Riad El Solh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Riyad es-Solh)
Aller à : navigation, rechercher
Riad El Solh
رياض الصلح
Riad El Solh
Riad El Solh
Fonctions
5e président du Conseil des ministres libanais
14 décembre 194614 février 1951
(4 ans, 2 mois et 0 jour)
Président Béchara el-Khoury
Prédécesseur Saadi Mounla
Successeur Hussein Oueini
1er président du Conseil des ministres libanais
(depuis l'indépendance
de la République libanaise en 1943)
25 septembre 194310 janvier 1945
(1 an, 3 mois et 16 jours)
Président Béchara el-Khoury
Prédécesseur Petro Trad
(avant l'indépendance)
Successeur Abdel Hamid Karamé
Biographie
Nom de naissance Riad El Solh
Date de naissance 1894
Lieu de naissance Sidon
Date de décès 17 juillet 1951
Lieu de décès Amman (Jordanie)
Nationalité libanaise
Parti politique Front de salut national
Conjoint Fayza El Jabiri
Enfant(s) Alia El Solh
Lamia El Solh
Mouna El Solh
Bahigea El Solh
Leïla El Solh
Religion Islam

Riad El Solh
Présidents du Conseil des ministres libanais

Riad El Solh (رياض الصلح) est né en 1894 à Sidon et mort assassiné le 17 juillet 1951 à Amman en Jordanie dans des circonstances obscures. Il a été le premier président du Conseil des ministres libanais de 1943 à 1945, après l'indépendance de ce pays, puis de nouveau de 1946 à 1951.

Officiellement l'assassinat serait le fait du Parti social nationaliste syrien (PSNS) à la suite de l'exécution du fondateur du PSNS Antoun Saadé par les autorités libanaises le 7 juillet 1949. Cependant selon le journaliste Patrick Seale l’implication israélienne ne peut être écartée d’autant plus qu'Israël avait prémédité de le tuer, complot révélé dans le livre de Yosef Argaman publié en 2007 par le ministère de la défense d’Israël[1].

Statue de Riad El Solh à Beyrouth

Riad El Solh est le grand-père maternel du prince et milliardaire saoudien Al-Walid ben Talal ben Abd al-Aziz Al Saoud, et des princes Moulay Hicham, Moulay Ismail et Lalla Zineb du Maroc.

Il fut membre de la franc-maçonnerie[2][réf. à confirmer].

Références[modifier | modifier le code]

  1. "À la fin de l’Empire ottoman" Rudolf El Kareh, Le Monde diplomatique, octobre 2010
  2. http://www.grandorientarabe.org/index.php?news&nid=1