Robert Hanssen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Photographie de Robert Hanssen.

Robert Philip Hanssen, né le 18 avril 1944 à Chicago aux États-Unis, était un agent double américain du FBI, condamné en 2002 à la prison à vie pour espionnage au profit de l'URSS et de la Russie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille d'origine danoise polonaise et allemande, son père, officier de police à Chicago, exerce de la violence psychologique pendant son enfance. Diplômé d'un baccalauréat universitaire en chimie en 1966 puis d'un MBA en comptabilité et en système d'information en 1971, il travaille dans une entreprise de comptabilité avant de rejoindre la Chicago Police Department où il se spécialise dans l'enquête des affaires internes et la juricomptabilité. Il devient le 12 janvier 1976 agent du FBI où il rejoint rapidement les services du contre-espionnage grâce à ses talents d'informaticien hors pair. Il est dès cette époque surnommé le « croque-mort » à cause de son teint cireux, de sa tenue quotidienne en complet noir et son absence de sourire[1].

En 1989, Hanssen compromet l'enquête du FBI (en la révélant au KGB) sur Felix Bloch (en), diplomate américain en poste à Berlin et, entre 1981 et 1987, à Vienne où il est directeur du secteur économique de l'ambassade puis premier secrétaire de l'ambassade dirigée alors par Ronald Lauder. L'affaire Felix Bloch est révélée par la chaîne ABC en juillet 1989 lors d'une reconstitution trompeuse, ce qui contraint Bloch à démissionner de son poste au Département d'État en 1990 au prétexte qu'il représente un risque pour la sécurité nationale, sans qu'il soit pour autant poursuivi[2].

Arrêté le 18 février 2001 à Foxstone Park, près de son domicile à Vienna, en Virginie, il a été inculpé de vente de secrets à Moscou contre 1,4 million de dollars en liquide et des diamants sur une période de 15 ans. Sa trahison a été décrite à l'époque par le département américain de la Justice « potentiellement le pire des désastres de l'histoire américaine du renseignement » [3].

Le 10 mai 2002, en échange de sa coopération avec les autorités américaines (donnant notamment le nom de trois officiers du KGB en poste aux États-Unis), il évita la peine de mort et fut condamné à la prison à vie. Hanssen purge actuellement sa peine dans le pénitencier fédéral de très haute sécurité d'ADX Florence à Florence dans le Colorado. Hanssen passe 23 heures par jour absolument seul, à l'écart des autres détenus.

À l'occasion d'un échange d'espions en 2010, la firme américaine spécialisée dans les renseignements Stratfor rapporta qu'une rumeur disait que l'un d'entre eux, Alexandre Zaporojsky, avait donné des informations aux Américains ayant contribué à l'arrestation d'Aldrich Ames et Robert Hanssen[4].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Hanssen épouse en 1968 une femme dévote, Bernadette « Bonnie » Wauck, avec qui il fonde une famille nombreuse. Luthérien, il se convertit à la religion catholique de sa femme, dont il devient un pratiquant fervent. Il est par ailleurs, selon certains, un membre surnuméraire de l'Opus Dei[1].

Film[modifier | modifier le code]

Son arrestation a fait l'objet du film américain Agent Double (Breach) réalisé en 2007 par Billy Ray, avec Chris Cooper dans le rôle de Robert Hanssen.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) David Wise, Spy : The Inside Story of How the FBI's Robert Hanssen Betrayed America, Random House,‎ 2003, 344 p.
  2. Marc-François Bernier, Éthique et déontologie du journalisme, Presses Université Laval,‎ 2004 (lire en ligne), p. 272
  3. U.S. Department of Justice, "A Review of FBI Security Programs", March 2002
  4. (en) Spy swap: who's who?, The Guardian, 9 juillet 2010

Lien externe[modifier | modifier le code]