Riscle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Riscle
Riscle
Riscle
Blason de Riscle
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Gers
Arrondissement Mirande
Canton Riscle
Intercommunalité Communauté de communes des Monts et vallées de l'Adour
Maire
Mandat
Christophe Terrain
2014-2020
Code postal 32400
Code commune 32344
Démographie
Population
municipale
1 719 hab. (2011)
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 39′ 27″ N 0° 05′ 09″ O / 43.6575, -0.0858333333333 ()43° 39′ 27″ Nord 0° 05′ 09″ Ouest / 43.6575, -0.0858333333333 ()  
Altitude Min. 96 m – Max. 206 m
Superficie 31,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte administrative du Gers
City locator 14.svg
Riscle

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Riscle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Riscle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Riscle

Riscle (Riscla en gascon) est une commune française située dans le département du Gers en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune de Gascogne située sur l'Adour et sur l'ancienne route nationale 135 entre Barcelonne-du-Gers et Maubourguet, elle fait partie du vignoble des Côtes-de-Saint-Mont. 3 hameaux : Constance, Hitaous, Les Barthères.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont arrosées par l'Adour et son affluent gauche, l'Arrioutor. Le Boscassé, affluent droit de l'Arrioutor, conflue sur la commune.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Riscle remonte au IXe siècle, date de la construction de la première église édifiée à « La Roque ». Le bourg féodal se groupa autour de celle-ci avec le château. Plus tard, au XIe siècle, il y eut à Riscle un hôpital, un couvent et cinq églises. On pénétrait dans la ville par six portes. La cité échappa aux anglais qui menaçaient de la détruire en 1569. Cependant le couvent de la Merci fut saccagé par Montmorency. En 1594, le comté de Riscle fut confié par Henri IV de France à la famille de Podenas. D'importantes inondations en 1737 causèrent de « grands désastres ». Au XVIIIe et XIXe siècle, on reconstruisit et on développa Riscle qui finit de se transformer et de se moderniser durant la période allant de 1871 à 1910 : hôtel de ville, halle aux grains, marché couvert, école, lavoirs mais aussi éclairage public électrique et amélioration notable du réseau vicinal. En 1930, un pont suspendu métallique fut construit sur l'Adour, mais en août 1944 les maquisards le firent sauter et il faudra plus de huit ans pour le rebâtir. Il a été rénové en 2001.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 2014 Guy Darrieux[1] PS Conseiller général
mars 2001 2008 Jean-Claude Eugène DVD Conseiller général
1978 2001 claude dayre    
1959 1978 Raoul Demandes    
avant 1928 1959 Sylvain Loumaigne    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 719 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
1 500 1 150 1 366 1 591 1 734 1 716 1 741 1 816 1 852
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
2 010 1 803 1 752 1 808 1 840 1 867 1 916 1 848 1 769
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 782 1 794 1 711 1 677 1 732 1 743 1 645 1 512 1 679
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011 -
1 845 1 841 1 867 1 778 1 675 1 700 1 701 1 719 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manisfestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Viticulture : Côtes-de-saint-mont (AOVDQS)

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'or aux trois fleurs de lys d'azur[4] .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]