Rick Warren

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rick Warren

Richard D. (dit « Rick ») Warren (né le 28 janvier 1954) est le pasteur fondateur et principal de l’église de Saddleback (en) à Lake Forest en Californie. Il est également l’auteur de nombreux ouvrages chrétiens, notamment The Purpose Driven Life, et une figure majeure (et controversée) parmi les Baptistes du Sud aux États-Unis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Warren est né à San José (Californie), en 1954, de Jimmy et Dot Warren. Il fut diplômé de l’école secondaire en 1972, et reçut ensuite un diplôme de premier cycle (Bachelor of Arts) de la California Baptist University, une maîtrise en théologie (Master of Divinity) du Southwestern Baptist Theological Seminary (1979), et un diplôme de Docteur en Ministère (Doctor of Ministry) du Fuller Theological Seminary. Il détient aussi plusieurs titres honorifiques[1]. Il a été conférencier dans les villes d’Oxford, Cambridge, et à la University of Judaism (pour l’organisation Synagogue 3000), ainsi que la Société théologique évangélique, parmi de nombreux autres séminaires ou universités[1].

Warren fut invité à prendre la parole dans divers forums nationaux et internationaux, entre autres les Nations unies, le Forum économique mondial de Davos, l’Union africaine, le Council of Foreign Relations (États-Unis), la Kennedy School of Government (de l’Université Harvard), et le Sommet mondial de la santé du Time Magazine. Il est également le signataire d’une déclaration au sujet de l’Initiative sur le réchauffement climatique[2].

Warren a revendiqué être membre du Council of Foreign Relations (États-Unis) et un bon ami du président G. W. Bush, ainsi que de l’un des plus hauts Généraux du Pentagon, dans un courriel à Joseph Farah du WorlNetDaily.

Warren a été nommé l’un des « 25 meilleurs leaders d’Amérique » dans le numéro du 31 octobre 2005 du U.S.News and World Report[3]. Warren a été élu l’un des « 15 leaders mondiaux qui ont le plus compté en 2004 », et l’une des « 100 personnes les plus influentes au monde[4] ». Le magazine Newsweek l’a appelé l’une des « 15 personnes qui rendent l’Amérique géniale » (“15 People Who Make America Great”), une récompense attribuée aux personnes qui, par leur bravoure ou leur générosité, leur génie ou leur passion, se consacrent à aider les autres[5].

Warren est marié à Elizabeth K. Warren (Kay) depuis trente années. Ils ont trois enfants adultes (Josh, Amy et Matthew qui s'est suicidé à l'âge de 27 ans) et deux petits-enfants. Il considère que Robert H. Schuller, Billy Graham, Peter Drucker, ainsi que son propre père (lui-même pasteur baptiste et missionnaire de la Convention des Baptistes du Sud) figurent parmi ses mentors.

Le 20 janvier 2009, Warren prononce une prière lors de la cérémonie d'investiture du 44ème président des Etats-Unis, Barack Obama.

Ministère[modifier | modifier le code]

Pour la notion de ministre dans le protestantisme, consulter l’article détaillé : Ministres (protestants).

Rick et Kay Warren ont fait don de 90 % de leurs revenus à travers trois fondations : Acts of Mercy, qui sert les personnes infectées et affectées par le Sida, Equipping the Church (« Équiper l’Église »), qui forme des responsables d’église dans les pays en développement, et The Global P.E.A.C.E. Fund, qui combat la pauvreté, la maladie et l’analphabétisme[5].

Rick et Kay dirigent également les sources corporatives et non lucratives de fonds et liquidités suivantes :

  • Saddleback Church, avec un budget annuel de 30 millions de dollars US[6]
  • Acts of Mercy, qui a terminé l’année 2004 avec 8 millions de dollars US[6]
  • Purpose Driven Ministries, avec 47 millions de dollars US en revenus bruts en 2004[6]
  • The Global Fund
  • RKW Legacy Partners
  • Equipping the Church

Warren ne reçoit plus de salaire de l’église de Saddleback et reverse tout son salaire des 25 dernières années à l’église, grâce au succès de ses ventes en librairies. Il affirme aujourd’hui qu’il « inverse la dîme », c’est-à-dire qu’il fait don de 90 % de son revenu et ne vit qu’avec les 10 % restants[7].

Purpose Driven[modifier | modifier le code]

Plus de 400 000 pasteurs et responsables d’église (church leaders) partout dans le monde ont assisté à un séminaire ou à une conférence menée par Warren et d’autres pasteurs qui partagent leurs bonnes pratiques en cherchant à être plus efficaces dans l’accomplissement du Grand Envoi (Great Commission, envoi par Jésus des disciples de par le monde pour prêcher l’Évangile – Matthieu 28:16-20) et du Grand Commandement (commandement d’amour envers Dieu et envers son prochain – Marc 12:28–34 et Matthieu 22:34-40). L’expression « purpose-driven » (traduisible par « qui fonctionne à l’objectif ») renvoie à la tentative des pasteurs en vue d’atteindre l’équilibre entre les cinq objectifs que sont l’adoration (Worship), la communion fraternelle (Fellowship), le discipulat (Discipleship), le ministère (Ministry) et l’évangélisation (Evangelism) dans leurs églises. L’église de Saddleback a également lancé un site Web non lucratif afin d’aider à la communication et à la coordination de la communauté ainsi créée.

Au fil des ans, des responsables d’église dans 162 pays ont utilisé des matériels issus de ce mouvement. Au travers de cette organisation, plus de 400 000 ministres et prêtres ont été formés de par le monde à sa théologie et à ses méthodes pratiques. 189 000 responsables d’église sont abonnés à Ministry Toolbox (« La boîte à outils pour le ministère »), une lettre d'information hebdomadaire[8].

P.E.A.C.E. Plan[modifier | modifier le code]

Les efforts humanitaires de Warren se sont focalisés sur ce qu’il nomme les « Goliath planétaires » (Global Goliaths)[réf. nécessaire] :

  • le vide spirituel ;
  • le leadership égocentrique ;
  • l’extrême pauvreté ;
  • les maladies pandémiques ;
  • l’analphabétisme et le manque d’instruction.

Warren déclare que ces problèmes sont immenses au point que toute tentative par les secteurs public et privé a échoué, et que la seule organisation qui soit suffisamment grande pour se charger de ces problèmes est le réseau d’églises chrétiennes tout autour du monde.[réf. nécessaire] Le 22 août 2005, Time Magazine rapportait que Warren s’est vu demander par le président rwandais Paul Kagame que le pasteur puisse aider son pays à devenir une nation qui « carbure à l’objectif » (purpose-driven nation).[réf. nécessaire] Afin de ce faire, Warren a dressé une liste de plus de 2 000 membres de l’église de Saddleback qui iraient au Rwanda en petits groupes afin d’initier une stratégie nationale, et la coopération de 600 églises rwandaises.[réf. nécessaire] Des chefs d’entreprise et des députés rwandais furent aussi impliqués.[réf. nécessaire]

Critiques[modifier | modifier le code]

Les livres de Warren ont prêté leur flanc à la critique de certains autres enseignants[9] évangéliques pour leur contenu. Certains enseignants[9] évangéliques remettent en question les pratiques promues par ces livres, en arguant qu’elles déforment l’Évangile ou, lorsqu’elle ne le fait pas, utilise des tactiques questionnables, y compris un enseignement New Age[10]. D’autres critiques courantes peuvent être des objections quant à l’exactitude de leur exégèse biblique, et divers enseignements considérés comme n’étant pas bibliques[11]. Néanmoins, M. Warren bénéficie de l’accord d’une majorité significative d’enseignants[9] évangéliques.

Warren affirme être inclusif, au-delà de ses racines liées aux Baptistes du Sud, et accueille des pasteurs et des responsables de toutes les dénominations à ses programmes de formation.[réf. nécessaire] Warren déclare s’en tenir aux « essentiels » de la foi, et se concentrer sur « un amour qui amène de nombreuses personnes dans le Royaume » de Dieu (loving people into the Kingdom) dispensé de façon attractive et sans compromettre les principes essentiels de sa foi[11]. Plusieurs critiques, néanmoins, avancent que Warren compromet effectivement plusieurs vérités doctrinales dans ses enseignements, et qu’il épouse des enseignements œcuméniques.[réf. nécessaire] Rick Warren a également essuyé de nombreuses critiques pour son appartenance aux Centenaire du Réveil d’Azusa Street en 2006, auquel apparaissaient aussi des prédicateurs partisans de la doctrine de la Parole de Foi[12], tels que Benny Hinn, T.D. Jakes, Kenneth Copeland, et Creflo Dollar qui y étaient présents en tant qu’invités. Les partisans de Warren arguent que l’examen du message de Warren à cet événement révèle son message évangélique très traditionnel. Ils avancent que Warren a l’intention d’emmener l’Évangile partout et que cela résulte parfois dans des critiques par association.

Détracteurs[modifier | modifier le code]

Un nombre certain de pasteurs, de ministères et d’auteurs à travers le monde qui sont critiques envers Warren et ses enseignements, y compris le Dr John MacArthur, qui a traité la question de Warren dans un chapitre de son ouvrage intitulé Fool’s Gold (« L’Or du fou »). On trouve parmi les autres détracteurs Warren Smith, Chuck Smith, Dave Hunt, Richard Bennett, Dan Bennett, David Cloud, Berit Kjos, Texe Marrs, et le Dr Noah Hutchings.

Wall Street Journal[modifier | modifier le code]

D’autres ont pu exprimer leur inquiétude quant à ce que l’on décrit être une nature prompte à la division des techniques de Warren. Le 5 septembre 2006, une journaliste du Wall Street Journal, Suzanne Sataline, écrivait que « La stratégie pour la croissance de l’Église divise les fidèles[7] ». Sataline cite l’exemple de congrégations religieuses qui se sont divisées sur les stratégies de croissance « purpose-driven ». Un peu partout dans les États-unis, des congrégations se sont divisées ou ont expulsé des membres qui combattaient les changements « purpose-driven », et malgré des succès dans d’autres endroits, l’exode que certaines églises ont engagé en adoptant l’approche « purpose-driven » a, note Sataline, été dramatique.

C’est dans la même veine que le théologien américain Bob DeWaay faisait en fin 2005 une analyse critique sur le plan biblique et ancrée dans le réalisme au sujet des implications tant théologiques que pratiques des méthodes de Warren, ainsi que de ce qu’elles peuvent avoir de schismatique[13].

Visite syrienne[modifier | modifier le code]

Warren a également attisé le feu des critiques pour sa rencontre le 12 novembre 2006 avec le président de la Syrie, Bachar el-Assad, et le Grand Mufti, le cheikh Badr al-Din Hassoun[14]. En réaction, le média chrétien américain d’information NewsWire publiait un communiqué intitulé « Terreur “purpose-driven” ? Le voyage syrien de Rick Warren est un outrage » ("Purpose Driven Terror? Rick Warren's Syria Trip an Outrage")[15]. Les détracteurs citent des sources du Département d'État des États-Unis et des documents du Council on Foreign Relations qui démontrent la longue histoire du soutien syrien au terrorisme[16]. Le reportage d’origine était mené par Joseph Farah du WorldNet Daily[17], journal très diffusé aux É.-U.A. Son article d’origine possède un lien vers un clip vidéo sur YouTube de Warren faisant les commentaires mentionnés dans ce même article. Le staff de Warren a par la suite retiré le clip de YouTube et a nié l’histoire en même temps qu’il a accusé ses accusateurs de n’avoir lu que des communiqués de presses syriens. Pourtant, une version audio de la conversation a refait surface, où Warren fait l’affirmation suivante[18] :

« La Syrie est un endroit où musulmans et chrétiens vivent ensemble depuis 1 400 ans. Elle est donc une contrée bien plus paisible, honnêtement, que beaucoup d’autres endroits parce que les chrétiens y étaient les premiers. En fait, vous connaissez Saul de Tarse – Saul était syrien. St Paul, sur la route de Damas, a connu son expérience de conversion et ce sont donc les chrétiens qui ont été ici le plus longtemps, et ils s’entendent avec les musulmans et les musulmans s’entendent avec eux. Il y a beaucoup moins de tension que dans d’autres endroits. C’est un pays modéré, et la conduite (rule) ainsi que la position officielles du gouvernement [sont] de ne permettre aucun extrémisme quel qu’il soit. »

Publications[modifier | modifier le code]

En anglais
En français

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b 40 Days of Purpose, Biographie de Rick Warren
  2. « Evangelical Leaders Join Global Warming Initiative » (« Des leaders évangéliques rejoignent l'Initiative sur le réchauffement climatique »), article du New York Times).
  3. U.S. News and World Report “America's Best Leaders”
  4. Time Magazine
  5. a et b Voir le profil de Rick Warren, y compris sa « dîme inversée » de 90 %.
  6. a, b et c guide IRS parGuideStar
  7. a et b La stratégie pour la croissance de l’église partage les fidèles, Suzanne Sataline, The Wall Street Journal, 5 septembre 2006
  8. Rick Warren sur www.purposedrivenlife.com
  9. a, b et c Attention, « enseignant » doit ici être compris au sens religieux.
  10. Moriel.org's page d’apologétique concernant « Purpose Driven »
  11. a et b InPlainSite.org publie une critique des livres et des enseignements de Warren
  12. Parole de Foi (Word of Faith, Word-Faith ou Faith selon les appellations en anglais) est un terme désignant un mouvement au sein d'églises pentecôtistes et charismatiques autour du monde, dont la doctrine centrale est que la santé et la prospérité sont promises à tous les croyants, et atteignables au travers de la foi via la « confession positive » (nommer ce qui est promis avec foi suffit pour l'obtenir). C'est une variante du plus large mouvement prônant ce que l'on nomme « l'Évangile de la Prospérité » (Health and Wealth Gospel). (« Word of Faith », de Wikipedia, the free encyclopedia.)
  13. Article de DeWaay en anglais(fr) Traduction française disponible ici
  14. Informations sur la rencontre de Warren avec le président syrien
  15. Purpose Driven Terror? Rick Warren's Syria Trip an Outrage
  16. Council of Foreing Relations of US concerning Syria
  17. Traduction française d'une seconde enquête de Farah, commentée (point de vue contra) ici
  18. Version audio du clip vidéo syrien de Warren

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

  • BlogDei, un site évangélique, possède de nombreux communiqués de presse ou articles en langue française (originaux ou traduits) concernant Rick Warren et le mouvement purpose-driven. Moteur de recherche interne