Robert J. White

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Robert J. White, né en 1925, et mort le 17 septembre 2010[1], est un neurochirurgien américain, connu pour ses transplantations de tête sur les singes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après la mort de son père durant la 2e guerre mondiale, Robert White a été élevé par sa mère et sa tante à Duluth dans le Minnesota[2].

Durant les années 1970, après une longue série d'expérimentations, White a transplanté la tête d'un singe sur le corps d'un autre. L'animal a survécu quelques jours mais ces opérations furent ensuite perfectionnées, jusqu'au point où une tête transplantée pouvait survivre indéfiniment sur son nouveau corps. Néanmoins, les animaux étaient alors euthanasiés. Personne ne sachant réparer les dommages subis par les nerfs lors du sectionnement de la moelle épinière pour permettre la transplantation de la tête, le nouveau corps d'un animal ayant subi cette opération est donc paralysé en dessous du cou. La tête transplantée avec son cerveau peut voir, penser, sentir et goûter, elle fonctionne de la même manière que sur son corps d'origine, mais le cerveau ne peut pas contrôler son nouveau corps[3],[4].

Ce type d'expérimentations fit de White la cible des défenseurs des droits des animaux qui le surnommèrent «Dr. Butcher» et le dénoncèrent comme «symbolisant le caractère brutal et cruel l'industrie de la vivisection »[5]. Plusieurs collègues comme le neurochirurgien Jerry Silver, une expert dans la reconstruction des nerfs endommagés, condamnèrent ces vivisections à leur tour, les qualifiant de «profondément barbares»[5]

Au sujet des droits des animaux, White déclara «selon moi les animaux n'ont aucun droit. L'utilisation des animaux en recherche médicale n'a pas d'importance au regard de la théologie humanitaire. Les préoccupations relatives à des présumées souffrances ressenties par les animaux utilisés en recherche médicale constituent un préjudice social à l'encontre de la médecine, ou, plus sérieusement, des aberrations psychiatriques»[6]

Au cours des années 1990's, White envisageait de pratiquer le même type de transplantation de tête sur les humains et se pratiquait sur des cadavres à la morgue[7].

Le chirurgien estime que la transplantation de tête sur un corps sain appliquée aux humains pourrait sauver des patients de maladies n'affectant pas la tête, comme de multiples défaillances d'organes, les maladies du cœur, le diabète, etc. Les corps seraient obtenus de personnes en état de mort cérébrale. Néanmoins, il reconnaît qu'une telle transplantation soulèverait de graves questions d'éthique[3].

Robert White a exercé la chirurgie au MetroHealth Medical Center et a enseigné à l'Université Case Western Reserve de Cleveland durant quarante ans. Il a conseillé le comité de bioéthique du pape Jean-Paul II et était membre de l'académie pontificale des sciences depuis 1994[2],[8],[9].

Références[modifier | modifier le code]

  1. www.fox8.com
  2. a et b (en) « The Frankenstein Factor », Cleveland Scene, 9 décembre 1999
  3. a et b (en) « Frankenstein fears after head transplant », BBC, 6 avril 2001
  4. [National Geographic video http://lhommeunearmededestructionmassive.e-monsite.com/pages/destruction-massive/des-animaux/la-vivisection-tests-sur-les-animaux/videos/robert-j-white-le-vrai-frankenstein.html]
  5. a et b [1]
  6. [Reader's Digest, The Facts About animals Research 1 March 1988 #3438 http://www.hennet.org/apis/summary.php?id[0]=6146&id[1]=1495&id[2]=3438&id[3]=890&id[4]=1562&id[5]=2877&id[6]=1792&id[7]=626&id[8]=2031&id[9]=4063]
  7. [2]
  8. (fr) « Portrait : Robert White », Arte, 16 mai 2000
  9. (en) « Dr. Robert J. White to Discuss "Rise and Fall of the Human Brain" », Lakeland Community College, 17 janvier 2006