Robert Poulet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Poulet.

Robert Poulet, né le 4 septembre 1893 à Liège, décédé le 6 octobre 1989 à Marly-le-Roi est un écrivain et journaliste belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'un milieu de la petite bourgeoisie catholique belge, Robert Poulet vit une jeunesse aventureuse : après avoir combattu dans les corps francs durant la Première Guerre mondiale, il devient paysan, puis tente sa chance comme scénariste de cinéma. Il acquiert, la quarantaine venue, une notoriété d'écrivain, grâce notamment à son roman Handji.

Robert Poulet connaît un parcours intellectuel complexe et non conformiste, qui l'amène du dadaïsme au rigorisme catholique, en passant par le fascisme et l'anarchisme de droite. Durant la Seconde Guerre mondiale, Robert Poulet fonde le quotidien "Le Nouveau journal" et défend une politique de collaboration conditionnelle avec l'occupant allemand. Il soutient politiquement le roi Léopold III. Arrêté et condamné à mort en 1945, Robert Poulet voit ensuite sa peine commuée en exil.

Il s'installe en région parisienne, où il exerce une activité d'éditeur et de critique littéraire. Il est l'éditeur du Pont de Londres, la seconde partie de Guignol's Band, de Louis-Ferdinand Céline.

Dans l’incipit de Rigodon, Céline le décrit de la manière suivante: « Je vois bien que Poulet me boude… Poulet Robert condamné à mort… il parle plus de moi dans ses rubriques… autrefois j'étais le grand ceci… l'incomparable cela… maintenant à peine un petit mot accidentel assez méprisant. Je sais d'où ça vient, qu'on s'est engueulé… à la fin il m'emmerdait à tourner autour du pot !… vous êtes sûr que vos convictions ne vous ramènent pas à Dieu ! »

Les articles de Robert Poulet consacrés à la littérature furent très appréciés des lecteurs de l'hebdomadaire Rivarol[réf. nécessaire]. Robert Poulet était le frère aîné du critique littéraire Georges Poulet.

Romans[modifier | modifier le code]

1. « Les chemins de l'invisible » :

  • Handji, Paris, Denoël et Steele, 1931 (version définitive : Paris, Plon, 1955)
  • Les Ténèbres, Paris, Denoël et Steele, 1934 (version définitive : Paris, Plon, 1958)
  • Prélude à l'Apocalypse, Paris, Denoël, 1944 (version définitive : Lausanne, L'Âge d'Homme, 1981)
  • Le trottoir, Paris, Denoël et Steele, 1931
  • Le meilleur et le pire, Paris, Denoël et Steele, 1932
  • L'ange et les dieux, Bruxelles, La Toison d'or, 1942 [reprend le personnage de Mouénine des Gazomètres]
  • La hutte de cochenille, Paris, Plon, 1953
  • Nuptial, Paris, Édition Les deux rives, 1956
  • Les sources de la vie, Paris, Plon, 1967
  • Histoire de l'être, Paris, Denoël, 1973
  • L'homme qui n'avait pas compris, Bruxelles, Didier Hatier, 1988

2. Récits et fragments :

  • Le Cœur antipodique in Trois Jeunes, Poitiers, Les cahiers de France (périodique), no 9-10, 1926, comprenant une préface de Joseph Delteuil ainsi que Notre bel amour de René Dioune et Le Vert Paradis de Georges Lubin.
  • Le Cœur antipodique, Paris, édition de France, 1932 (réédition)
  • Maximilien, Anvers, Édition Ça Ira, 1936
  • Les gazomètres, Liège, Vaillant-Carmanne (réédition : Bruxelles, Éditions Ulle, 1939). Illustré par les dessins d'Alice Frey.
  • Dis-moi qui te hante, Paris, Nouvelles éditions latines, 1977 (qui comprend six nouvelles : La Vengeance, Un degré de plus, *Maximilien, C'est vous et ce n'est pas vous, Un excès d'amour, Ce qui concerne M. Brisebois)

Sous un pseudonyme[modifier | modifier le code]

  • Apprenez-moi tout d'Anne Renaldo

(Paris, Éditions de Paris, 1956)

  • La chambre des secrets de Jean Blaisy

(Bruxelles, Durendal, 1957)

  • L'énigme du double six de Quentin Blaisy

(Bruxelles, Durendal, 1957)

  • La première blonde du monde d'Anne Renaldo

(Paris, Éditions de Paris, 1957)

Critique littéraire[modifier | modifier le code]

  • Partis pris, Anvers, Les Écrits, 1943
  • L'amateur circonspect ou le cinéma dévoilé, Bruxelles, Nouvelle Société d'Éditions, 1943 (critique cinématographique)
  • La fleur de l'imagination, Bruxelles, La Toison d'or, 1944
  • La lanterne magique, Paris, Nouvelles éditions Debresse, 1956
  • Entretiens familiers avec L. F. Céline, Paris, Plon, Tribune libre, 1958
  • Aveux spontanés. Conversations avec…, Paris, Plon, 1963
  • Mon ami Bardamu, entretiens familiers avec L. F. Céline, Paris, Plon, 1971 (réédition des Entretiens familiers avec L. F. Céline)
  • Billets de sortie, Paris, Nouvelles éditions latines, 1975 (édition belge : Bruxelles, Éditions Pan)
  • Le caléidoscope. Trente-neuf portraits d'écrivains, suivi de Flèches du Parthe, Lausanne, L'Âge d'Homme, 1982

Mémoires[modifier | modifier le code]

  • Vie de saint Jean de la Croix, Paris, Albin Michel, 1944 (hagiographie)
  • Journal d'un condamné à mort (anonyme), Paris, La Jeune Parque, 1948
  • L'enfer-ciel, Paris, Plon, 1952
  • Le livre de quelques-uns, Paris, Plon, 1957 (morale)
  • Ce n'est pas une vie, Paris, Denoël, 1976
  • La conjecture. Mémoires apocryphes, Paris, La Vermillon, La Table Ronde, 1981

Essais[modifier | modifier le code]

  • La révolution est à droite, Paris, Denoël, 1934
  • Contre l'amour, Paris, Denoël, 1962 (Prix Sainte-Beuve)
  • Contre la jeunesse, Paris, Denoël, 1963
  • Contre la plèbe, Paris, Denoël, 1967
  • Contre l'automobile, Nancy, Berger-Levrault, Coll. Pour ou contre, 1967 (qui comprend aussi Pour l'automobile de Georges Portal)
  • Contre l'amour, la jeunesse, la plèbe, Paris, Plon, 1971 (réédition)
  • J'accuse la bourgeoisie, Paris, Copernic, Coll. Cartouche, 1978
  • Contro l'amore, Roma, Castelvecchi Editore, 2012

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Poèmes durs, Paris, La Pensée Universelle, 1973, contenant les poèmes suivants :

Les vaincus - Service pour service - Sur un mot de Pierre V. - La morale avant tout - A. X., magistrat - Sommeil - L'invulnérable - L'arbitre - Crux - L'intruse - Vente publique - Un jour - Orgueil - Ordre d'exécuter - Berceuse des fusillés - La rose d'acier

  • Quatre poèmes classiques, Bruxelles, Éditions PAN, 1984, avec une préface et contenant les poèmes suivants :

La porteuse de thé - La rose d'acier - Poème de la mort de Dieu - Le dernier Eden

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Mars et Vénus, Paris, Éditions de La Colombe, 1964

Préfaces[modifier | modifier le code]

  • La structure de l'État de Renaud de Briey, Bruxelles, Duculot, 1936
  • Vingt portraits d'artistes de Charles Leirens, Bruxelles, Éditions de la connaissance, 1936 (comprend une photo de Robert Poulet)
  • La neige et les blés d'Hubert Dubois, Bruxelles, Cahier du journal des poètes, 1937
  • Le progrès politique d'André Frantzen, Bruxelles, Cahiers corporatifs, 1937
  • Le pont de Londres de Louis-Ferdinand Céline, Paris, Gallimard, 1964
  • Les possédés de Fiodor Dostoïevski, Paris, Productions de Paris, S.D.
  • Les grenouilles de Raymond Duesberg, Paris, Plon, 1962
  • 11 novembre 1918. Armistice de Lucien Rebatet, Liège, Éditions Nationales, 1982
  • Hommage à Pierre Aelberts, éditeur d'art et bibliophile éclectique d'Alain Aelberts et Jean-Jacques Auquier, Anhée, Dismas, 1990 (avec un hommage de René Huyghe)

IX. Collectif :

  • Manifeste du Groupe du Lundi, Bruxelles, 1937
  • Manifeste pour la neutralité belge, contre l'éternisation de la guerre européenne, pour la défense des valeurs de l'esprit, Bruxelles, 1939

Critique littéraire[modifier | modifier le code]

  • La poésie en gibus, Liège, Dynamo, 1967
  • L'écrivain Jean Paulhan, Liège, Dynamo, 1968
  • Un Céline belge : Hubert Chatelion, Liège, Dynamo, 1968
  • Robert Brasillach, critique complet, Liège, Dynamo, 1971
  • Robert Denoël ou l'édition à qui perd gagne, Liège, Pierre Aelberts éditeurs, 1981
  • Flèches du Parthe, Liège, Pierre Aelberts éditeurs, 1981
  • Pierre Louÿs, personnage balzacien, Liège, Pierre Aelberts éditeurs, 1982
  • Où l'on voit poindre un faux Bardamu, Bruxelles, Van Bagaden, Coll. Céliniana, no 17, 1989

II. Pamphlétaire/essayiste :

  • Dépecer la Belgique ?, Liège, Dynamo, 1967
  • Sire, vous ne pouvez plus vous taire !, Liège, Éditions Nationales, 1971

III. Poète :

  • La Rose d'acier, Liège, Dynamo, 1969
  • Poème de la mort de Dieu, Liège, Pierre Aelberts éditeurs, 1978
  • La Porteuse de Thé, Liège, Pierre Aelberts éditeurs, 1981(réédition : Lausanne, L'Äge d'Homme, 1982)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marie Delaunois, Dans la mêlée du XXe siècle. Robert Poulet, le corps étranger (préface de Jean Vanwelkenhuyzen), Erpe, Éditions De Krijger, 2003 (ISBN 978-2867143915).
  • Jean-Marie Delaunois, Robert Poulet, Grez-sur-Loing, Pardès, coll. « Qui suis-je? »,‎ 2008, 128 p. (ISBN 9782867143915).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Site littéraire consacré à l'œuvre de Robert Poulet