Richard Whately

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Whately.
Richard Whately
Traduction française (1849) de l’Introduction à l'histoire du culte de Richard Whately.

Richard Whatel, né le 1er février 1787 et mort le 8 octobre 1863, est un économiste et théologien anglais, archevêque anglican de Dublin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né à Londres, il est le fils du pasteur Dr Joseph Whately (17 mars 1730 au 13 mars 1797). Il a été éduqué dans une école privée située près de Bristol, puis à Oriel College à l'Université d'Oxford. Richard Whately obtenu le prix de la rédaction en anglais, en 1811. Il fut élu membre d'Oriel, et en 1814, a été ordonné prêtre anglican.

Pendant son séjour à Oxford, il a écrit son traité, « Doutes historiques sur Napoléon Bonaparte », un habile jeu d'esprit à l'encontre du scepticisme excessif appliqué à l'histoire de l'Évangile. Après son mariage en 1821, il s'installe à Oxford, et en 1822 a été nommé chargé de cours aux Bampton Lectures. Les conférences, sur l'utilisation et l'abus de l'esprit de parti en matière de religion, ont été publiés dans la même année.

En août 1823, il s'installe à Halesworth de Suffolk, mais en 1825, après avoir été nommé principal de Saint-Alban Hall, il retourne à Oxford. En 1825, il publie une série d'« Essais sur certaines particularités de la religion chrétienne », suivis en 1828 par une deuxième série sur « Certaines difficultés dans les écrits de Saint Paul », et en 1830 un livre sur « les erreurs du catholicisme ». Alors qu'il est à Saint-Alban Hall (1826) il publie un ouvrage, « Traité sur la logique » qui sera l'un des ses ouvrages les plus connus.

Il donne ainsi une nouvelle impulsion à l'étude de la logique en Grande-Bretagne. Il écrit un deuxième « Traité sur la rhétorique », et participe à la rédaction d'articles dans l'Encyclopédie Encyclopaedia Metropolitana.

D'abord ami de John Henry Newman, les deux hommes vont très vite avoir des divergences sur la manière de conduire l'éducation. La création par John Henry Newman de la Catholic University of Ireland est considérée comme la poursuite de leurs divergences réciproques en matière d'éducation.

En 1829, Richard Whately est élu à la chaire d'économie politique à Oxford, en remplacement de Nassau William Senior. Son mandat a été interrompu par sa nomination à l'archevêché de Dublin en 1831. Il a publié un seul cours de « Conférences d'introduction » (1832), mais un de ses premiers actes en allant à Dublin a été de doter une chaire d'économie politique à l'Université Trinity College.

En Irlande, il était impopulaire parmi les protestants, pour ses conceptions libérales, d'autant plus qu'il est nommé par un anglais. Dans le même temps, il rencontre l'opposition déterminée à partir de son clergé. Il imposa une discipline stricte dans son diocèse, et il a publié un exposé de son opinion le jour du sabbat (« Réflexions sur le jour du sabbat », 1832).

Les questions de la dîme, la réforme de l'Église irlandaise et de la loi irlandaise sur les pauvres et l'organisation de l'éducation nationale ont occupé la plupart de son temps.

En 1837, il a écrit son célèbre manuel « Christian Evidences », qui a été traduit de son vivant dans plus d'une douzaine de langues. Un peu plus tard, il a également écrit, sous une forme similaire, « Leçons faciles sur le raisonnement, sur la morale, sur l'esprit et sur la constitution britannique ». Parmi ses autres œuvres, on peut citer « Charges and Tracts » (1836), « Essais sur certains des dangers pour la foi chrétienne » (1839), « Le Royaume du Christ » (1841). Sa volonté de réformer l'éducation religieuse dans des universités comprenant des protestants et des catholiques a échoué du fait de l'opposition de l'archevêque catholique de Dublin, et contraint Richard Whately à se retirer des fonctions dans l'éducation.

Le 27 mars 1848, Whately est devenu membre de l'Association de Canterbury. À partir de 1856 des symptômes de paralysie du côté gauche ont commencé à se manifester, mais il continua son activité jusqu'en 1863, où victime de problèmes de santé, il doit tout abandonner et meurt après plusieurs mois de souffrances le 8 octobre 1863.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]