Robert Pashley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Robert Pashley

Naissance 1805
York
Décès 1859
Nationalité britannique
Pays de résidence Grande-Bretagne
Profession homme de loi
Autres activités
voyageur
Formation
Trinity College, Cambridge

Robert Pashley, né en 1805 à York, mort en 1859, est un voyageur et homme de loi britannique.

Le monastère d'Arkadi, illustration des Travels in Crete.

Il étudie la philologie classique et les mathématiques au Trinity College de Cambridge à partir de 1825. Après avoir compilé toute la documentation possible des écrits antiques, médiévaux et modernes sur la Crète, il entreprend en 1834 et 1835 un voyage en Grèce, en Asie mineure et en Crète, à la suite duquel il publie une relation de ce voyage en deux volumes, Travels in Crete, en 1837. Durant les quatre mois de son séjour en Crète, il identifie la plupart des sites importants, en particulier Cnossos. Il est cependant persuadé que tous les sites qu'il décrit dans son ouvrage sont des vestiges gréco-romains, ne pouvant imaginer qu'il relève d'une tout autre civilisation. Son ouvrage décrit aussi la vie en Crète à l'époque de son voyage[1],[2].

Pashley mène par la suite une carrière d'homme de loi, jusqu'à sa mort en 1859. Il est enterré au cimetière de Kensal Green[3].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (en) Travels in Crete, 1837 [vol. 1]
  • (en) Pauperism and Poor Laws, 1852

Références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Pashley (1805-1859), The Fitzwilliam Museum.
  2. Moses I. Finley, « La Crète redécouverte », dans On a perdu la guerre de Troie, Les Belles Lettres, 1993, p. 16-18.
  3. Kensal Green Cemetery