Robert Élie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Robert Élie

Activités Romancier, dramaturge, essayiste
Naissance 5 avril 1915
Montréal, Drapeau : Québec Québec
Décès 19 janvier 1973 (à 57 ans)
Montréal, Drapeau : Québec Québec
Langue d'écriture Français
Genres Roman, théâtre, essai

Œuvres principales

  • La Fin des songes (1950)

Robert Élie (Montréal, 5 avril 1915[1]- Montréal, 19 janvier 1973[1]) est un romancier, essayiste et dramaturge québécois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il obtient un baccalauréat ès arts du Collège Sainte-Marie de Montréal en 1935 et fait des études de lettres à l'Université de Montréal et de littérature anglaise et d'histoire à l'Université McGill.

Il collabore à La Relève avec Robert Charbonneau et Hector de St-Denys Garneau et à La Presse, puis fonde la revue Architecture, Bâtiment, Construction en 1947.

Il est directeur adjoint des services de presse et d'information à Radio-Canada en 1948, directeur de l'École des beaux-arts de la province de Québec en 1958, directeur du Conseil des Arts du Canada en 1959 et conseiller culturel de la Délégation générale du Québec à Paris en 1961.

Il meurt à l'Hôpital Notre-Dame de Montréal en janvier 1973.

Le fonds d'archives de Robert Élie est conservé au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[2].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • La Fin des songes (1950)
  • Il suffit d'un jour (1957)

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • L'Étrangère (1954)
  • La Jeune Fille ravie (1956)
  • La Place publique (1964)

Essai[modifier | modifier le code]

Honneurs[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Inventaire sommaire du Fonds Robert-Élie », BAnQ, 1988.
  2. Fonds Robert Élie (MSS386) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]