Rivière à la Lime

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rivière à la Lime
Image illustrative de l'article Rivière à la Lime
Caractéristiques
Longueur 12,14[1] km
Bassin 25,86 km2
Bassin collecteur Fleuve Saint-Laurent
Débit moyen ?
Cours
· Coordonnées 46° 32′ 07″ N 72° 22′ 29″ O / 46.53528, -72.37472 (Source - Rivière à la Lime)  
Confluence Rivière Batiscan
· Localisation Sainte-Geneviève-de-Batiscan, province de (Québec), Canada
Géographie
Pays traversés Drapeau du Canada Canada
Régions traversées Québec

La rivière à la Lime est située dans la municipalité de Sainte-Geneviève-de-Batiscan, dans la municipalité régionale de comté Les Chenaux, dans la région administrative de la Mauricie, en la province de Québec, Canada. La rivière à la lime draine un bassin versant de 25,86 km2. Cette rivière qui se déverse dans la rivière Batiscan, a une longueur de 12,14 km[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Prenant sa source dans la moraine de Saint-Narcisse, cette rivière de la Batiscanie coule vers l'est en zone agricole (traversant parfois de petites zones forestières), dans la plaine au pied de la grande moraine (ligne montagneuse s'étendant en parallèle au fleuve Saint-Laurent, dans le sens est-ouest).

Cette rivière recueille les eaux du ruisseau Bradley (à 3,6 km de son embouchure) lequel provient de Saint-Luc-de-Vincennes. Dans son parcours, la rivière traverse la route 361 du "rang de la rivière à la Lime". La rivière à la Lime se déverse dans la rivière Batiscan, vis-à-vis la Grande pointe, en amont du village de Sainte-Geneviève-de-Batiscan. L'embouchure de la rivière à la Lime est située à 6,2 km en aval de l'embouchure de la rivière des Chutes et à 9,2 km de l'embouchure de la rivière des Envies[3]. Le journal des Trois-Rivières indique le 15 mars 1875, que près de la rivière à la Lime, on y retrouve des gisements importants de minerai de fer limoneux[4].

Le bassin drainé par la rivière à la Lime a été la troisième aire de colonisation de la Seigneurie de Batiscan, au 18e siècle, soit après la colonisation des abords du fleuve Saint-Laurent et de la rivière Batiscan. L’agriculture est la principale activité du bassin versant. Les résidences du bassin sont surtout situées au Troisième Rang, la Grande-Ligne et le rang de la Rivière-à-la-Lime.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Deux thèses expliquent l'origine du toponyme "rivière à la Lime":

  • analogie entre la sinuosité de la rivière et les dents d'une scie ou d'une lime[5];
  • le caractère limoneux de la rivière (parfois boueux, tourbeux, argileux ou alluviaux)[6];

Le toponyme "rivière à la Lime" a été officialisé le 5 décembre 1968 à la Banque des noms de lieux de la Commission de toponymie du Québec[7]. Tandis que le "rang de la Rivière-à-la-Lime" a été officialisé le 9 avril 1979 auprès de la Commission. Le toponyme du rang tire son origine de la rivière du même nom[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • J.B. Baril a construit au début du 19e siècle un moulin à scie sur la rivière à la Lime sur le lot 582, sur commande de Joseph Drapeau. Puis J.B. Baril l'aurait exploité. En 1873, Antoine Désaulniers devient propriétaire du moulin et le revendit en 1884, alors que les activités du moulin avaient déjà cessées[9]. Le cordonnier, conteur et chanteur, Théophile Bronsard y logea dans la dernière décennie du 19e siècle[10].
  • Situé à la rivière à la Lime, les forges de Sainte-Geneviève ont été en exploitation de 1794 à 1813[11].
  • Les pionniers du territoire actuel de Saint-Narcisse venant de Sainte-Geneviève-de-Batiscan empruntaient le chemin de la rivière à la Lime, puis des sentiers forestiers, pour se rendre sur leur lot respectif situé au nord-ouest en haut de la morraine. De là, ils pouvaient atteindre à pied par des sentiers forestiers le secteur désigné « Rivière-des-Envies », aujourd'hui Saint-Stanislas. Par la rive ouest, ils contournaient ainsi les obstacles naturels des grandes chutes de la rivière Batiscan (entre les chutes à Jimmy et de la cheminée)[12].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références
  1. « SAMBBA - Société d'aménagement et de mise en valeur du bassin de la Batiscan »
  2. « Caractérisation du bassin versant de la rivière à la Lime - SAMBBA - Société d'aménagement et de mise en valeur du bassin de la Batiscan »
  3. Recherches de l'historien Gaétan Veillette sur Internet: « Carte géographique »
  4. Le Journal des Trois-Rivières, 15 mars 1875, p. 1, col. 5.
  5. Jean Gagnon, monographie "Saint-Narcisse 1804-1979", 1979, 325 pages, p. 16, chapitre "Notes historiques sur la paroisse de Saint-Narcisse". Ouvrage publié dans le cadre du 150e anniversaire de la fondation de la localité. Les pionniers du territoire actuel de Saint-Narcisse venant de Sainte-Geneviève-de-Batiscan passaient par la rivière à la Lime pour atteindre leur lot.
  6. Le Journal des Trois-Rivières, 15 mars 1875, p. 1, col. 5, indiquant que près de la rivère à la Lime, on y retrouve des gites de minerai de fer limoneux.
  7. « Commission de toponymie du Québec, Banque des noms de lieux - Rivière à la Lime »
  8. « Commission de toponymie du Québec, Banque des noms de lieux, désignation "rang de la Rivière-à-la-Lime" »
  9. Recherches historiques effectuées par Françoise Veillette-St-Louis (Trois-Rivières) et Sr. Marguerite Baril
  10. Édouard-Zotique Massicotte, Sainte-Geneviève-de-Batiscan, Trois-Rivières, Éditions du Bien Public, 1936, p. 113.
  11. Roland St-Amand, Les Laurentides batiscanaises; une géographie de l’exploitation des ressources naturelles, Thèse de maîtrise (géographie), Québec, Université Laval, 1969. (Voir E.-Z. Massicotte, Sainte-Geneviève-de-Batiscan.)
  12. Jean Gagnon, monographie Saint-Narcisse 1804-1979, 1979, 325 pages, p. 16, chapitre « Notes historiques sur la paroisse de Saint-Narcisse ». Ouvrage publié dans le cadre du 150e anniversaire de la fondation de la localité.