Robert Nicolaï

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Robert Nicolaï est un linguiste français, Professeur des Universités et enseigne à l’université de Nice Sophia-Antipolis. Il est spécialiste des langues africaines, tout particulièrement des langues songhaï méridionales et septentrionales.

Lauréat 1997 du prix de recherche de la Alexander von Humboldt-Stiftung[1], il est membre senior de l’Institut universitaire de France (Promotion 2004[2]) et dirige actuellement l’équipe Contact et genèse des langues en zone sahélo-saharienne de l’UMR 6039 CNRS « Bases, corpus et langage ».

Après plusieurs années passées au Niger où il a créé le Département de linguistique de l’université de Niamey (1975), il a dirigé l’Institut d’études et de recherches interethniques et interculturelles de l’université de Nice (IDERIC, 1984 à 1988). Codirecteur de l’Unité de recherche associée (URA) 1235 du CNRS « Modes d’appropriation langagière » (1988 à 1995), il crée le réseau européen Diffusion lexicale en zone sahélo-saharienne devenu le Groupement de Recherche Européen (GDRE) 1172 du CNRS en 1995, renouvelé en 1998.

Professeur invité aux universités de Francfort-sur-le-Main (1997, 1998) et de Vienne (2004-2005) ainsi qu’au Institut Max-Planck d'anthropologie évolutionniste de Leipzig (2005), fondateur[3] et coéditeur du « Journal of Language Contact », il participe à de nombreux projets de recherche internationaux.

Parcours scientifique[modifier | modifier le code]

Son parcours scientifique peut se scander autour de quatre thématiques : linguistique africaine, contact des langues, dynamique du langage, épistémologie.

Il commence ses recherches africaines avec l’étude dialectologique et comparative du songhay, puis reprend la question de son apparentement généalogique pour aboutir au renouvellement des hypothèses concernant sa classification et, au-delà, à l’ouverture d’une réflexion épistémologique sur les pertinences qui sont retenues pour ce type de recherche dans les langues sans traditions écrites.

Parallèlement, les résultats qu’il a atteint grâce à l’étude des phénomènes linguistiques et sociolinguistiques de l’espace sahélo-saharien l’ont aidé à développer un nouveau cadre théorique pour aborder les dynamiques de l’évolution des langues en y intégrant l’ensemble des pertinences anthropologiques, sociolinguistiques, cognitives et structurelles qui sont actives dans leur transformation.

Son approche actuelle se poursuit dans cette direction où la notion de contact est centrale pour la compréhension de l’ensemble des dynamiques en jeu.

Œuvres (sélection)[modifier | modifier le code]

  • Les dialectes du songhay. Contribution à l’étude des changements linguistiques. Paris 1981: SELAF
  • Préliminaires à une étude sur l’origine du songhay. Problématique, matériaux et hypothèses. Berlin 1984: Dietrich Reimer.
  • Parentés linguistiques. À propos du songhay. Paris 1990: Éditions du CNRS.
  • Songhay (avec Zima, Petr). Munich/Newcastle 1997: Lincom Europa.
  • La Traversée de l’empirique. Essai d’épistémologie sur la construction des représentations de l’évolution des langues. Paris 2000: Ophrys.
  • La force des choses ou l’épreuve nilo-saharienne. Questions sur les reconstructions archéologiques et l’évolution des langues. Köln 2003: Rüdiger Köppe Verlag.
  • La vision des faits. De l’a posteriori à l’a priori dans la saisie des langues. Paris 2007: L’Harmattan.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir Alexander von Humboldt Stiftung, anciens lauréats.
  2. Voir Promotion 2004 de l’IUF
  3. Voir Rethinking Contact Induced Change, Leiden University Centre for Linguistics.