Robert Cramer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cramer.
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Robert Kramer.
Robert Cramer
Portrait de Robert Cramer
Portrait de Robert Cramer
Fonctions
Conseiller aux États
En fonction depuis le 3 décembre 2007[1]
Législature 48e (2007-2011)
49e (2011-2015)
Vice-président du parti écologiste suisse (Les Verts)
En fonction depuis le 21 avril 2012
Conseiller d'État (exécutif) du canton de Genève
16 novembre 19977 décembre 2009
Conseiller municipal (délibératif) de la ville de Genève
juin 1995 – novembre 1997[1]
Président du Parti écologiste genevois
19881990[2]
Député au Grand Conseil du canton de Genève
octobre 1985octobre 1993[1]
Biographie
Date de naissance 7 février 1954 (60 ans)[1]
Lieu de naissance Amsterdam (Pays-Bas)
Parti politique Les Verts
Diplômé de Université de Genève

Robert Cramer, de son nom complet Robert Christian Cramer, né le 7 février 1954 à Amsterdam (Pays-Bas), est un homme politique suisse membre des Verts.

Biographie[modifier | modifier le code]

Licencié en droit de l'Université de Genève et titulaire du brevet d'avocat, il devient en 1985 associé dans l'étude d'avocats Cramer et de Preux. En 1996, il devient président suppléant de la Chambre d'appel des prud'hommes.

Depuis 2010, il a repris l'exercice du barreau au sein de l'étude Cramer-Salamian.

Carrière genevoise[modifier | modifier le code]

Membre du Parti écologiste genevois depuis 1985, il est élu la même année député au Grand Conseil et y siège jusqu'en 1993. Président du Parti écologiste genevois de 1988 à 1990, il est élu au Conseil municipal, le législatif de la ville de Genève en 1995.

Le 16 novembre 1997, il devient le premier conseiller d'État écologiste élu à Genève. Prenant la tête du département de l'intérieur, de l'agriculture et de l'environnement de 1997 à 2005 puis du département du territoire de 2005 à 2009, il développe une politique réconciliant agriculture et écologie avec notamment l'interdiction du recours aux OGM.

En matière de gestion de l'eau, il met en place un programme de renaturation des cours d'eau genevois, qui s'inscrit tant dans une perspective écologiste que dans celle de la sécurité face aux crues.

Responsable dès 2005 de l'aménagement du territoire, il initie par ailleurs le projet d'agglomération franco-valdo-genevoise afin de concevoir l'aménagement au-delà des frontières du canton, incluant la France voisine et le canton de Vaud. Il préside en 2006 et 2007 le Conseil du Léman.

En matière de mobilité, se fondant sur l'augmentation de la population et les besoins en mobilité induisant une augmentation du trafic, il met en place une politique de développement des transports publics, notamment du réseau des tramways. Il conçoit également celle-ci à l'échelle de l'agglomération, à l'instar du projet CEVA qui avance sous son mandat.

En matière d'énergie, il contribue au pilotage du travail aboutissant à une nouvelle loi sur l'énergie, acceptée par le peuple genevois le 7 mars 2010, qui impose notamment, lors de la construction de nouveaux bâtiments, des standards énergétiques élevés et la mise en place de panneaux solaires.

Il préside également la commission consultative sur les questions énergétiques et dirige les délégations du Conseil d'État aux transports et à l'intégration des étrangers.

Carrière fédérale[modifier | modifier le code]

Le 21 octobre 2007, il est élu au Conseil des États, aux côtés de la socialiste Liliane Maury-Pasquier. Il devient ainsi le premier écologiste de l'histoire suisse à siéger dans la chambre haute du parlement fédéral. Il siège dans les commissions parlementaires suivantes : Commission de gestion, Commission de l'environnement, de l'aménagement du territoire et de l'énergie, Commission des institutions politiques et Commission des grâces et de réhabilitation.

Le 23 octobre 2011, il est réélu au Conseil des États, à nouveau aux côtés de la socialiste Liliane Maury-Pasquier.

Le 21 avril 2012, à l'occasion du renouvellement de l'équipe dirigeante, il est élu à la vice-présidence du Parti écologiste suisse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]