Robert Henri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Henri.
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Robert Henry.

Robert Henri

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Robert Henri par Gertrude Kasebier

Naissance 25 juin 1865
Cincinnati
Décès 12 juillet 1929 (à 64 ans)
New York
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Activités peinture
Mouvement artistique Ash Can School
Robert Henri, Neige à New York, 1902
National Gallery of Art, Washington
Robert Henri, Portrait de Fay Bainter, 1918

Robert Henri, né à Cincinnati (Ohio) le 25 juin 1865 et mort le 12 juillet 1929, est un peintre et professeur américain qui appartint à l'Ash Can School.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1871, son père fonda la ville de Cozaddale (en). En 1873, sa famille s'installa dans le Nebraska, où elle fonda la ville de Cozad (en). Après avoir passé un temps à Denver dans le Colorado, elle s'installa à New York en 1883.

En 1886, Henri entra dans la Pennsylvania Academy of Fine Arts à Philadelphie, où il étudia sous la direction de Thomas Anshutz. En 1888, il séjourna à Paris et fréquenta l'Académie Julian, où il eut pour professeur William-Adolphe Bouguereau. Il s'intéressa à l'impressionnisme et fut admis à l'École des beaux-arts. Pendant cette période, il visita aussi la Grande-Bretagne et l'Italie.

En 1891, il retourna à Philadelphie et étudia avec Robert Vonnoh (en). L'année suivante, il commença à enseigner à la Philadelphia School of Design for Women. Il rencontra plusieurs illustrateurs de presse parmi lesquels William James Glackens, George Luks (en), Everett Shinn (en) et John French Sloan. Dans les années qui suivirent, il partagea son temps entre Philadelphie et Paris, où il rencontra l'artiste canadien James Wilson Morrice. Il épousa Linda Craige en 1898. Il fut engagé comme en enseignant à la New York School of Art en 1902, et eut pour étudiants Edward Hopper, Rockwell Kent, George Wesley Bellows, Norman Raeben et Stuart Davis.

En 1911, il assista à une conférence de la célèbre anarchiste Emma Goldman qui lui fit une si vive impression qu'il se rendit par la suite à toutes celles qu'elle fit cette année-là. C'est elle qui lui proposa de créer au centre Ferrer de New York où une école des beaux-arts, la Modern School avait été ouverte sur le modèle de la Escuela moderna de Francisco Ferrer. Il y enseigna deux soirs par semaine jusqu'en 1918 en alternance avec George Wesley Bellows. Par ces cours, où régnait une certaine liberté, passèrent certaines personnalités qui acquirent par la suite une certaine notoriété telles que Man Ray, Paul Rohland, Niles Spencer, ainsi que Léon Trotski qui y étudia la peinture durant son exil à New York en 1917[1]. Robert Henri est un des huit membres de l'Ash Can School « école de la poubelle », ainsi que du Groupe des Huit.

Son livre, The Art Spirit, fut une grande source d'inspiration pour le jeune et pas encore cinéaste David Lynch.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Henri, The Art Spirit, Philadelphie, 1923 ; 1984 (ISBN 0-06-430138-9)
  • Valerie Ann Leeds, 'My People:' The Portraits of Robert Henri. Orlando, Orlando Museum of Art, 1994 (ISBN 1-880699-03-6)
  • Valerie Ann Leeds, Robert Henri: The Painted Spirit, New York, Gerald Peters Gallery, 2005 (ISBN 1-931747-15-X[à vérifier : isbn invalide])
  • William Innes Homer, Robert Henri and his Circle, Ithaca, Cornell University Press, 1969 ; 1988 (ISBN 0-87817-326-9)
  • Jessica F. Nicoll, The allure of the Maine coast: Robert Henri and his circle, 1903-1918, Portland (Maine), Portland Museum of Art, 1995 (ISBN 0-916857-07-7)
  • Bennard B. Perlman, Robert Henri: His Life and Art, Dover Publications, 1991 (ISBN 0-486-26722-9)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir à ce sujet et plus généralement sur l'enseignement au centre Ferrer de New York : Ronald Creagh, Laboratoires de l'Utopie. Les communautés libertaires aux États-Unis, Paris, Payot (Coll. Critique de la politique), 1983, chap. V.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :