Rivière à Veillet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rivière à Veillet
Image illustrative de l'article Rivière à Veillet
Caractéristiques
Longueur 11,3 km [1]
Bassin 37,1 km2
Débit moyen ?
Cours
Source divers ruisseaux au pied de la moraine
· Coordonnées 46° 31′ 40″ N 72° 20′ 10″ O / 46.52776, -72.33611 (Source - Rivière à Veillet)  
Confluence Rivière Batiscan
· Localisation Sainte-Geneviève-de-Batiscan, province de (Québec), Canada
· Coordonnées 46° 31′ 12″ N 72° 14′ 09″ O / 46.52, -72.235833 (Confluence - Rivière à Veillet)  
Géographie
Pays traversés Drapeau du Canada Canadal
Régions traversées Québec

La rivière à Veillet (désignée autrefois "Rivière à Veillette") est située dans la municipalité de Sainte-Geneviève-de-Batiscan, dans la municipalité régionale de comté des Chenaux, dans la région administrative de la Mauricie, en la province de Québec, Canada. Prenant sa source dans la moraine, cette rivière de la Batiscanie coule du nord-est au sud-ouest sur 11,3 km, au pied de la grande moraine (ligne montagneuse s'étendant en parallèle au fleuve Saint-Laurent, dans le sens est-ouest). Cette rivière se déverse dans la rivière Batiscan au cœur du village de Sainte-Geneviève-de-Batiscan, près de l'église.

La vallée de la rivière à Veillet couvre 37,1 km². La haute-vallée de la rivière à Veillet a été la quatrième aire de colonisation de la Seigneurie de Batiscan (après les abords du fleuve Saint-Laurent, de la rivière Batiscan et de la rivière à la Lime), au début du 18e siècle. Les grandes tragédies reliées à la rivière à Veillet ont été la débâcle de 1730 qui a emporté le pont de bois situé à une centaine de pieds de l'embouchure et l'éboulis du 1 mai 1877 qui détruisit le moulin à scie de François-Xavier Massicotte et entraina la perte de cinq vies humaines[2],[3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme "rivière à Veillet" tire son origine du militaire et censitaire Jean Veillet, ancêtre de tous les Veillet/te d'Amérique. Jean Veillet est arrivé en 1687 au Canada comme militaire dans une troupe des "Compagnies franches de la marine". Au terme de son engagement militaire, dès 1700 (et peut-être auparavant), Jean Veillet occupa officieusement un emplacement[4] à l'embouchure de la rivière à Veillet au village de Sainte-Geneviève-de-Batiscan; finalement, les Jésuites, seigneurs de la Seigneurie de Batiscan lui accordèrent la concession par contrat notarié en 1708. Cette même année, il a obtenu aussi une concession de droit de coupe et de vendre du bois. Jean Veillet est l'un des premiers entrepreneurs forestiers de la Seigneurie de Batiscan[5]. La rivière à Veillet coule dans le sens de la longueur du lot de Jean Veillet.

L'église de Sainte-Geneviève-de-Batiscan a été construite sur un lopin de terre appartenant à l'ancêtre Jean Veillet[6].

Jean Veillet est né en 1664 à Saint-André de Niort, France. Il se maria le 19 novembre 1698 à Batiscan à Catherine Lariou. Sa carrière militaire se termina à son mariage[7]. Jean Veillet est décédé le 21 février 1741, à Sainte-Geneviève-de-Batiscan[8],[9].

Jean Veillet (marié en 1726 à Catherine Lefebvre), fils aîné de l'ancêtre, s'est établi sur la terre voisine du lot ancestral. À la suite du décès de l'ancêtre Jean Veillet (marié à Catherine Lariou) survenu en 1743, son fils Jean-Baptiste Veillet a racheté de ses frères et sœurs leurs parts de la succession. Jean (fils) et son épouse avaient déjà acquis le 2 janvier 1742 des Jésuites une concession à la Rivière des Envies[10]. Subséquemment, le lot ancestral a été transféré à Michel Veillet (époux de Josephte Normandin), petit-fils de l'ancêtre Jean Veillet. En juillet 1790, Michel Veillet céda ses droits de propriété sur le lopin de terre où l'église avait été construite, réglant ainsi un litige vieux de 67 ans[11].

Le toponyme "rivière à Veillet" a été officialisé le 14 août 1997 à la Banque des noms de lieux de la Commission de toponymie du Québec[12].

Chemin de la rivière-à-Veillet[modifier | modifier le code]

Le chemin de la rivière-à-Veillet longe la rivière-à-Veillet sur environ 3,75 km. Son parcours commence à l'intersection de la rue de l'église et du rang des forges; il se termine à l'intersection du rang Saint-Augustin et du chemin du village Jacob. À cette dernière intersection, une croix de bois blanche a été érigée à côté de la route publique; un petit boitier fixé à la croix abritait un ancien calvaire réputé avoir été conçu en 1827.

Les habitants résidant en profondeur de la rivière-à-Veillet à Sainte-Geneviève-de-Batiscan et du ruisseau Gendron (un tributaire de la rivière Charest) à Saint-Prosper, vivaient à proximité. Malgré leur assujettissement à deux seigneuries distinctes, on y recense plusieurs mariages inter-seigneuries.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références
  1. « article "Caractérisation de la rivière à Veillet", Sambba - Société d'aménagement et de mise en valeur du basin de la Batiscan »
  2. Gaétan Veillette, bulletin Le Pathiskan, édité par l'Association des Veillet/te d'Amérique, sept. 1995, p. 18, article “L’histoire de la Rivière à Veillet”.
  3. Janine Trépanier-Massicotte, Volume "Chez nous en Nouvelle-France - 1608-1787", Vol. 3 - Fondation de Saint-Stanislas, 1977, 153 pages, Éditions du Bien public, Collection "Saint-Stanislas"-no. 3, p. 71.
  4. Jacques F. Veillette et Françoise Veillette-St-Louis, ouvrage "Histoire et généalogie des familles Veillet/te d'Amérique", 1988, édité par l'Association des familles Veillet/te, 771 pages, p. 71.
  5. Jacques F. Veillette et Françoise Veillette-St-Louis, ouvrage "Histoire et généalogie des familles Veillet/te d'Amérique", 1988, édité par l'Association des familles Veillet/te, 771 pages, p. 85.
  6. Gaétan Veillette, bulletin Le Pathiskan, édité par l'Association des Veillet/te d'Amérique, sept. 1995, p. 19, article “L’ancêtre Jean Veillet s’établit à Ste-Geneviève une douzaine de lots plus haut que son ami Jean Germain, originaire de Niort (France)”.
  7. Gaétan Veillette, bulletin Le Pathiskan, édité par l'Association des Veillet/te d'Amérique, sept. 1995, p. 17, article “La famille Lariou-Lafontaine à Batiscan”.
  8. Jacques F. Veillette et Françoise Veillette-St-Louis, ouvrage "Histoire et généalogie des familles Veillet/te d'Amérique", 1988, édité par l'Association des familles Veillet/te, 771 pages, p. 99. Répertoire des sépultures de Sainte-Geneviève-de-Batiscan.
  9. Paul T. Veillette, roman "A Man for Three Seasons: Jean Veillet, Sieur de la Plante", édité par l'Association des familles Veillet/te d'Amérique. La trame de fond de ce roman s'avère l'histoire de l'ancêtre Jean Veillet. L'ouvrage a été traduite en français par Gratien Veillette (Montréal), sous le titre: "“Trois Étapes d’une Destinée: Jean Veillet, Sieur de la Plante”".
  10. Jacques F. Veillette et Françoise Veillette, ouvrage "Histoire et généalogie des familles Veillet/te d'Amérique", 1988, édité par l'Association des familles Veillet/te, 771 pages, p. 106 et 118.
  11. Jacques F. Veillette et Françoise Veillette-St-Louis, ouvrage "Histoire et généalogie des familles Veillet/te d'Amérique", 1988, édité par l'Association des familles Veillet/te, 771 pages, p. 94.
  12. « Commission de toponymie du Québec, Banque des noms de lieux - Rivière à Veillet »