Robert III d'Écosse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Robert III
Robert III et Annabella Drummond
Robert III et Annabella Drummond
Titre
Roi d'Écosse
19 avril 13904 avril 1406
15 ans, 11 mois et 16 jours
Couronnement 14 août 1390
Prédécesseur Robert II
Successeur Jacques Ier
Biographie
Titre complet Roi d'Écosse
Dynastie Stuart
Nom de naissance Raibeart III
Date de naissance vers 1340
Lieu de naissance Palais de Scone, Perthshire
Date de décès 4 avril 1406
Lieu de décès Château de Rothesay, Île de Bute
Père Robert II
Mère Elizabeth Mure
Conjoint Annabella Drummond
Enfant(s) Margaret Stuart
Marie Stuart
David Stuart
Elisabeth Stuart
Egidia Stuart
Robert Stuart
Jacques Ier d'Écosse
Héritier David Stuart
puis Jacques Ier

Robert III d'Écosse
Roi d'Écosse

Robert III (vers 1340 – 4 avril 1406), roi d'Écosse, (Raibeart III en gaélique écossais) règne de 1390 à 1406.

Origine[modifier | modifier le code]

Blason de John Stuart Comte de Carrick (Futur Robert III d'Ecosse) (1337 1406).svg Armes de Robert III d'Écosse lorsqu'il n'était encore connu que sous le nom de John Stuart, comte de Carrick.

John est le fils aîné du roi Robert II et de sa maîtresse Elizabeth Mure, a été légitimé par le mariage formel de ses parents vers 1349. Ils s'étaient déjà unis en 1336, mais d'aucuns considéraient ce mariage comme non valide pour cause d'une trop proche parenté male établie.

En 1368, son grand-oncle, le roi David II d'Écosse, lui fait épouser Annabelle la nièce de la reine Marguerite Drummond et le fait comte de Carrick. Quand son père devient roi trois ans après sous le nom de Robert II d'Écosse à l'âge de 55 ans, il prend part activement au gouvernement du royaume et en novembre 1384 il et nommé Gardien de l'Écosse pour le compte de son père devenu sénile. Le 1er décembre 1388 il doit céder cette charge à son frère Robert, comte de Fife, car il aurait été rendu invalide à la suite d'un coup donné par un cheval[1]. Il n'en succède pas moins à son père sur le trône lors de son décès en avril 1390 mais son frère obtient d'être confirmé dans sa charge de Gardien du Royaume avant son couronnement le 14 août 1390.

Règne[modifier | modifier le code]

À ce moment, il remplace Jean, son nom de baptême - impopulaire à cause de sa similitude avec Jean de Baliol - par celui de Robert lorsqu'il est couronné à Scone, en août 1390, sous le nom de Robert III. Bien qu'il ait probablement assisté à plusieurs séance du parlement, le nouveau roi ne dirige que nominalement du pays, le pouvoir réel restant entre les mains de son frère, le comte de Fife.

Néanmoins, en 1399, à cause de la « maladie du corps » du roi, son fils aîné, David, duc de Rothesay, reçoit le titre de lieutenant du royaume ; mais s'ensuivent une invasion anglaise de l'Écosse, de sévères différends entre Rothesay et son oncle Robert, désormais duc d'Albany, et finalement, en mars 1402, la mystérieuse mort de Rothesay au palais de Falkland.

Craignant pour la vie de Jacques, son fils survivant, le roi tient le garçon caché au château de Dirleton, en vue de lui faire quitter secrètement le pays pour la France. Néanmoins, un mois après, en 1406, les Anglais capturent le jeune Jacques en chemin. Sur quoi le roi Robert meurt, probablement à Rothesay. Le roi serait mort de chagrin, suite à la capture de Jacques. Robert demande même à être enterré sous un monticule de déjections avec comme épitaphe : « Ici repose le pire des Rois et le plus malheureux des hommes ». En fait, il a été enterré à Paisley, au lieu de Scone, la sépulture traditionnelle des Rois d'Écosse, ne s'estimant pas digne de cet honneur.

Union et postérité[modifier | modifier le code]

Robert III a épousé Annabella Drummond (vers 1350 - 1402), fille de Sir John Drummond de Stobhall, et elle lui a donné 7 enfants:

Il a également deux fils naturels, Jacques Stewart de Kilbride et John Stewart d'Auchingowan.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Duchein, Histoire de l'Écosse, Fayard 1998, rééd. Tallandier 2013 p. 186

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) « Robert III d'Écosse », dans Encyclopædia Britannica, 1911 [détail de l’édition] [lire en ligne]
  • (en) Stephen I. Boardman The Early Stewart Kings: Robert II and Robert III, 1371-1406. Tuckwell Press. Edinburgh 1996 réédition 2007, chez John Donald Short Run Press (ISBN 1904607683).
  • (en) Steve Boardman The First Stewart Dynasty 1371-1488 The New Edinburgh History of Scotland Edinburgh University Press (Edinburgh 2006) (ISBN 978-0748612352).
  • (en) Rosalind K. Marshall, Scottish Queens: 1034-1714 Tuckwell Press, East Linton (2003) (ISBN 1-86232-271-6) p. 45-46.
  • (en) Mike Ashley The Mammoth Book of British Kings & Queens Robinson (Londres 1998) (ISBN 1841190969) « Robert III » p. 553-555.
  • (en) John.L.Roberts Lost Kingdoms Celtic scotland and the Middle Ages, Edinburgh University Press (Edinburgh 1997) (ISBN 0748609105).