Robert Ier du Saint-Empire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Robert Ier et son épouse Élisabeth de Nuremberg

Robert Ier de Bavière, connu également sous le nom de Ruprecht de Palatinat, né en 1352 et mort en 1410; fut comte palatin du Rhin de 1398 à 1410 et roi des Romains de 1401 à 1410.

Origine[modifier | modifier le code]

Robert était fils de Robert II, comte palatin du Rhin, et de Béatrix de Sicile. Ses grands-parents furent Louis II, duc de Bavière et Mathilde de Habsbourg elle-même fille de Rodolphe Ier de Habsbourg.

Règne[modifier | modifier le code]

Élu empereur après la déposition de Venceslas Ier de Luxembourg le 20 août 1400, il ne peut se faire couronner à Aix-la-Chapelle, car la route qui menait de Francfort à Aix était sous le contrôle de son ennemi Guillaume VII de Juliers et il reste donc « roi des Romains ».

Les ambitions du duc de Milan Jean Galéas Visconti, ancien vicaire impérial en Italie, effrayaient désormais un grand nombre d'Italiens. Robert Ier juge le moment favorable pour entreprendre la « descente en Italie » que n'avait pas réalisée son prédécesseur. En septembre 1401 il se dirige vers le Col du Brenner, jugeant Brescia trop forte pour être attaquée, il se rend à Padoue d'où il espérait gagner Florence et Rome. Mais ni Florence ni le pape Boniface IX successeur d'Urbain VI ne soutiennent sérieusement son entreprise. Robert Ier doit de plus faire face aux intrigues de Venceslas de Luxembourg en Allemagne. Ni en 1402 ni les années suivantes il ne peut pousser jusqu'à Rome et il doit faire demi-tour. Son prestige est tant affaibli qu'il ne joue aucun rôle dans les tentatives de reconstituer l'unité catholique brisée par le Grand Schisme d'Occident malgré la paralysie du royaume de France où la guerre avec l'Angleterre reprenait[1].

Robert Ier qui avait fondé l'université de Heidelberg en 1386[2] meurt le 18 mai 1410 dans un de ses châteaux près d'Oppenheim.

Union et Postérité[modifier | modifier le code]

Il épousa en 1374 Élisabeth de Nuremberg (1358-1411), fille du burgrave Frédéric V de Nuremberg. Neuf enfants sont issus de cette union :

Les rois de Bavière, les ducs en Bavière, Élisabeth de Wittelsbach ainsi que François-Joseph Ier d'Autriche par sa mère, l'archiduchesse Sophie de Bavière sont les descendants de Robert III du Palatinat

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joseph Calmette Histoire du Reich Allemand au Moyen Âge, Payot, Paris, 1951, p. 353-354.
  2. René Roux, Problèmes historiques des États allemands. La Documentation Française : recueils et monographies, DF, 1950. lire en ligne

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jean-Charles Volkmann, Généalogies des rois et des princes, Édit. Jean-Paul Gassot