Risque de taux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le risque de taux, appelé aussi "risque de taux d'intérêt", d'un actif financier (respectivement passif financier) est la variation du prix ou de la valorisation de cet actif (respectivement passif) résultant d'une variation des taux d'intérêt.

Différences de mesure[modifier | modifier le code]

Les mesures du risque de taux utilisées sur les marchés financiers sont calculées sur des montants nominaux. Il s'agit généralement de la pvbp, abréviation de l'anglais price variation per basis point, c'est-à-dire la variation de prix résultant d'un mouvement d'un point de base (0,01 % de taux actuariel).

La mesure utilisée par les gestionnaires de fonds et par les particuliers est la sensibilité, qui est une élasticité, c'est-à-dire calculée en pourcentage de la valeur actualisée totale de l'actif.

Risque de taux et Gestion actif-passif[modifier | modifier le code]

Une banque dont les prêts à long terme à taux fixe sont financés en partie par des ressources à court terme (ou des ressources à taux variable) risque de voir le taux de ses ressources atteindre ou dépasser le taux de ses prêts en cas de hausse des taux du marché monétaire.

L'inverse, quoique plus rarement présent dans la pratique, est tout autant risqué, si les ressources sont à taux fixe et les emplois à taux variable, une baisse de ces taux nuit à la rentabilité.

L'objectif du département ALM d'une banque est de ne pas être exposé à la hausse ou à la baisse sur les taux et ceci dans le cadre de l'ensemble des maturités. Pour ce faire elle peut disposer d'actifs et de passifs de même maturité et en même quantité ou bien se couvrir par des dérivés financiers, notamment des swaps de taux d'intérêts. C'est généralement une combinaison de ces deux méthodes qui est la solution retenue par les banques.