Robert Champoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Robert Champoux, dit « Bob », (né le 2 décembre 1942 à Saint-Hilaire, Québec, Canada) est un joueur de hockey sur glace canadien. Il évoluait au poste de gardien de but.

Carrière[modifier | modifier le code]

Robert Champoux débute sa carrière junior avec la Palestre nationale de la Ligue de hockey junior métropolitaine de Montréal en 1960. En 1961-1962, il joue pour le Canadien junior de Montréal, puis les Alouettes de St-Jérôme en 1962-1963. C’est lors de cette dernière saison qu’un recruteur des Red Wings de Detroit le remarque. On lui offre alors un contrat avec le nouveau club-école des Wings, les Capitols d’Indianapolis. Il joue quelques semaines là-bas, avant d’être forcé, lui et le reste de l’équipe, à déménager à Cincinnati. En effet, le 31 octobre 1963, un réservoir de propane explose lors d’un spectacle de patinage artistique donné au Fairgrounds Coliseum[1]. Plus de 60 personnes meurent dans cet accident. Les dirigeants du club changent alors le nom de Capitols pour celui de Wings. La nouvelle équipe de Cincinnati connaît toutefois une mauvaise saison, avec un bilan de 12 victoires pour 53 défaites et 7 matchs nuls, et ne participe pas aux séries éliminatoires de la Central Professional Hockey League. Les Red Wings de Détroit, qui eux, participent aux séries d’après saison de la Ligue nationale de hockey, décident donc de rappeler Champoux. Lors du deuxième match de la série contre les Black Hawks de Chicago, le gardien de but Terry Sawchuk se blesse à l’épaule. Son remplaçant, le jeune Champoux âgé seulement de 21 ans, accorde 4 buts en 55 minutes de jeu mais son coéquipier Norm Ullman en compte trois et permet aux Wings de remporter le match 5 à 4. Sawchuk est de retour lors du match suivant. Détroit perd en finale de la Coupe Stanley contre les Maple Leafs de Toronto et Champoux aura joué son seul match en carrière avec les Wings. Il demeure toutefois la propriété des Red Wings, jouant pour ses clubs-écoles (Wings de Memphis, Hornets de Pittsburgh). Puis, en octobre 1966, il est prêté aux Gulls de San Diego de la Western Hockey League. C’est avec ce club qu’il passe la majorité des sept saisons suivantes, faisant de courts séjours avec les Blues de Kansas City, les Black Hawks de Dallas et les Rockets de Jacksonville.

C’est en 1973 que Robert Champoux effectue un retour dans la LNH. Il signe un contrat avec les Golden Seals de la Californie et devient leur troisième gardien de but. Il passe la majeure partie de la saison 1973-1974 avec les Golden Eagles de Salt Lake, mais des blessures à Gilles Meloche et Marv Edwards force la direction des Golden Seals à le rappeler. Il joue 17 matchs et présente une fiche de 2 victoires, 11 défaites et 3 matchs nuls. Il enregistre d’ailleurs l’un de ses matchs nuls en n’accordant que 2 buts aux Canadiens de Montréal le 14 décembre 1973 au County Coliseum Arena d’Oakland. À la fin de la saison, la direction des Golden Seals le libère. Champoux joue trois autres saisons avec les Polar Bears de Winston-Salem de la Southern Hockey League et prend sa retraite au printemps 1977.

Après-carrière[modifier | modifier le code]

Après sa retraite du hockey professionnel, Robert Champoux retourne s’établir définitivement à San Diego avec sa femme Vicky, une ex-Miss San Diego qu’il a épousé à la fin des années 1960. Ensemble, ils ont 2 enfants, Beau et Danielle.

Au début des années 2000, Champoux travaille comme programmeur et analyste à l'Université de Californie à San Diego[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://indyhockey.blogspot.ca/2011_10_01_archive.html
  2. Ronald King, « Bob Champoux est en ville... »,‎ 6 août 2009 (consulté le 29 octobre 2012)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Andrew Podnieks, Players: The Ultimate A-Z Guide of Everyone Who Has Ever Played in the NHL, Doubleday Canada,‎ 2003 (ISBN 978-0385259996)