Riek Machar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Riek Machar
Image illustrative de l'article Riek Machar
Fonctions
1er vice-président de la République du
Soudan du Sud
9 juillet 201123 juillet 2013
(2 ans, 0 mois et 14 jours)
Président Salva Kiir
Prédécesseur Poste crée
Successeur James Wani Igga
Vice-président de la région autonome du
Sud-Soudan
11 août 20058 juillet 2011
Président Salva Kiir
Prédécesseur Salva Kiir
Successeur Lui-même (vice-président de la République du Soudan du Sud)
Biographie
Nom de naissance Riek Machar Teny Dhurgon
Date de naissance 1953 (60-61 ans)
Lieu de naissance Leer (Soudan)
Nationalité sud-soudanaise
Parti politique SPLM
Diplômé de Université de Khartoum
Université de Londres
Profession Ingénieur
Homme politique

Riek Machar
Vice-présidents de la République du Soudan du Sud

Riek Machar, né en 1953, est un homme politique sud-soudanais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il appartient à l'ethnie Nuer. Devenu vice-président de la région autonome du Soudan du Sud en 2005, il le demeure lors de l'indépendance de celui-ci le 9 juillet 2011. Deux ans plus tard, il est limogé par le président Salva Kiir avec tout son gouvernement le 23 juillet 2013, après avoir fait état de son ambition de briguer le poste de président de la République lors des prochaines élections prévues en 2015[1].

Le 15 décembre 2013, des combats éclatent dans la capitale Djouba, entre ses partisans et ceux du président Kiir, faisant ressurgir de vieilles dissensions entre les différents clans du Mouvement populaire de libération du Soudan, l'ancienne rébellion qui mena le pays à l'indépendance, sur fond de rivalité ethnique : d'un côté les Nuers et de l'autre les Dinkas (ethnie majoritaire de Salva Kiir). Le 16 décembre, le président Kiir annonce qu'un coup d'État a été déjoué. Au soir du 17 décembre, Riek Machar était toujours « en fuite » et activement recherché, tandis que huit de ses ministres avaient été arrêtés, alors que les affrontements avaient déjà fait 73 victimes[2],[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]