Rieslaner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rieslaner
Rieslaner
Caractéristiques phénologiques
Débourrement ...
Floraison ...
Véraison ...
Maturité ...
Caractéristiques culturales
Port ...
Vigueur ...
Fertilité ...
Taille et mode
de conduite
...
Productivité ...
Exigences culturales
Climatique ...
Pédologique ...
Potentiel œnologique
Alcoolique ...
Aromatique ...

Le rieslaner est un cépage de cuve allemand de raisins blancs.

Origine et répartition géographique[modifier | modifier le code]

Le cépage est une obtention de August Ziegler dans l'institut Bayerische Landesanstalt für Weinbau und Gartenbau à Veitshöchheim près de Würzburg. L'origine génétique est vérifiée : c'est un croisement des cépages sylvaner x riesling réalisé en 1921. Le cépage est autorisé dans de nombreux Länder en Allemagne ou il couvre 70 hectares.

Le nom initial du cépage était Mainriesling. Le nom a été rejeté le 5 juillet 1963 en raison du risque de confusion avec le riesling.

Caractères ampélographiques[modifier | modifier le code]

  • Extrémité du jeune rameau aranéeux.
  • Jeunes feuilles glabre, bronzées
  • Feuilles adultes, 3 à 5 lobes avec des sinus en U ouvert, un sinus pétiolaire en V fermé, des dents ogivales, moyennes, un limbe glabre.

Aptitudes culturales[modifier | modifier le code]

La maturité est de deuxième époque hâtive: 10 jours après le chasselas.

Potentiel technologique[modifier | modifier le code]

Les grappes sont moyennes et les baies sont de taille petite à moyenne. La grappe est conique, ailée et compacte. Le cépage est de bonne vigueur et fertile. Il est assez resistant à l’oïdium et au mildiou mais assez sensible à la pourriture grise et au dessèchement de la rafle. Le cépage donne des vins blanc sec et fruité similaire au vins de Riesling. Les vins sont très acide si la maturité n'est pas complète.

Synonymes[modifier | modifier le code]

Le rieslaner est connu sous le nom de Mainriesling et le sigle Wü NI-11.17

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Galet: Dictionnaire encyclopédique des cépages Hachette Livre, 1. édition 2000 ISBN 2-0123633-18
  • Walter Hillebrand, Heinz Lott und Franz Pfaff, Taschenbuch der Rebsorten, Fachverlag Fraund, Mainz 13. Auflage 2003 ISBN 3-921156-53-x