Rise of the Triad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rise of the Triad
Éditeur Apogee Software
Développeur Apogee Software
Distributeur FormGen
Concepteur  

Date de sortie 21 décembre 1994
Genre jeu de tir subjectif
Mode de jeu 1 joueur, 2-11 joueurs (réseau)
Plate-forme PC (ici DOS uniquement jusqu'en 2002)
Média Disquette, CD-ROM
Contrôle Clavier, Souris ou Joystick

Rise of the Triad (acronyme ROTT) est un jeu de tir subjectif développé par Apogee Software (qui deviendra 3D Realms) sorti sur PC en 1994.

Histoire du développement[modifier | modifier le code]

La version shareware qui contient des niveaux différents de la version complète s'appelle Rise of the Triad: The HUNT begins

Sachez que ROTT est la suite non officielle de Wolfenstein 3D confiée à Apogee Software! Mais le jeu au début nommé Wolfenstein 2, fut baptisé ROTT dark war.

Préambule[modifier | modifier le code]

Le joueur prend place au sein d'un groupe de commandos appelé HUNT (High-risk United Nations Task-force) qui est envoyé sur une île pour empêcher le gourou d'une secte de tuer des millions de personnes. En arrivant sur l'île le bateau est détruit par une patrouille. Le joueur et son équipe doivent donc investir le monastère-forteresse et mettre un coup d'arrêt à cette secte.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Le gameplay ressemble fortement à celui de Doom, Rise of the Triad a tout de même introduit certaines innovations.

Moteur[modifier | modifier le code]

Le moteur est basé sur une version améliorée de celui de Wolfenstein 3D. Sa principale innovation fut d'intégrer la dimension verticale dans le gameplay ; ainsi, il est possible de monter ou baisser le curseur de visée pour abattre un ennemi situé plus en haut ou plus en bas. Un système de trampolines appelé "Bumper" (que Quake III Arena copia des années plus tard) permet également d'accéder à des chemins en hauteur. Enfin, le sol et le ciel sont désormais texturés.

Le design des niveaux est caractérisé par de larges espaces extérieurs avec des murs très hauts.

Les ennemis sont représentés par des sprites numérisés, ce sont souvent les visages des membres de l'équipe de développement.

Niveau de gore et de violence[modifier | modifier le code]

Outre les gerbes de sang classiques, le jeu présente des détails très explicites ce qui en fait un titre avant tout violent, mais parfois rehaussé d'une touche d'humour noir :

- Grosses gouttes de sang coulant le long des murs ou s'écrasant par terre

- Démembrements et organes en tous sens après explosion d'un corps (tête écorchée, bras, os... )

- Œil dégoulinant sur la partie inférieure de l'écran après explosion d'un ennemi

- Après avoir désarmé un ennemi, celui-ci vous supplie à genoux! Tuez-le sinon, il vous attaquera de dos.

- Après crémation d'un corps, un squelette carbonisé reste sur place un instant et s'effondre avec un bruit de domino.

- Possibilité de tuer des ennemis avec des pièges (lance-flamme, pieux, gaz, lames de rasoir mobiles... )

Armes[modifier | modifier le code]

Le joueur dispose d'un grand nombre d'armes destructrices dès le premier niveau.

Liste des armes :

  • Pistolet : arme de base à munition infinie.
  • Double pistolet : dès le premier niveau, en ramassant un autre pistolet, le joueur peut tirer deux fois plus vite avec les deux pistolets en même temps. Rise of the Triad fut le premier jeu de tir en vue subjectif à permettre cet usage.
  • MP40 : munition infinie.
  • Bazooka : Lance-missile basique tirant une roquette en ligne droite.
  • Bazooka à tête chercheuse : La roquette tirée est attirée par la chaleur de l'ennemi.
  • Bazooka "saoul" : tire 5 roquettes simultanément dans 5 directions. les roquettes sont à têtes chercheuses.
  • Bazooka "mur de feu" : tire une roquette en ligne droite qui, à l'impact, érige un mur de flammes dans une direction incinérant tout sur son passage.
  • Bazooka à bombe incendiaire : quand la roquette explose, elle envoie des murs de flammes dans 4 directions.
  • Split missile :
  • Mode chien (dog=~god mod) :
  • Mode Dieu :
  • Excalibat (batte de baseball)

Multi-joueurs[modifier | modifier le code]

  • Normal - mode combat à mort ("deathmatch") classique.
  • Score More - Identique au mode normal mais avec des points donnés lors de l'élimination d'adversaire plus difficile.
  • Collector - Les joueurs sont en compétition pour la collecte d'un maximum de symboles de la triad. Sans armement.
  • Scavenger - La même chose que Collector, mais avec des armes.
  • Hunter - Un joueur au hasard est choisi comme "gibier" ("prey"), sans armes. Les autres joueurs, les chasseurs ("hunter"), doivent l'éliminer pour obtenir des points. Après un certain laps de temps, un autre joueur devient le gibier et le gibier précédent devient un chasseur.
  • Tag - Un joueur au hasard est choisi comme "ça" ("it"). Il doit toucher un autre joueur en courant vers lui et presser la touche d'utilisation pour marquer des points. Ce joueur devient alors "ça" et à son tour doit toucher un autre joueur. Il s'agit du jeu de chat adapté en jeux vidéo.
  • Eluder - Les joueurs doivent toucher Eluder, qui transportent des symboles de la triad.
  • Deluder - Similaire à Eluder, mais l'Eluder doit être détruit pour les points.
  • Capture the Triad - Essentiellement les mêmes règles qu'un capturez le drapeau ("capture the flag" pour les jeux de tir en vue subjective) mais avec des symboles de la triad à la place des drapeaux. Il s'agit sans doute du premier capturez le drapeau pour un jeu de tir en vue subjective.

Jeu libre[modifier | modifier le code]

Le code source de Rise of the Triad a été publié sous license GPL le 20 décembre 2002. Le jeu a été porté sous Linux, Mac OS, Xbox, Dreamcast (homebrew) et sous Microsoft Windows. Voir Liste de logiciels libérés et Liste de jeux vidéo libres.

Remake[modifier | modifier le code]

En 2009, dans un article du site Gamasutra, Scott Miller, PDG d'Apogee Software annonça un remake de Rise of the triad[1]. Le trailer du jeu a été dévoilé le 2 août 2012 lors du Quakecon 2012[2] et le jeu est sorti en juillet 2013.

Références[modifier | modifier le code]