Robert Fabre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Robert Fabre
Fonctions
Parlementaire français
Député (1962-1980)
Gouvernement Ve République
Groupe politique RD (1962-1967)
FGDS (1967-1973
PSRG (1973-1978)
Non-inscrit (1978-1980)
Président du MRG
19721978
Prédécesseur Fonction créée
Successeur Michel Crépeau
Médiateur de la République
19801986
Prédécesseur Aimé Paquet
Successeur Paul Legatte
Membre du Conseil constitutionnel
Prédécesseur Paul Legatte
Successeur Michel Ameller
Biographie
Date de naissance
Date de décès (à 91 ans)
Résidence Deuxième circonscription de l'Aveyron
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fabre.

Robert Fabre, né le à Villefranche-de-Rouergue (Aveyron) et mort le dans sa ville natale, est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de la faculté de médecine et pharmacie de Toulouse, il a exercé la profession de pharmacien. Il est père de quatre filles.

Il a été nommé le troisième homme pour avoir signé avec François Mitterrand et Georges Marchais, en tant que président du Mouvement des radicaux de gauche, le programme d'Union de la Gauche, le . Il meurt quelques semaines seulement après Jean-Jacques Servan-Schreiber, l'autre grand protagoniste de la scission radicale de 1973.

Mandats[modifier | modifier le code]

Engagements politiques[modifier | modifier le code]

Logo du MRG fondé par Robert Fabre

Nominations[modifier | modifier le code]

Il a été nommé :

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Chevalier de la Légion d'honneur
  • Palmes académiques
  • Médaille Jeunesse et sport
  • Chevalier de la santé publique
  • Officier de l'ordre national du Sénégal

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Un radical sous la Ve République, de Samuel Deguara, éditions L'Harmattan, 2003
  • Quelques baies de genièvre, Jean-Claude Lattès, 1976
  • Toute vérité est bonne à dire
  • Quatre grains d'ellébore, Ramsay, 2003

Biographie[modifier | modifier le code]

  • André Laurens, Robert Fabre, le « troisième homme » de l'Union de la gauche, Le Monde, mardi 26 décembre 2006, rubrique "Carnet"