Riourik (frégate)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Riourik (homonymie).
Riourik - (Рюрик)
Image illustrative de l'article Riourik (frégate)
Lancement de la frégate Riourik le 30 octobre 1851

Histoire
A servi dans Naval Ensign of Russia.svg Marine impériale de Russie, flotte de la Baltique
Lancement 30 octobre 1851
Caractéristiques techniques
Type Frégate
Déplacement 1 500 tonnes
Propulsion moteur à vapeur de Cowie & Erikson et roue à aube
Puissance 300 ch
Vitesse 11 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement 12 canons
Autres caractéristiques
Chantier naval arsenal de Gamla Warfsbolaget i Åbo Turku

Le Riourik ou Rurik[1] en russe : Рюрик est une frégate à vapeur et à roue à aubes de la Marine impériale de Russie. Sa construction fut ordonnée par le Sénat finlandais (Cabinet et Cour suprême dans le Grand-duché de Finlande de 1816 à 1917) pour l'équipement naval finlandais (Suomen Meriekipaasi). Cette frégate devait son nom au prince de Novgorod, Riourik (830-879).

Historique[modifier | modifier le code]

Le Riourik fut conçu par Johan Eberhard von Schantz[2]. Cette frégate fut construite à Turku par Gamla Warfsbolaget Åbo i[3] et lancé en 1851[4]. Au moment de sa construction, le Riourik fut le plus grand navire jamais construit en Finlande. Le charpentier écossais William Crichton, 1er Lord Crichton supervisa sa construction ; par la suite, ce lord écossais lança sa propre entreprise à Turku, le chantier naval Crichton-Vulcan.

Carrière dans la Marine impériale de Russie[modifier | modifier le code]

Naval Ensign of Russia.svg

Bien que financée par les Finlandais, la frégate finit par servir en qualité de navire d'escorte aux yachts impériaux. Le Riourik survécut à la Guerre de Crimée (1853-1856), il fut transféré dans la flotte de la Baltique. À son arrivée dans le golfe de Finlande, le 26 septembre 1866, le Riourik fut salué par le tsarévitch Alexandre et son épouse, née Dagmar de Danemark (Maria Fiodorovona).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le russe n'ayant pas de son u, le ю est parfois traduit en iou en français, alors qu'il devrait l'être en u, comme Victor Hugo, traduit en russe en Гюго
  2. http://www.pori.fi/historia/sotalaivat.pdf
  3. Citation du livre Porin Puiset Sotalaivat [PDF]
  4. http://digi.lib.helsinki.fi/sanomalehti/secure/showPage.html

Sources[modifier | modifier le code]