10 minutes avant de quitter Leavenworth et ses précieux oiseaux, lesquels furent envoyés à son frère. En effet, les règles d'Alcatraz étaient plus strictes que celles de Leavenworth et ne lui permettaient pas de continuer cette activité.

Il passa 6 ans à l'isolation à Alcatraz, et 11 autres confiné dans l'aile de l'hôpital. En 1943, il fut examiné par le psychiatre Romney Ritchey, qui le diagnostiqua comme souffrant de psychopathie et ayant un QI de 134 (bien qu'un rapport initial établi à l'époque où Stroud était à Leavenworth faisait mention d'un QI de 116).

C'est à cet endroit qu'il rédige deux textes : Bobbye, une autobiographie, et Looking Outward: A History of the U.S. Prison System from Colonial Times to the Formation of the Bureau of Prisons, une histoire du système pénal américain. Un juge statua que Stroud pouvait écrire et conserver de tels manuscrits, mais soutint la décision du directeur de la prison d'en interdire la publication. Après la mort de Stroud, ces manuscrits furent envoyés à son avocat, Richard English.

La cellule de Stroud à Alcatraz

Des rumeurs concernant une homosexualité supposée de Stroud furent notées à Alcatraz. Selon Donald Hurley, le fils d'un des gardiens d'Alcatraz, « quand Stroud devait être en présence de quelqu'un d'autre, ce qui était rare, il était surveillé de très près, car la direction de la prison avait connaissance de ses tendances homosexuelles ouvertes »[2]. Dans une interview menée par Hurley pour son livre, un ancien détenu raconta que Stroud était toujours maintenu à l'isolement, même quand il fut dans l'aile de l'hôpital, parce qu'il était un loup (wolf), un terme de prison pour désigner un homosexuel violent, qui avait mauvais caractère. En février 1963, Stroud rencontra et put échanger avec Burt Lancaster, qui l'incarna au cinéma dans Le Prisonnier d'Alcatraz. Stroud ne vit jamais le film, ni ne lut le livre sur lequel il était basé, mais raconta à l'acteur une des raisons du blocage de sa liberté conditionnelle, le fait qu'il soit homosexuel. Lancaster cita Stroud plus tard comme ayant dit : « Regardons les choses en face. J'ai 73 ans. Est-ce que ça répond à votre question sur ma dangerosité en tant qu'homosexuel ? ».

Pendant sa détention à Alcatraz, qui dura 17 ans, Stroud avait accès à la bibliothèque de la prison. De temps à autre, il lui était permis de jouer aux échecs avec un des gardiens. Grâce à son accès à la bibliothèque, il commença à étudier le droit. Il commença ainsi une plainte au gouvernement, affirmant que sa durée d'emprisonnement équivalait à une peine cruelle, inhumaine et dégradante.

Stroud en 1959

En 1959, lorsque sa santé se fit plus fragile, Stroud fut transféré au Centre Médical pour les Prisonniers Fédéraux à Springfield, dans le Missouri, où il resta jusqu'à sa mort en 1963. Dans les dernières années de sa vie, Stroud étudia le français. Ses tentatives pour être libéré furent toutes vaines. Le 21 novembre 1963, à l'âge de 73 ans, il mourut au Centre Médical de Springfield, après avoir été incarcéré pendant les dernières 54 années de sa vie, dont 42 passées sans contact avec les autres prisonniers.

Œuvres écrites[modifier | modifier le code]

  • Diseases of Canaries
  • Stroud's Digest on the Diseases of Birds
  • Bobbye
  • Looking Outward : A History of the U.S. Prison System from Colonial Times to the Formation of the Bureau of Prisons

Le livre et le film[modifier | modifier le code]

En 1955, Thomas E. Gaddis publie Birdman of Alcatraz. En 1962, Le Prisonnier d'Alcatraz, film de John Frankenheimer mettant en vedette Burt Lancaster, sort en salles. La performance de Lancaster provoque une vague de sympathie chez le public américain. Par exemple, des pétitions furent disponibles dans différents cinémas pour obtenir sa libération. Le film est mis en nomination plusieurs fois aux Oscars.

Selon ceux qui ont connu Stroud en prison, ses manières douces telles que présentées par Gaddis et actées par Lancaster sont fictives. Certaines personnes affirment que son transfert vers Alcatraz n'a aucun lien avec la fabrication clandestine d'alcool, même si le film présente la situation ainsi.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. (en) Andrew F. Turner
  2. Hurley, Donald J. (1994). Alcatraz Island: Maximum Security. Fog Bell Enterprises. ISBN 978-0-9620546-2-4. Page 69.