Robert J. Bronner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bronner.

Robert J. Bronner

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Avec Mickey Shaughnessy (à g.), sur le tournage de
La Vallée de la poudre (1958, photo promotionnelle)

Naissance 16 juin 1907
New York
État de New York, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès 9 septembre 1969 (à 62 ans)
Los Angeles
Californie, États-Unis
Profession Directeur de la photographie
Films notables La Belle de Moscou (1957)
Traquenard (1958)
Milliardaire pour un jour (1961)
Séries notables Voyage au fond des mers (1966-1968)

Robert J. Bronner (parfois crédité Robert Bronner), né le 16 juin 1907 à New York (État de New York), mort le 9 septembre 1969 à Los Angeles (Californie), est un directeur de la photographie américain, membre de l'ASC.

Biographie[modifier | modifier le code]

Au cinéma (principalement au sein de la Metro-Goldwyn-Mayer), Robert J. Bronner débute comme deuxième assistant opérateur sur deux films sortis en 1935, dont Imprudente Jeunesse de Victor Fleming. Il est premier assistant opérateur sur Ziegfeld Follies de Vincente Minnelli, George Sidney et autres (1946), et ensuite cadreur, depuis L'Enjeu de Frank Capra (1948) jusqu'à Tous en scène de Minnelli (1953).

Enfin, de 1955 à 1964, il est chef opérateur sur vingt-deux films américains, dont La Belle de Moscou de Rouben Mamoulian (1957, avec Fred Astaire et Cyd Charisse), Traquenard de Nicholas Ray (1958, avec Robert Taylor et Cyd Charisse), ou encore Milliardaire pour un jour de Frank Capra (1961, avec Glenn Ford et Bette Davis).

À la télévision, entre 1956 et 1968, Robert J. Bronner est directeur de la photographie sur quatre séries, dont Voyage au fond des mers (quarante-huit épisodes, 1966-1968).

Filmographie complète[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Comme deuxième assistant opérateur
Comme premier assistant opérateur
Comme cadreur
Comme directeur de la photographie
Cyd Charisse, dans La Belle de Moscou (1957)
De g. à d. : Gig Young, Richard Widmark et Doris Day, dans Le Père malgré lui (1958)
Prises de vues additionnelles

À la télévision[modifier | modifier le code]

Séries, comme directeur de la photographie

Lien externe[modifier | modifier le code]