Robert Jay Lifton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rober Jay Lifton (2000)

Robert Jay Lifton, né le 16 mai 1926, est un psychiatre américain. Il s'est notamment illustré dans l'étude des méfaits de la guerre sur la psyché humaine.

De 1951 à 1953, il effectue son service militaire dans l'armée de l'air américaine au Japon et en Corée. Plus tard, il enseigne à la Washington School of Psychiatry, à l'université Harvard et au John Jay College of Criminal Justice où il accompagne la création du centre d'études de la violence humaine.

Réforme de la pensée[modifier | modifier le code]

En 1961, avec son ouvrage Thought Reform and the Psychology of Totalism: A Study of "Brainwashing" in China il se penche sur la manipulation mentale et définit avec précision les modalités qui mènent au contrôle mental telles que les pratiquent les sectes ou la Chine maoiste :

  • Contrôle de l'environnement du sujet (les relations du sujet avec le monde extérieur sont contrôlées)
  • Manipulation mystique (le groupe a un but plus « élevé » que tout)
  • La confession des péchés présents et passés (autocritique)
  • L'auto-sanctification par la pureté et une perfection impossible à atteindre.
  • Omniscience du groupe dont le « savoir » est parfait et sacro-saint.
  • Manipulation lexicale (les mots ont un sens nouveau, la pensée manichéenne et bornée est encouragée)
  • La doctrine est supérieure à l'individu
  • Une existence sous la menace (ceux qui s'adonnent au groupe sont sauvés, les autres maudits)

C'est dans cet ouvrage que Lifton crée la notion de Thought-terminating cliché (cliché arrêtant la pensée). Il propose aussi la notion de totalisme, qui décrit des organisations dont le but est d'exercer un contrôle total sur toute l'humanité.

La médecine nazie[modifier | modifier le code]

Avec The Nazi Doctors: Medical Killing and the Psychology of Genocide (1986), il fait la première étude sérieuse sur la manière dont les médecins nazis ont été amenés à prendre une part centrale dans l'holocauste et sur la manière dont ils ont rationalisé leur crime.

Contre la guerre et la violence[modifier | modifier le code]

Opposant militant à l'usage de la bombe atomique (Death in Life: Survivors of Hiroshima - 1968), à la guerre du Viêt Nam (Home from the War: Vietnam Veterans—Neither Victims nor Executioners - 1973), à la guerre en Irak, à la peine de mort ou à l'instrumentalisation du terrorisme, il se penche sur les victimes des guerres autant que sur les bourreaux et les mécanismes qui conduisent quelqu'un à prendre le rôle de bourreau.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Lauréat du Prix Gandhi pour la paix.