Robert Duncan (poète)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Robert Duncan.

Robert Duncan, né le 7 janvier 1919 et mort le 3 février 1988, est un écrivain et poète américain, lié au courant littéraire de Black Mountain et à celui de la Beat generation. Il fut également l'une des figures phares de la Renaissance de San Francisco.

Biographie[modifier | modifier le code]

Robert Duncan est né à Oakland, en Californie. Sa mère décède lors de l'accouchement et il est adopté par une famille de théosophistes. Il grandit dans un environnement empreint de spiritualité et de mysticisme. En 1936, il entreprend des études à l'Université de Californie à Berkeley. Il écrit ses premiers poèmes, marqués par ses convictions politiques de gauche, et acquiert une réputation de bohème. En 1938, il entre au Black Mountain College, mais n'y reste pas longtemps du fait d'un conflit avec le corps enseignant au sujet de la Guerre d'Espagne. Il passe deux ans à Philadelphie puis s'installe à Woodstock, où il travaille pour le magazine The Phoenix. Il y rencontre Henry Miller et Anaïs Nin, tous deux enthousiastes de son travail de poésie.

Duncan et l'homosexualité[modifier | modifier le code]

À Philadelphie, Robert Duncan entretient une relation avec un enseignant qu'il avait rencontré à Berkeley. En 1941, il est enrolé dans l'armée et affirme publiquement son homosexualité afin d'être réformé. Il a sa première relation hétérosexuelle en 1943, qui aboutit sur un mariage court et désastreux. Il publie en 1944, dans le magazine Politics, un essai intitulé The Homosexual in Society, dans lequel il compare la condition difficile des homosexuels à celle des afro-américains et des juifs. Il devient par cette publication le premier poète américain à parler ouvertement du rôle de son homosexualité dans le processus de sa création artistique, et ouvre ainsi pour la première fois dans l'histoire américaine la voie à une reflexion sur l'homosexualité et les arts. De 1951 jusqu'à sa mort, il vit avec le peintre Jess Collins. Avant cette relation, il eut une relation avec Robert De Niro Sr, le père de l'acteur Robert De Niro.

San Francisco[modifier | modifier le code]

En 1945, Duncan revient à San Francisco où il se lie d'amitié avec le poète Kenneth Rexroth, avec qui il entretenait une correspondance depuis un certain temps. Il retourne à Berkeley pour étudier la littérature du Moyen Âge et de la Renaissance, et se donne une image d'adepte du chamanisme dans les cercles littéraires et artistiques. Il sympathise avec les poètes Jack Spicer et Robin Blaser. Au début des années 1950, il écrit dans les revues Origin de Cid Corman et Black Mountain Review[1], et enseigne au Black Mountain College. Ces liens et connexions joueront un rôle crucial pour l'implication des poètes du courant Black Mountain dans la Renaissance de San Francisco.

Œuvres traduites en français[modifier | modifier le code]

  • Passages & structures, traduction Serge Fauchereau, Editions Bourgois, 1977.
  • L’Ouverture du champ, traduction Martin Richet, Paris, Éditions José Corti, 2012 (ISBN 978-2-7143-1095-8)

Notes et références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]