Rivière-Verte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rivière Verte.
Rivière-Verte
Image illustrative de l'article Rivière-Verte
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Comté ou équivalent Madawaska
Statut municipal Village
Maire
Mandat
Michel Leblond
2012-2016
Constitution 9 novembre 1966
Démographie
Population 744 hab. (2011 en diminution)
Densité 106 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 19′ 07″ N 68° 08′ 41″ O / 47.31852, -68.14476 ()47° 19′ 07″ Nord 68° 08′ 41″ Ouest / 47.31852, -68.14476 ()  
Altitude Min. 140 m – Max. 170 m
Superficie 700 ha = 7,00 km2
Divers
Langue(s) Français (officielle)
Fuseau horaire UTC-4
Indicatif +1-506
Code géographique 1313014
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte administrative du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Rivière-Verte

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte topographique du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Rivière-Verte

Rivière-Verte (anglais: Green River) est un village canadien du comté de Madawaska, au nord-ouest du Nouveau-Brunswick.

Toponyme[modifier | modifier le code]

Article connexe : Toponymie néo-brunswickoise.

Le village est nommé ainsi d'après sa position sur la rivière Verte, elle-même possiblement nommée d'après le contraste avec la couleur de l'eau du fleuve Saint-Jean. Le bureau de poste et donc le village a porté le nom de Green River jusqu'en 1907. Le nom de Lynch lui est ensuite donné jusqu'en 1910, en l'honneur de la maitresse des postes Mary A. Lynch. Le village porte ensuite le nom de Green River Station jusqu'en 1935, où le nom est francisé en Rivière-Verte. Les anglophones appellent toujours couramment le village Green River[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de Rivière-Verte dans le comté de Madawaska

Le village est situé dans le comté de Madawaska au confluent de la rivière Verte et du fleuve Saint-Jean à une distance de 15 km à l'est d'Edmundston tout près de la frontière américaine avec l'État du Maine vis-à-vis de la ville de Grand Isle dans le comté d'Aroostook. Le village a une superficie de 7,00 kilomètres carrés[2].

Rivière-Verte est généralement considérée comme faisant partie de l'Acadie[3], quoique l'appartenance des Brayons à l'Acadie fasse l'objet d'un débat[4].

Logement[modifier | modifier le code]

Le village comptait 366 logements privés en 2006, dont 350 occupés par des résidents habituels. Parmi ces logements, 70,0 % sont individuels, 7,1 % sont jumelés, 0,0 % sont en rangée, 11,4 % sont des appartements ou duplex et 10,0 % sont des immeubles de moins de cinq étages. 80,0 % des logements sont possédés alors que 20,0 % sont loués. 81,4 % ont été construits avant 1986 et 11,4 % ont besoin de réparations majeures. Les logements comptent en moyenne 6,1 pièces et 0,0 % des logements comptent plus d'une personne habitant par pièce. Les logements possédés ont une valeur moyenne de 74 911 $, comparativement à 119 549 $ pour la province[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1794, des Acadiens de la rivière Kennebecasis désirant échapper à la juridiction britannique font le voyage en canot jusqu’au site et fondent Rivière-Verte[a 1]. Des scieries sont rapidement construites[a 1]. En 1890, le village devient une mission de la paroisse de Saint-Basile; la première messe est célébrée la même année[a 1]. Une chapelle est construite en 1910 à l'instigation d'un certain Dugal[a 1]. La paroisse civile de Rivière-Verte est constituée en 1919[a 1]. La paroisse religieuse de Rivière-Verte est érigée en 1923[a 1]. La municipalité du comté de Madawaska est dissoute le 9 novembre 1966 et la paroisse de Rivière-Verte devient un district de services locaux; le village de Rivière-Verte en est séparé au même moment[6]. L'école Mgr-Mathieu-Mazerolle est inaugurée en 1983[7].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de Rivière-Verte depuis 1981
1981 1986 1991 1996 2001 2006 2011
1 054 978 988 929 856 798 744
(Sources : [8],[9],[2])


Économie[modifier | modifier le code]

Entreprise Madawaska, membre du Réseau Entreprise, a la responsabilité du développement économique[10].

Il y a une succursale de la Caisse populaire Trois-Rives, basée à Edmundston et membre des Caisses populaires acadiennes[11].

Évolution du taux de chômage à Rivière-Verte
Sources[12],[13],[14]:

Administration[modifier | modifier le code]

Commission de services régionaux[modifier | modifier le code]

Rivière-Verte fait partie de la Région 1[15], une commissions de services régionaux (CSR) devant commencer officiellement ses activités le 1er janvier 2013[16]. Rivière-Verte est représentée au conseil par son maire[17]. Les services obligatoirement offerts par les CSR sont l'aménagement régional, la gestion des déchets solides, la planification des mesures d'urgence ainsi que la collaboration en matière de services de police, la planification et le partage des coûts des infrastructures régionales de sport, de loisirs et de culture; d'autres services pourraient s'ajouter à cette liste[18].

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est formé d'un maire et de quatre conseillers généraux[6].

Le conseil précédent est formé à la suite de l'élection du 12 mai 2008[19]. Le conseiller Percy Therrien est élu lors d'une élection partielle tenue le 26 octobre 2009[20]. Le conseil municipal actuel est élu lors de l'élection quadriennale du 14 mai 2012[6]. Gino Couturier quitte le conseil municipal. Une élection partielle a lieu le 28 octobre 2013 suivant et Luc Levasseur l'emporte[21].

Conseil municipal actuel

Mandat Fonctions Nom(s)
2012 - 2016 Maire Michel Leblond
Conseillers généraux Luc Levasseur, Alain Ouellette, Rinette Parent, Daniel St-Germain

Ancien conseil municipal

Mandat Fonctions Nom(s)
2008 - 2012 Maire Michel Leblond
Conseillers Luc Cormier, Pierre A. Morin, Rinette Parent, Lorne Ward.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 en cours Michel Leblond    
2001 2008 Mona Beaulieu    
19?? 2001 Clairmont Sirois    
1969 19?? Léopold Fournier[22]    
Les données manquantes sont à compléter.

Représentation et tendances politiques[modifier | modifier le code]

Rivière-Verte est membre de l'Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick[23].

Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick: Rivière-Verte fait partie de la circonscription provinciale de Restigouche-la-Vallée, qui est représentée à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick par Martine Coulombe, du Parti progressiste-conservateur. Elle fut élue en 2010 et fut nommée le 12 octobre suivant Ministre de l'Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail.

Drapeau du Canada Canada: Rivière-Verte fait partie de la circonscription fédérale de Madawaska—Restigouche, qui est représentée à la Chambre des communes du Canada par Bernard Valcourt, du Parti conservateur. Il a servi comme député de la circonscription de Madawaska-Victoria de 1984 à 1993. Il fut réélu lors de la 41e élection générale, et fut nommé le 18 mai suivant, Ministre d'État ( Agence de promotion économique du Canada atlantique) (de la Francophonie)

Vivre à Rivière-Verte[modifier | modifier le code]

L’école Mgr-Mathieu-Mazerolle accueille les élèves de la maternelle à la 8e année. C'est une école publique francophone faisant partie du district scolaire #3.

Rivière-Verte possède aussi un bureau de poste, une caserne de pompiers et un poste de la Gendarmerie royale du Canada. Ce dernier dépend du district 10, dont le bureau principal est situé à Grand-Sault. Le poste d'Ambulance Nouveau-Brunswick le plus proche est plutôt à Sainte-Anne-de-Madawaska. L'hôpital régional d'Edmundston dessert la région.

L'église Sacré-Cœur-de-Jésus est une église catholique romaine faisant partie du diocèse d'Edmundston.

Les francophones bénéficient du quotidien L'Acadie nouvelle, publié à Caraquet, ainsi qu'à l'hebdomadaire L'Étoile, de Dieppe. Ils ont aussi accès aux hebdomadaires Le Madawaska et La République, d'Edmundston. Les anglophones bénéficient des quotidiens Telegraph-Journal, publié à Saint-Jean, et The Daily Gleaner, publié à Fredericton.

Culture[modifier | modifier le code]

Langues[modifier | modifier le code]

Selon la Loi sur les langues officielles, Rivière-Verte est officiellement francophone[24] puisque moins de 20 % de la population parle l'anglais.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Rivière-Verte dans la culture[modifier | modifier le code]

Une scène du film Acadieman vs le CMA 2009 se passe dans le village.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Edmundston Paroisse de Rivière-Verte Paroisse de Rivière-Verte Rose des vents
Edmundston N Paroisse de Rivière-Verte
O    Rivière-Verte    E
S
fleuve Saint-Jean
Maine Maine
fleuve Saint-Jean
Grand Isle (Maine Maine)
(Paroisse de Rivière-Verte)
(Sainte-Anne)
Sainte-Anne-de-Madawaska

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • Autres références:
  1. (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎ 1975, p. 124 et 233
  2. a et b « Profils des communautés de 2006 - Rivière-Verte - Population », sur Statistique Canada (consulté le 2 novembre 2011).
  3. Murielle K. Roy et Jean Daigle (dir.), Démographie et démolinguistique en Acadie, 1871-1991, L'Acadie des Maritimes, Moncton, Centre d'études acadiennes, Université de Moncton,‎ 1993 (ISBN 2921166062), p. 141.
  4. Jacques Paul Couturier, « La République du Madawaska et l'Acadie : la construction identitaire d'une région néo-brunswickoise au XXe siècle », Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 56, no 2,‎ Automne 2002, p. 153-184 (lire en ligne).
  5. « Profils des communautés de 2006 - Rivière-Verte - Familles et ménages », sur Statistique Canada (consulté le 26 octobre 2009).
  6. a, b et c « Élections quadriennales municipales, le 14 mai 2012, Rapport du directeur général des élections municipales », sur Élections N.-B. (consulté le 24 décembre 2013)
  7. [PDF] « Francophone Nord-Ouest », sur Ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick (consulté le 2 novembre 2012)
  8. « 1986 (2A) questionnaire abrégé des provinces aux municipalités », sur Statistique Canada (consulté le 2 novembre 2011).
  9. « Profils des communautés de 1996 - Rivière-Verte - Population », sur Statistique Canada (consulté le 2 novembre 2011).
  10. « Territoire desservi », sur Entreprise Madawaska (consulté le 8 novembre 2012).
  11. « Caisse populaire Trois Rives », sur Caisses populaires acadiennes (consulté le 30 décembre 2010).
  12. « Profils des communautés de 1996 - Rivière-Verte - Revenu et travail », sur Statistique Canada (consulté le 19 février 2012).
  13. « Profils des communautés de 2001 - Rivière-Verte - Travail », sur Statistique Canada (consulté le 19 février 2012).
  14. « Profils des communautés de 2006 - Rivière-Verte - Travail », sur Statistique Canada (consulté le 19 février 2012).
  15. « Les communautés dans chacune des 12 Commissions de services régionaux (CSR) » (consulté le 9 novembre 2012).
  16. « Conseils d'administration des commissions de services régionaux annoncés », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 1 novembre 2012).
  17. « Gouvernance des nouvelles commissions de services régionaux », sur [Gouvernement du Nouveau-Brunswick] (consulté le 9 novembre 2012).
  18. « Services obligatoires », sur [Gouvernement du Nouveau-Brunswick] (consulté le 9 novembre 2012).
  19. « Événements électoraux locaux de 2008 », sur Élections N.-B. (consulté le 15 octobre 2011)
  20. « Événements électoraux locaux de 2009 », sur Élections N.-B. (consulté le 12 octobre 2011)
  21. « Événements électoraux locaux de 2013, Rapport du directeur général des élections municipales », sur Élections N.-B. (consulté le 28 mai 2014)
  22. « Les résultats des élections municipales », L'Évangéline,‎ 10 juin 1969, p. 2 (lire en ligne)
  23. « Liste des municipalités membres », sur Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick (consulté le 17 novembre 2011).
  24. Canada, Nouveau-Brunswick. Loi sur les langues officielles, art. 35, 36, 37, 38 [lire en ligne (page consultée le 15 mars 2011)].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William F. Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p.
  • (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎ 1975