Robert Jasper Grootveld

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Robert Jasper Grootveld (1964)

Robert Jasper Grootveld (né le 19 juillet 1932 à Amsterdam, mort le 26 février 2009 à Amsterdam) était un artiste néerlandais qui se fit principalement connaître pour ses happenings sur le Spui d'Amsterdam, qui inspirèrent le mouvement contestataire Provo qu'il rejoignit par la suite[1],[2],[3]. À ce titre, il est considéré comme l'une des figures fondatrices du mouvement hippie amstellodamois[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Grootveld, dont le père était charpentier était le plus jeune enfant d'une famille modeste. Il se fit connaître en 1961 lorsqu'il lança une campagne anti-tabac qui lui valut le surnom de « Magicien anti-tabac » (Antirookmagiër)[1]. Passionné par les addictions, qu'il voyait comme une forme de privation de liberté, il dessinait notamment la lettre « K » pour kanker sur les affiches de publicité pour les cigarettes[3]. Paradoxalement, il était lui-même un fumeur invétéré. Le chanteur Ramses Shaffy ou encore l'écrivain Harry Mulisch assistèrent à ses premiers happenings, organisés dans un garage d'Amsterdam. Il mit le feu à ce dernier quelques mois plus tard, ce qui lui valut d'être arrêté[1].

À partir de 1964, il commença à organiser des happenings sur le Spui d'Amsterdam. Le développement du mouvement Provo, considéré comme un catalyseur de la révolution culturelle néerlandaise[2] à partir de 1965 entraîna alors une répression de ses événements sur le Spui par la police.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roger Avau, La jeunesse d'un baby boomer (chronologie 1955-1975), L'Encre du temps, 2010, page 117.
  • Tjebbe Van Tijen, Les Provos, Les années 68 : événements, cultures politiques et modes de vie, Lettre d’information n°13, UMR IRICE, Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, 26 février 1996, texte intégral.
  • Nicolas Pas, Images d'une révolte ludique. Le mouvement néerlandais Provo en France dans les années soixante, Revue historique, 2/2005, n°634, pp. 343-373, texte intégral.
  • Joyce Kuijf, Mai 68 : une exception française? Une étude comparative des révoltes de la jeunesse française et néerlandaise, Mémoire de bachelor, s/d de M.C. Foux, archive.library.uu.nl, 23 août 2012, texte intégral.
  • Niek Pas, The incarnation of the spirit of liberty - La perception de Provo par la contre-culture italienne des années soixante à nos jours, Institut Mediastudies, Université d’Amsterdam, 2010, texte intégral.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (nl) Grondlegger van hippe reputatie Amsterdam, De Volkskrant, 26 février 2009. Consulté le 13 septembre 2013.
  2. a et b (en) Robert Jasper Grootveld: Artist and activist who helped found the Dutch Provos in the 1960s, The Independent, 20 mai 2009. Consulté le 13 septembre 2013.
  3. a et b (nl) Antirookmagiër Robert Jasper Grootveld overleden, Het Parool, 26 février 2009. Consulté le 13 septembre 2013.