Robert-le-Diable

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Robert le diable.

Polygonia c-album

Le Robert-le-Diable, Polygonia c-album, est une espèce de papillons diurnes de la famille des Nymphalidae, de la sous-famille des Nymphalinae, de la tribu des Nymphalini.

Son nom vernaculaire est aussi orthographié Robert le diable[1].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Son nom scientifique fait allusion à la marque blanche en forme de « C » au revers des ailes postérieures.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Polygonia c-album a été nommé par Carl von Linné en 1758.

Synonymie[modifier | modifier le code]

  • Papilio c-album Linnaeus, 1758
  • Polygonia marsyas Edwards, 1870
  • Nymphalis c-album[2].

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

Le Robert-le-Diable est aussi appelé Gamma ou C-blanc. Il se nomme C-Falter en Allemand, Comma en anglais, Rusałka ceik en polonais.

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

  • Polygonia c-album c-album
  • Polygonia c-album agnicula (Moore, 1872); présent au Népal.
  • Polygonia c-album asakurai (Nakahara, 1920); présent à Taïwan.
  • Polygonia c-album extensa (Leech, [1892]); dans le centre et l'ouest de la Chine.
  • Polygonia c-album hamigera (Butler, 1877)
  • Polygonia c-album imperfecta (Blachier, 1908); à Tanger au Maroc[3].
  • Polygonia c-album koreana (Bryk, 1946)
  • Polygonia c-album kultukensis (Kleinschmidt, 1929)
  • Polygonia c-album sachalinensis (Matsumura, 1915)[2].

Description[modifier | modifier le code]

Dans le sud de l'Europe, il peut être confondu avec la Vanesse des pariétaires.

Imago[modifier | modifier le code]

Le dessous des ailes postérieures est marqué d'un « C » blanc caractéristique.

Le Robert-le-Diable a des ailes très découpées.

Le dessus des ailes présente sur un fond orange vif, des marques brunes et des taches claires en bordure.

Le revers est marbré de brun. Replié, le papillon ressemble à une feuille morte. Les ailes postérieures présentent au revers une tache blanche en forme de C[4].

Le dimorphisme sexuel est léger, le mâle a une envergure de 22 à 24 mm et la femelle de 25 à 26 mm.

Cette espèce produit deux générations par an, la première, à partir de fin mai, plus pâle que celle que l'on rencontre à partir de juillet, en automne et au printemps après hivernage.

Chenille[modifier | modifier le code]

La chenille est tricolore : noir, fauve et blanc.

Biologie[modifier | modifier le code]

Période de vol et hibernation[modifier | modifier le code]

Bivoltin : la première génération des imagos apparaît de fin mai à juin, la deuxième génération, de juillet à août. Cette seconde génération hiberne sous forme d'imago dans la végétation et réapparaît de fin février à avril.

Le Robert-le-Diable vole dès les premiers jours ensoleillés de février à fin novembre.

Plantes hôtes[modifier | modifier le code]

Les plantes hôtes sont nombreuses : ortie dioïque (Urtica dioica), houblon (Humulus lupulus), orme champêtre (Ulmus minor), noisetier (Corylus avellana), saules (Salix), framboisier (Rubus idaeus), groseilliers (Ribes uva-crispa et Ribes alpinum); au Maroc, des Saxifragaceae[3].

Écologie et distribution[modifier | modifier le code]

Le Robert-le-Diable se retrouve en Europe occidentale, en Afrique du Nord, en Chine, au Japon.

Il est assez commun et présent dans tous les départements de France métropolitaine[5].

Il a une tendance dispersive et s'établit à la limite de son domaine, ce qui lui a permis de reprendre des territoires précédemment perdus, en particulier au Royaume-Uni[6].

Biotope[modifier | modifier le code]

Le Robert-le-Diable affectionne les haies, les clairières et les lisières. Comme la plupart des espèces hivernantes, il apprécie en automne les fruits tombés au sol dans les vergers.

Protection[modifier | modifier le code]

Aucun statut de protection spécifique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tom Tolman, Richard Lewington, Guide des papillons d'Europe et d'Afrique du Nord, Delachaux et Niestlé, Paris, 1999-2009 ISBN 978-2-603-01649-7
  2. a et b [1]
  3. a et b Parc naturel d'Ifrane
  4. Chinery, M. & Leraut, P., Photo-guide des papillons d'Europe, Delachaux et Niestlé, 1998
  5. (fr) « Polygonia c-album L. », sur www.lepinet.fr (consulté le 13 juillet 2010)
  6. UK Butterflies

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

  • Leraut, P., Liste systématique et synonymique des lépidoptères de France, Belgique et Corse (deuxième édition), Alexanor, Paris, 1997, 526 p.(ISBN 2-903273-06-5)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Tom Tolman, Richard Lewington, Guide des papillons d'Europe et d'Afrique du Nord, Delachaux et Niestlé, ISBN 978-2-603-01649-7