Robert Ghiz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ghiz.
Robert Ghiz
Image illustrative de l'article Robert Ghiz
Fonctions
31e Premier ministre de l'Île-du-Prince-Édouard
En fonction depuis le 12 juin 2007
Monarque Élisabeth II
Lieutenant-gouverneur Barbara Hagerman
Frank Lewis
Gouvernement Ghiz
Prédécesseur Pat Binns
Député de Charlottetown-Brighton
En fonction depuis le 12 juin 2007
Prédécesseur Nouveau district
Biographie
Nom de naissance Robert W. J. Ghiz
Date de naissance 21 janvier 1974 (40 ans)
Lieu de naissance Charlottetown (Île-du-Prince-Édouard, Canada)
Nationalité Canadienne
Parti politique Parti libéral de l'Île-du-Prince-Édouard
Conjoint Kate Ellis
Enfant(s) Julia
Emma
Jack
Diplômé de Université Bishop's
Profession Homme politique
Banquier

Robert Ghiz
Premiers ministres de l'Île-du-Prince-Édouard

Robert W. J. Ghiz, né le 21 janvier 1974 à Charlottetown (Île-du-Prince-Édouard), est un homme politique canadien, membre du Parti libéral de l'Île-du-Prince-Édouard, député de Charlottetown-Brighton et Premier ministre de la province du 12 juin 2007 au 13 novembre 2014, date à laquelle il démissionne pour « passer à autre chose » et laisser un successeur prendre le relais avant les élection à venir un an plus tard[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance, éducation et carrière[modifier | modifier le code]

D'origine libanaise, Ghiz grandit à Charlottetown et fait ses études à l'Université Bishop de Lennoxville au Québec, où il obtient un baccalauréat en science politique. Il figure parmi les 285 étudiants de l'extérieur du Québec suspectés d'avoir déclaré illégalement un domicile au Québec afin de voter lors du du référendum de 1995 sur la souveraineté du Québec. Il ne figure toutefois pas parmi les 58 étudiants poursuivis par le Directeur général des élections du Québec pour avoir voté illégalement[2],[3],[4].

Après avoir fini ses études, il se déplace à Ottawa et travaille comme assistant politique au Vice-première ministre Sheila Copps ; il devient ensuite lobbyiste pour la Banque de la Nouvelle-Écosse en 1998. En 2001, Ghiz se joint au cabinet du Premier ministre du Canada Jean Chrétien et travaille en tant que conseiller sur le Canada atlantique. En 2003, il quitte Ottawa pour briguer la direction du Parti libéral de l'Île-du-Prince-Édouard.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

En 2003, Ghiz remporte une victoire serrée contre l'ancien ministre provincial de la Santé, Alan Buchanan, pour diriger le parti ; il est ensuite élu à l'Assemblée législative de l'Île-du-Prince-Édouard lors de l'élection générale de 2003. En tant que chef du Parti libéral et chef de l'Opposition, Ghiz peine à égaler la popularité personnelle du chef progressiste-conservateur Pat Binns, même lorsque les libéraux devancent les conservateurs dans les sondages. Néanmoins, il réussit à mener les libéraux à une victoire décisive lors de l'élection générale de 2007, mettant un terme à 11 années de gouvernement conservateur sous Pat Binns.

Robert Ghiz est également le fils de l'ancien premier ministre Joe Ghiz. C'est la deuxième fois dans l'histoire de l'Île-du-Prince-Édouard qu'un père et son fils deviennent tous deux premiers ministre ; les premiers furent Thane Campbell (premier ministre de 1936 à 1943) et son fils Alex Campbell (1966 à 1978).

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le premier ministre de l'Île-du-Prince-Édouard, Robert Ghiz, démissionne », Radio Canada, publié et consulté le 13 novembre 2014.
  2. Gilles Fisette, « Étudiants de Bishop's ayant voté illégalement: Robert Ghiz comptait parmi les suspects », La Tribune, Sherbrooke, Qc,‎ 8 juin 2007, p. 5
  3. « Political columnist accuses Ghiz of being unlawful 'Non' voter in 1995 », The Guardian, Charlottetown,‎ 7 juin 2007, A3
  4. Michel David, « La bande à Robert », Le Devoir, Montréal,‎ 31 mai 2007, A3 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]